0 Shares 659 Views

Rencontre avec Laure Chollat-Namy, La Fabrique Singulière

Mona Dortindeguey 26 octobre 2021
659 Vues

Laure Chollat-Namy, a un regard juste et plein d’admiration sur le talent des artisans d’art français et a toujours travaillé aux côtés de savoir-faire d’exception. C’est tout naturellement qu’elle a créé la Fabrique Singulière en 2020 afin de proposer aux Maisons des projets uniques et sur mesure, notamment au travers du concept Craftcycling qui accompagne la valorisation, par des artisans d’art, des matières et produits délaissés des Maisons.

Pouvez-vous nous dire quel a été votre parcours avant tout ?

Avant de fonder la Fabrique Singulière, j’ai évolué chez Chanel dans les activités parfums/beauté, puis horlogerie/joaillerie. J’y ai occupé des responsabilités très enrichissantes et complémentaires : marketing produit, communication et retail, jusqu’à la direction opérationnelle de la haute joaillerie. 

Laure Cholat-Namy © Camille Collin

Qu’est-ce qu’une Maison de cette ampleur vous a-t-elle apporté ?

Une expertise en développement produit, management de projet et business development, mais avant tout le sens du beau et de l’excellence, un goût pour les savoir-faire et les créations d’exception, qui se sont épanouis en collaborant avec les directions artistiques, les studios de création et les maisons d’art…

La variété de mes missions, dans des secteurs d’activité différents, me permet aussi de maîtriser parfaitement le langage des Maisons de luxe, leurs organisations et leurs contraintes. Notamment leurs enjeux liés à la fidélisation de la clientèle d’exception, qui est un sujet passionnant puisqu’il s’agit de créer des liens d’émotions, s’appuyant sur la connaissance du client, au travers d’événements, de produits d’excellence et d’attentions sur-mesure et personnalisées. 

Vous vous êtes engagée dans le monde de l’artisanat, pouvez-vous nous raconter ce qui vous a permis de créer la Fabrique Singulière ?

Après toutes ces années chez Chanel, je souhaitais rester connectée avec les savoir-faire d’excellence, j’ai donc entrepris une année d’immersion dans le secteur de l’artisanat d’art. J’ai visité des ateliers, accompagné une artisane maroquinière dans son développement, rencontré des acteurs clefs du secteur et je me suis engagée dans l’association Artisans d’Avenir. Cela m’a permis d’appréhender les spécificités de cet écosystème, notamment les problématiques de développement et de visibilité des artisans d’art. 

Petit à petit, l’envie de faciliter les projets entre artisans d’art et Maisons a germé dans mon esprit, c’est ainsi qu’est née La Fabrique Singulière. Notre mission aujourd’hui est de répondre aux enjeux des Maisons, en les accompagnant dans la conception et le développement de projets sur-mesure réalisés par des artisans d’art français. Ceux-ci peuvent être de différentes natures, mais ils ont tous pour points communs de permettre aux Maisons d’exprimer leur identité et leur singularité et de tisser des liens d’émotion avec leurs clients. 

Ce sont par exemple des cadeaux personnalisés à l’occasion d’un événement, des produits et des packaging customisés, des expériences avec des artisans lors d’événements ou dans des ateliers… Il y a  281 métiers, recensés par l’Institut National des Métiers d’Art., les possibilités créatives sont donc d’une richesse infinie ! Et notre double expertise Maison/artisanat d’art nous permet de trouver le juste équilibre entre les envies et les objectifs de nos clients et les contraintes des artisans d’art. 

Pouvez-vous nous citer des exemples de projets ?

Nous avons récemment développé pour Le Relais Plaza avec la Compagnie du Verre une attention totalement inédite pour les habitués du restaurant. Il s’agit d’une carafe à eau gravée de motifs inspirés de l’univers Art Déco du lieu avec, sur chaque carafe, les initiales de ces habitués.

Pour les Maisons d’un groupe du luxe, nous avons conçus des visites dans des ateliers destinées à faire vivre à leurs clients des découverte exceptionnelles de savoir-faire d’excellence.

Cécile Gray © Marion Saupin

Avec Cécile Gray , nous avons conçu et développé une œuvre unique pour la maison Ruinart, entièrement réalisée avec des muselets de champagne. L’objectif ici était de véhiculer l’engagement éco-responsable ancré dans l’ADN de notre client.

Comment sélectionnez-vous les artisans avec qui vous collaborez ?

Mes premières rencontres je les ai faites chez Chanel, puis dans des salons et en visitant des ateliers, les réseaux sociaux ont pris le relais pendant les confinements successifs. C’est un cercle vertueux qui s’est finalement mis en place, grâce à la reprise des manifestations et visites d’ateliers, mais aussi au bouche-à-oreille entre les artisans d’art. C’est beaucoup une question d’intuition, de curiosité, d’émotion et d’affinités, de relations de confiance qui s’instaurent et donnent l’envie d’élaborer des projets ensemble.  

