0 Shares 2794 Views

Pierre Cardin

18 juillet 2011
2794 Vues
Pierre Cardin

Né en Italie en 1922, Pietro Alexandre Cardin arrive en France à l’âge de deux ans avec sa famille pour fuir la montée du fascisme italien. Très tôt, il lit les magazines de mode et en 1936 est embauché chez un tailleur de Saint-Etienne. Il arrive à Paris en 1945 et entre chez Paquin, puis chez Schiaparelli, deux grands couturiers de l’époque. En 1947, il participe au succès du New Look de la maison Dior, où il officie en tant que premier tailleur. Quelques années plus tard, en 1950, Pierre Cardin rachète la maison Pascaud, spécialisée dans les costumes de scène, et crée sa propre maison de couture. Toutefois ses créations de haute-couture fréquentent les costumes de scène, une des passions de Cardin : en 1945, il réalise les costumes du film de Jean Cocteau, La Belle et la Bête.

Cette double impulsion créatrice lui donne envie de renouveau : faisant fi des conventions, il donne un aspect futuriste à la mode dès 1954 avec ses fameuses robes Bulles ou sa ligne cosmonaute. En 1957 il est l’un des premiers à inventer le prêt-à-porter, ce qui lui vaut d’être exclu temporairement de la Chambre Syndicale de la Haute-Couture. Homme de conviction, Cardin continue sur sa lancée et présente, en 1959, la première collection de prêt-à-porter « haute-couture » dans un grand magasin, le Printemps. De nombreuses boutiques s’ouvrent par la suite, et la mode expérimentale de Pierre Cardin s’implante dans de nombreux pays, notamment en Asie, où elle est très appréciée.

Mais Pierre Cardin est plus qu’un simple couturier. Les formes très géométriques de ses robes annoncent sa passion pour le design, dont il lance une collection en 1970. Ses créations sont aujourd’hui réunies au musée « Présent, Passé, Futur » Pierre Cardin à Saint-Ouen, où l’on retrouve notamment ses « sculptures utilitaires ». Son amour pour l’art prend toute son ampleur lorsqu’en 1992 il est le premier couturier à être reçu à l’Académie des Beaux-arts.

Pierre Cardin a toujours entretenu une relation particulière avec les artistes. Il a réalisé de nombreux costumes de scène, notamment pour le film La Princesse de Clèves de Jean Delannoy ou pour la série télévisée « Chapeau melon et bottes de cuir ». Le monde de la musique n’est pas non plus sans reste puisque les Beatles lui doivent plusieurs tenues.

Dès 1962, il se lance dans le mécénat : il crée au Japon le prix récompensant le meilleur dessinateur de l’année à l’Ecole Bunka Fu Kuso, puis ouvre en 1970 en bas des Champs-Elysées l’Espace Pierre Cardin, accueillant de nombreuses pièces de théâtre, mais également des artistes en tout genre. Il met aussi en place le Palais Bulles sur la Côte d’Azur, où sont exposés de nombreux jeunes créateurs. En 1981 Pierre Cardin rachète le restaurant Maxim’s et y installe dans les années 2000 un musée dédié à l’Art Nouveau. Depuis quelques temps, il organise chaque été à Lacoste un festival d’art lyrique et de théâtre dans le château du marquis de Sade qu’il a entrepris de restaurer.

A la tête d’un empire artistique, Pierre Cardin a récemment décidé de vendre son groupe. Une sorte de retraite pour se consacrer en toute sérénité à ses deux passions : la mode et l’art.

Macha Paquis

A lire sur Artistik Rezo :
Interview de Pierre Cardin (sur le Festival de Lacoste)

  • « L’art, c’est une passion, c’est un accompagnement de toute ma vie. Pour que la forme devienne réelle, les proportions et les lignes sont primordiales. J’aime dessiner dans l’absolu, sans les contraintes d’angles de couloirs, de pièces ou de murs.

  • « Le talent et le goût ne suffisent pas, seul le style compte. »

  • « Chacune de mes créations est l’écho des évènements artistiques, sociaux, scientifiques de ces quarante dernières années. »

  • « Les vêtements que je préfère sont ceux que j’invente pour une vie qui n’existe pas encore, le monde de demain. »

 

 

[Visuel : Nora Arnezeder et Pierre Cardin aux étoiles d’or du cinéma français, 9 février 2009. Travail personnel de Georges Biard. Licence Creative Commons Paternité – Partage des conditions initiales à l’identique 3.0 Unported]

Articles liés

Élénie Sarciat : “Comme en danse, le mouvement permet d’ouvrir des possibilités de choix”
Spectacle
147 vues

Élénie Sarciat : “Comme en danse, le mouvement permet d’ouvrir des possibilités de choix”

Rencontre post-événement avec la danseuse Élénie Sarciat, grande gagnante des Prix de l’ICART 2021 : tremplin artistique destiné aux jeunes artistes émergents sur le territoire girondin. Elle revient ici sur sa performance et nous confie son rapport au mouvement,...

Réouverture de Fluctuart : 500 m2 de terrasse et rooftop en plein air
Agenda
144 vues

Réouverture de Fluctuart : 500 m2 de terrasse et rooftop en plein air

Fluctuart à ciel ouvert ! Le centre d’art urbain situé au pied du Pont des Invalides inaugure sa terrasse, avec un espace de plus de 500 m2 au fil de l’eau, un nouveau terrain de jeu pour les artistes....

Jean-Luc Valembois : “Chaque année, je parcours plus de 200 000 km à travers l’Europe pour acheter des œuvres”
Art
184 vues

Jean-Luc Valembois : “Chaque année, je parcours plus de 200 000 km à travers l’Europe pour acheter des œuvres”

Chaque année, Jean-Luc Valembois parcours l’Europe à la recherche de pièces uniques sur le thème de l’art cynégétique du 19ème siècle. Rencontre avec un chercheur d’art qui a fait de sa passion, son métier.  Pouvez-vous vous présenter ? Jean-Luc...