0 Shares 818 Views

Prix d’art urbain Pébéo-Fluctuart 2022 : à la rencontre de Ana Dévora

À l’occasion de la 6e édition du concours international d’art urbain Pébéo-Fluctuart, dédié aux artistes émergent.e.s de la scène du street art, nous avons rencontré l’artiste Ana Dévora, l’une des 25 finalistes exposée sur Fluctuart jusqu’au 20 août.

Pouvez-vous vous présenter, ainsi que votre pratique artistique ? Et que souhaitez-vous exprimer à travers votre travail ?

Je suis une artiste multidisciplinaire qui utilise différentes techniques et médias en créant des installations in situ au profit de la narration de chaque projet, en tenant compte de la relation et de la conversation des œuvres entre elles et avec l’espace, avec le contenant. Chaque technique m’aide à mieux communiquer avec mon public. J’utilise à la fois la peinture, la sculpture, le dessin, l’installation, la photographie, la vidéo et le son.

Tous mes projets, quels que soient le format et le support choisis pour les développer, partent d’un postulat commun. Analyser le monde et la société dans laquelle nous vivons, en prêtant attention aux petites choses et aux événements qui nous arrivent, pour provoquer des questions chez le spectateur, qui l’incitent à analyser sa propre vie et à se débarrasser de ces croyances limitées qui sabotent leur vie, dans un monde où la sursaturation d’apparentes “informations réelles” des médias crée des modèles de vie non conformes à la nature de l’être, et encourage la comparaison avec les autres de manière compétitive et agressive, au lieu d’une croissance personnelle et émotionnelle, où l’on peut être libre et décider de manière cohérente et consciente de ce qu’il faut faire, dire et être à tout moment, quelles que soient les circonstances qui nous entourent.

© Ana Dévora

Quelles sont vos sources d’inspiration en tant qu’artiste ?

La vie et les expériences que je mène. Les petites choses et les gens qui m’entourent.
La vie elle-même et ma propre interprétation des événements autour.

J’accorde une attention particulière au comportement de l’être humain, surtout maintenant que nous sommes tous en quelque sorte accros à la technologie et aux écrans, dans une société de productivité où certains problèmes sociaux causés par eux pourraient affecter notre corps, notre esprit et notre âme, nous déconnectant davantage de la nature.

Qu’est-ce qui vous a poussée à candidater à ce Prix d’art urbain ?

C’était la première fois que je postulais pour le prix, grâce à la newsletter Pinta Malasaña, et j’ai pensé que c’était intéressant de postuler car c’est à Paris, en France où les arts sont plus valorisés qu’en Espagne.
J’aime aussi le fait de mélanger le travail de rue avec l’œuvre d’art réalisée en atelier qui pourrait se déplacer dans des galeries ou des lieux d’exposition. J’aime combiner les deux pratiques.

Pouvez-vous nous parler de la pièce présentée dans le cadre du Prix ?

La pièce fait partie d’une série de peintures qui feraient partie d’une installation spécifique au site et qui implique la peinture, la vidéo, la lumière, les objets, où le son et la lumière spécifique transformeront l’espace en une scène où le public sera immergé dans l’atmosphère. Nous sommes entourés de bruit, de technologie et d’écrans. L’asphalte et le béton semblent plus naturels que le sol du terrain.
La surdose d’informations et de données est connectée à nos corps et à nos esprits, créant des désirs artificiels et des dépendances implantées sur nous depuis que nous sommes nés dans une société de productivité, aidés par la publicité, les médias sociaux et maintenant le métaverse à venir, accéléré après l’ère du COVID-19 .
Nous vivons en automatique, dans un circuit d’horaires et d’horloges, suivant un objectif qui parfois n’est même pas notre objectif, répondant aux attentes des autres, entouré de bruits qui nous distraient de nous-mêmes, perdant la connexion avec le MAINTENANT, avec notre corps, notre cœur et la nature.

© Ana Dévora

Quel est ton projet rêvé en tant qu’artiste ?

Mon projet rêvé pour l’instant est de pouvoir recréer et exposer une immense installation sur laquelle je travaille depuis quatre ans dans un cadre d’exposition majeur comme un musée ou une grande galerie où je pourrais contrôler l’éclairage de la scène, dans laquelle l’audiovisuel, la performance, peintures élargies, objets, son, vidéo et lumière spécifique transformeront l’espace en une scène où le public pourra l’expérimenter et s’immerger.

Pour l’avenir, j’aimerais créer des projets avec un vrai budget, car en tant qu’artiste en Espagne, il est difficile d’obtenir un financement si vous ne faites pas partie du cercle d’artistes bien connus, et pour la majorité d’entre nous, tout l’argent que nous gagnons va à nos projets artistiques, et cette situation n’est plus tenable dans le temps.

Découvrez l’univers d’Ana Dévora et suivez son travail sur son compte Instagram et son site Internet

Vous pourrez découvrir les œuvres des 25 artistes finalistes du concours Pébéo dans une exposition inédite jusqu’au 20 août sur Fluctuart.

Articles liés

Venez écouter le nouvel opéra Crépuscules de l’Orchestre Lamoureux
Agenda
82 vues

Venez écouter le nouvel opéra Crépuscules de l’Orchestre Lamoureux

Au crépuscule de ses jours, Lili Boulanger compose D’un soir triste. Affaiblie, percluse de douleurs, c’est la dernière œuvre qu’elle eut la force de noter de sa main peu avant que la maladie ne l’emporte à l’âge de 24 ans....

Mademoiselle in Paris : le nouveau concert symphonique de l’Orchestre Lamoureux
Agenda
78 vues

Mademoiselle in Paris : le nouveau concert symphonique de l’Orchestre Lamoureux

On l’appelait « Mademoiselle ». L’orchestre Lamoureux célèbre Nadia Boulanger, musicienne complète, interprète, compositrice, cheffe d’orchestre (elle fût souvent à la tête de l’Orchestre Lamoureux) et pédagogue au rayonnement mondial, à travers sa musique, bien sûr, et celle de...

Traversez un siècle d’histoire à l’exposition Jouez, Postez !
Agenda
88 vues

Traversez un siècle d’histoire à l’exposition Jouez, Postez !

Du 1er décembre 2022 au 14 mai 2023, le Musée de La Poste propose au public de traverser un siècle d’histoire à hauteur d’enfant, quand La Poste s’invitait à l’école ou à la maison par le biais de planches...