Quel est ce projet Craftcycling auquel vous tenez particulièrement ?

L’artisanat d’art par nature c’est la transformation de la matière. Or, j’ai rencontré beaucoup d’artisans qui travaillent les matières délaissées de toutes nature ; papier, bois, plume, porcelaine, céramique, cuir, textile… Leurs savoir-faire d’exception leur permettent de transformer ces matières en des créations remarquables, durables et souvent très innovantes.

© Louise Cagani, Weaving research

Aujourd’hui, pour des raisons sociétales et environnementales évidentes, les Maisons sont engagées dans des démarches éco-responsables auxquelles leurs clients sont de plus en plus sensibles. Avec le concept Craftcycling nous les accompagnons dans cette voie, nous leur apportons des solutions créatives pour donner une seconde vie à leurs propres chutes de matières et stocks dormants. Il s’agit d’abord d’identifier ces ressources, puis d’imaginer comment les transformer en des créations porteuses de sens et de valeurs, tout en répondant à un besoin spécifique de communication, traitement client, visual merchandising… 

Ce concept va d’ailleurs au-delà du luxe, il peut répondre aux problématiques d’autres secteurs. Nous travaillons actuellement avec un cabinet d’architecte afin de transformer les déchets du chantier d’un futur siège social (bois de coffrage et de palettes, cartons, chutes de carrelage…) en des éléments de décoration, cadeaux pour les futurs collaborateurs…

Les entreprises, en s’engageant, permettent de soutenir l’artisanat d’art français et de créer des projets vertueux qui pourront s’inscrire dans la durée.

Pouvez nous parler plus en détail de l’association Artisans d’Avenir ?

Artisans d’Avenir a été fondé début 2019 par Aude Augais et Philippe Hazet, qui sont aujourd’hui entourés d’une équipe d’une douzaine de bénévoles aux parcours différents et aux expertises complémentaires. 

La vocation de l’association est d’activer les projets des artisans d’art, de les accompagne dans les différentes étapes de leur développement. Nous nous appuyons sur les outils que nous avons développés ces deux dernières années : podcast, live et événements thématiques, newsletter, communauté Facebook… Toute une communauté d’entraide s’est formée entre les artisans et d’autres profils évoluant dans des secteurs complémentaires.

© Artisans d’Avenir

Le prochain évènement sur le thème de “L’art de vendre” aura lieu le 9 novembre en ligne : https://www.artisansdavenir.fr/evenements

Nous avons par ailleurs créé deux programmes d’accompagnement : 

Programme Eclairer a pour objectif d’accompagner les personnes qui envisagent de s’orienter vers l’artisanat d’art. Il s’agit ici de faciliter leur orientation et leur reconversion professionnelle, de les aider à se projeter dans leur future vie d’artisan d’art et ainsi à faire les bons choix.  

https://www.lesartisans.paris/formation-reconversion-artisanat-d-art

Programme Impulser (en partenariat avec Matrice et le Studio La Racine) s’adresse à des artisans qui veulent se lancer et à ceux qui ont déjà démarré leur activité et ont besoin d’un coup d’accélérateur. Cette formation à l’entrepreneuriat artisan est proposée sur une durée de 4 mois, sur le modèle d’un l’incubateur de start-up, et prend en compte les besoins et spécificités des métiers d’art : marché, savoir-faire, production, créativité, design, identité de marque… Nous venons de clôturer la première session, les candidatures pour la session de janvier viennent d’ouvrir. 

https://www.artisansdavenir.fr/programme-impulsion

Des initiatives porteuses de sens et riches de talents, à suivre attentivement !

Propos recueillis par Mona Dortindeguey

Articles liés

Mat Bastard : “C’est le disque le plus complet et le plus abouti. Il nous permettra d’aller encore plus loin sur scène”
Musique
204 vues

Mat Bastard : “C’est le disque le plus complet et le plus abouti. Il nous permettra d’aller encore plus loin sur scène”

Skip The Use revient avec un nouveau single Human Disorder ! Après deux ans d’absence due à la crise sanitaire, le groupe annonce un nouvel album. Le chanteur Mat Bastard nous parle de Skip post-confinement et leurs futurs projets....

“Nos paysages mineurs”, entre théâtre et cinéma au Théâtre 14
Agenda
71 vues

“Nos paysages mineurs”, entre théâtre et cinéma au Théâtre 14

Une vie d’amour résumée en une heure de trajet en train : voici le pari, poétique et romantique, de Nos paysages mineurs, dernière création de Marc Lainé. Dans cette pièce elliptique aux accents cinématographiques que l’on contemple à travers les...

Découvrez l’opéra “L’amor conjugale” à Levallois-Perret
Agenda
77 vues

Découvrez l’opéra “L’amor conjugale” à Levallois-Perret

Une épouse téméraire se travestit afin d’être engagée comme geôlier dans une prison et de secourir son mari, injustement détenu : l’histoire de Léonore, inspirée du roman français de Jean Nicolas Bouilly, nous est bien connue grâce à l’unique...