0 Shares 5984 Views

Vénus s’épilait-elle la chatte ? : le podcast qui manquait à l’histoire de l’art

Agathe Pinet 24 janvier 2020
5984 Vues

Illustration Anna Wanda Gogusey - Podcast Vénus s'épilait-elle la chatte ?

Vénus s’épilait-elle la chatte ? est le nouveau podcast qui déconstruit l’histoire de l’art occidentale avec un regard féministe et inclusif. Julie Beauzac, sa créatrice, parvient avec brio à vulgariser un contenu pointu en le rendant ludique et accessible à tous. 

Jean-Frédéric Schall (1752-1825), La Comparaison, non daté

Quel a été le cheminement qui t’a amenée à la création de ce podcast, Vénus s’épilait-elle la chatte ?

J’ai d’abord étudié l’histoire de l’art à la faculté puis à l’École du Louvre. Là-bas, je n’ai jamais appris à questionner ce qu’on me présentait, je considérais ce que l’autorité, le corps enseignant, me présentait comme acceptable. Une fois diplômée, j’ai débuté ma carrière dans le marché de l’art et j’ai découvert un monde bien plus fermé que je ne l’imaginais. Trop classique, ce milieu est articulé autour de codes bourgeois et anciens auxquels je ne m’identifiais pas, ce qui m’a dérangée et m’a poussée à lui tourner le dos. Je souhaiterais d’ailleurs développer un projet en parallèle de mon podcast autour de cet impératif implicite d’appartenance à un certain niveau social, financier et culturel.

Puis, je suis partie vivre à Berlin, la société allemande est bien plus encline à remettre ses actes en question et cette mentalité m’a donné la possibilité de découvrir mon âme féministe. Je me suis beaucoup nourrie d’écrits et de contenus féministes, c’est de cette façon que j’ai réalisé que mon cas n’était pas isolé. Je vivais une expérience représentative d’un modèle de fonctionnement basé sur les systèmes de domination.

Quand je suis retournée dans les musées, j’ai regardé les œuvres avec un œil nouveau et j’ai été très dérangée par ce que je voyais. Par exemple, les tableaux qui montraient des femmes nues à côté d’hommes habillés. Je ne trouvais aucune raison rationnelle pour expliquer ces représentations. Je me suis renseignée puis j’ai réalisé que les textes fondateurs de notre culture, à l’instar des Métamorphoses d’Ovide dans lequel des scènes de viol sont relatées, ont inspiré la peinture occidentale. Le problème, c’est que ces récits ont été magnifiés par des artistes reconnus qui ont donc légitimé ces représentations dérangeantes qui, à leur tour, ont favorisé des systèmes de domination tels que le patriarcat, la colonisation… À partir de là, j’ai décidé de créer ce podcast pour déconstruire l’histoire de l’art occidental avec un regard féministe et inclusif. En faisant cela, je peux mettre en valeur des mécanismes d’oppression.

Le Bernin (1598-1680), Apollon et Daphné, 1622-1625

Pourquoi as-tu choisi le format du podcast ? Pensais-tu réunir une communauté de plus de 11 000 personnes sur ton compte Instagram en moins de 6 mois ?

J’aime beaucoup écrire, j’ai donc dans un premier temps pensé écrire un livre. Mais un jour une amie m’a fait remarquer à juste titre que c’était presque mission impossible de se lancer dans la rédaction d’un livre sans avoir un réseau dans l’édition. J’ai également pensé à tenir un blog, mais ça me semblait difficile sans avoir déjà une communauté autour du projet. On m’a suggéré de lancer un podcast, et comme j’en suis moi-même une consommatrice assidue, cette idée m’a séduite. Ce format me permet de répondre à certains de mes impératifs comme la vulgarisation, et surtout il demande moins d’efforts à mon audience qu’un support écrit.

