0 Shares 1677 Views

Narciso Contreras, Prix Carmignac du photojournalisme s’expose

26 octobre 2016
1677 Vues
CONTRERAS trafficking libya 02-BD

Narciso Contreras  
Libye : plaque tournante du trafic humain  
7e édition du Prix Carmignac pour le photojournalisme

Œuvres de Narciso Contreras

Du 25 octobre au 13 novembre 2016

Entrée libre

Hôtel de l’Industrie
4, place Saint-Germain-des-Prés
75006 Paris

M° Saint-Germain-des-Prés
(ligne 4)

www.fondation-carmignac.com

Du 25 octobre au 13 novembre 2016


Le Prix Carmignac du photojournalisme expose son lauréat : Narciso Contreras. Alors qu’il pensait suivre le périple d’Africains en quête d’un avenir au-delà de la Méditerranée, il a mis au jour l’existence d’un trafic humain organisé qui a pris racine en Libye.
 

CONTRERAS trafficking libya 05-BDOn ne peut que ressortir bouleversé de l’exposition des photographies de Narciso Contreras à l’Hôtel de l’Industrie. Et admiratif face au courage de ce photoreporter qui a sillonné les routes de Libye pendant 5 mois (en plusieurs voyages), allant dans les coins les plus reculés où plus aucun journaliste ne va (à la frontière avec le Niger) et risquant sérieusement sa vie.

Comme l’indique Patrick Batz – fondateur du Desk photo pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à l’Agence France Presse –, “il pouvait rencontrer aussi bien des contrebandiers hostiles à sa présence, des policiers et militaires corrompus que des esclavagistes à la solde de Daech ou d’al-Qaeda prêts à le vendre au plus offrant”.

Mais pour Narciso, on est au-delà de la simple question du courage. Lui qui n’en est pas à son premier reportage en territoire en guerre – Birmanie, le coup d’État en Égypte en 2013, Syrie, Yémen… – n’a pas le choix, il en relève de sa responsabilité de témoigner de toute cette violence commise sur des êtres humains dans le plus grand silence.

CONTRERAS trafficking libya 03-BDLe temps, la clé de tout reportage

Lorsque le Prix Carmignac a retenu Narciso en 2015, le thème de cette édition concernant la Libye, et plus particulièrement les migrants, alors la situation n’était pas aussi complexe qu’au moment où il est parti, en février 2016. Un très gros travail sur le terrain a été nécessaire pour trouver les bons intermédiaires.

Alors, certes, il connaissait déjà les centres de détention qu’il avait photographiés en 2014, ceux que l’on montre aux journalistes qui obtiennent un visa pour 3 jours et qui ne peuvent rester plus longtemps. D’où l’enjeu d’un prix comme celui de la Fondation Carmignac, dont la dotation d’une valeur de 50 000 euros permet aux professionnels indépendants de prendre le temps – un luxe dans la profession – pour véritablement enquêter sur un sujet.

 

CONTRERAS trafficking libya 07-BDLe vrai visage des centres de rétention

Ainsi, Narciso accède à une autre réalité : “Le véritable visage de la crise humanitaire apparaît lorsqu’on s’éloigne du protocole médiatique imposé par Tripoli. Dès lors, vous voyez des milliers de migrants illégaux pris dans la spirale du marché humain dirigé par des milices et des groupes armés privés en lien avec des réseaux mafieux.”

Soit ils peuvent s’acquitter des frais de libération (700-2000 dinars libyens, soit 200 à 700 dollars), soit ils sont vendus à d’autres milices ou travaillent pour acheter leur liberté.

CONTRERAS human trafficking 29Soutenir une humanité en détresse

Des corps sans vie sur une plage, des mains tendues sortant de la porte d’une cellule, des hommes allongés désespérés et à peine arrachés à la mer, des visages aux yeux effrayés, une femme se dévoilant pour montrer la cicatrice sur son ventre, stigmate d’une césarienne ou d’un avortement…

Cette humanité en détresse – tentant de rejoindre l’Europe ou tout simplement de travailler en Libye – est traitée comme du bétail, battue, souffrant de la faim, de la soif, de maladies graves pour certains, sans soins. Ces photographies sont fortes, mais il y a toujours une décence et on ne tombe jamais dans le voyeurisme, là est la grande force de l’artiste.

Comme il le revendique : “Je souhaite attirer l’attention des groupes d’aide internationaux sur cette situation et je compte sur la communauté internationale pour faire pression sur les autorités libyennes afin qu’elles dénoncent les responsables de ce crime.”

On ne peut que le soutenir dans son engagement.

Stéphanie Pioda


[Tous les crédits © Narciso Contreras pour la Fondation Carmignac. Photo 1 : centre de détention de Garabuli / Photo 2 : femme dénudée pour montrer sa cicatrice au ventre / Photo 3 : centre de détention de Zawiyah / Photo 4 : arrachés à la mer / Photo 5 : femme ayant perdu la raison dans le centre de rétention de Surman]

Articles liés

Glazart, lieu incontournable de concerts et d’afters à Paris
Agenda
76 vues

Glazart, lieu incontournable de concerts et d’afters à Paris

Glazart s’impose aujourd’hui comme un acteur incontournable de la scène culturelle parisienne, en rassemblant des artistes d’horizons différents avec pour mots d’ordres : la qualité et la diversité. Lieu atypique, Glazart a su transformer en avantage sa position excentrée...

Frac de Marseille : des artistes engagés, dans un écrin de Kengo Kuma
Art
312 vues

Frac de Marseille : des artistes engagés, dans un écrin de Kengo Kuma

Le Frac (Fonds régional d’art contemporain) Provence-Alpes-Côte d’Azur inaugure le nouveau projet de la directrice Muriel Enjalran par l’invitation de trois artistes avec un focus sur le Portugal et la présentation d’un court-métrage. La collection est composée de plus...

“America Latina”, le nouveau film des Frères d’Innoncenzo
Agenda
155 vues

“America Latina”, le nouveau film des Frères d’Innoncenzo

America Latina, nouveau film des Frères d’Innoncenzo, sortira en salle le 17 août 2022. Massimo Sisti est dentiste. Il a tout ce dont il pouvait rêver : une sublime villa et une famille aimante. Mais un évènement va bouleverser...