Concernant la communauté sensible au podcast, je ne pensais pas du tout en débutant cette aventure rencontrer cette audience, à vrai dire je n’avais aucune réelle attente. Je n’étais pas une adepte d’Instagram, mon réel moteur fut une amie qui m’a conseillé de me lancer sur ce réseau social. Elle a ensuite pris en main le lancement du compte ainsi que toute la stratégie de communication et de publication, elle est d‘une aide précieuse. Le but de ce compte, qui nécessite un vrai travail éditorial, était simple : créer une communauté qui attendrait la sortie du premier podcast. Je savais que chaque épisode nécessiterait un travail conséquent entre les lectures, les recherches, l’écriture des scripts, les rencontres et enregistrements avec les professionnels, puis tout le travail de mixage et de montage.

Sandro Botticelli (1445-1510), Scènes de l’histoire de Nastagio degli Onesti, 1483

Il y a un vrai travail de vulgarisation derrière ce podcast, est-ce que c’était quelque chose d’important pour toi ?

Oui, dès le départ j’avais cet impératif de vulgarisation, ce qui est loin d’être évident car éloigné de ce que je fais habituellement. Je sais qu’il s’agit d’un sujet précis qui ne touchera pas tout le monde, mais j’ai ce souhait de rendre le podcast accessible aux personnes intéressées qui n’ont pas nécessairement de connaissances préalables. Je suis habituée à écrire et à faire de la recherche, la vulgarisation est un tout autre domaine, cela nécessite un réel investissement. C’est d’autant plus délicat que personne ne s’est emparé de ce sujet en termes de déconstruction jusqu’à aujourd’hui. J’essaie d’aller en profondeur dans mes sujets, ce qui rend la vulgarisation d’autant plus délicate. Je suis donc très heureuse que les auditeurs l’apprécient.

J.W. Waterhouse (1849-1917), Hylas et les nymphes, 1896

Et penses-tu que ton regard sur les œuvres a changé maintenant que tu as développé une nouvelle attitude par rapport à l’histoire de l’art ?

Ce qui a changé, c’est qu’aujourd’hui je me rends compte que ce n’est pas normal de voir des femmes nues peintes à côté d’hommes habillés et des scènes de viol dans les tableaux. Ce n’est pas neutre et ça me dérange. Je ne suis pas pour la censure car ces œuvres disent quelque chose de notre société, mais je pense qu’il est essentiel de les recontextualiser. Cela ne nécessite pas de dispositifs importants, simplement une mention qui permette à un public contemporain de regarder les tableaux avec un œil averti. C’est d’autant plus important que les œuvres qui ont traversé les siècles sont le reflet des préoccupations de chaque époque. Une fois recontextualisé, l’art devient donc un outil essentiel pour le combat féministe que je mène.

Illustration du podcast : Anna Wanda Gogusey

Instagram Vénus s’épilait-elle la chatte ?

Propos recueillis par Agathe Pinet

Articles liés

WHITE BOX – Le nouvel espace dédié aux œuvres vidéos et médiatiques du Centre Wallonie Bruxelles
Agenda
22 vues

WHITE BOX – Le nouvel espace dédié aux œuvres vidéos et médiatiques du Centre Wallonie Bruxelles

Loin de constituer un mausolée d’orientations consolidées autour de l’héritage patrimonial de la culture belge francophone, le Centre promeut la création contemporaine dans sa transversalité et sa porosité. Au travers d’une programmation résolument transdisciplinaire, le Centre développe un nouvel espace...

Brankica Zilovic : “Le textile s’est imposé comme un médium autonome”
Art
49 vues

Brankica Zilovic : “Le textile s’est imposé comme un médium autonome”

L’artiste Brankiça Zilovic s’empare du textile dans le champ de l’art contemporain pour inventer un langage au service d’une histoire personnelle ayant une portée quasi-universelle. Brankiça, peux-tu nous dire quelques mots sur toi et ton parcours ? Je suis...

Ensemble – L’exposition de réouverture de la Galerie Openspace
Agenda
26 vues

Ensemble – L’exposition de réouverture de la Galerie Openspace

“Ensemble est le mot qui nous a paru comme une évidence quand on a dû réfléchir au titre de notre exposition de réouverture. Pour la première fois de notre histoire moderne, nous avons dû faire face collectivement à une...