0 Shares 2093 Views

5 films qui portent la cause lesbienne

Marie Party 2 mars 2021
2093 Vues

Capture d'écran tirée du film "Carol" de Todd Haynes, 2015.

Chaque année de nombreux films sortent dans les salles de cinéma ou sur les plateformes de streaming. Parmi eux, très peu ont pour thème la communauté LGBT et plus particulièrement les lesbiennes, même si leur représentation tend à se développer. Revenons sur 5 films marquants et importants sur les relations saphiques.

1- “Carol” de Todd Haynes, 2015

Années 50, New York. Thérèse, une jeune employée d’un grand magasin rencontre Carol, une femme charismatique, mariée et mère d’une petite fille. Malheureusement, celle-ci se retrouve enfermée dans son mariage et cette rencontre va tout changer pour les deux femmes. Dès leur rencontre, une attirance naît et se mut en un amour interdit. Les conventions de l’époque étant conservatrices et l’homosexualité rejetée, elles n’ont d’autres choix que de se cacher.

“Carol” a été adapté du livre de Patricia Highsmith du même nom. C’est une histoire forte et poignante dont on ne peut ressortir indemne. De plus, le jeu d’acteur de Cate Blanchett et Rooney Mara est saisissant. Il s’ancre aujourd’hui comme un classique parmi les films LGBT.

2- “Portrait de la jeune fille en feu” de Céline Sciamma, 2019

1770, France. Marianne, une jeune peintre, doit réaliser le portrait de mariage d’Héloïse. La jeune femme vient tout juste de quitter le couvent et doit épouser un noble Milanais. En résistance à ce mariage, Héloïse refuse de poser. Introduite comme sa nouvelle dame de compagnie, Marianne la regarde, l’analyse et mémorise ses traits afin de la peindre en secret. Seulement, elle ne peut continuer à mentir à Héloïse plus longtemps alors que leur complicité se renforce et qu’un amour naît entre elles.

Le film a reçu le Prix du scénario lors du Festival de Cannes 2019 et a été salué par la critique. La beauté des scènes donne la sensation d’être dans un tableau durant toute la durée du film. Poétique et artistique, “Portrait de la jeune fille en feu” est un véritable chef-d’œuvre.

3- “Ammonite” de Francis Lee, 2020

1840, Angleterre. Mary Anning a été une paléontologue renommée mais elle vit désormais avec sa mère de manière reculée sur la côte sud et sauvage de l’Angleterre. Elle continue de glaner des ammonites qu’elle vend ensuite à des fortunés de passage. Un jour, elle rencontre Roderick Murchison un touriste fortuné qui lui demande de prendre soin de son épouse Charlotte, convalescente, le temps de son voyage d’affaires. En premier lieu réticente à l’idée de se retrouver avec celle-ci, elle finit par accepter et commence alors une histoire passionnelle entre les deux femmes.

“Ammonite” brave les barrières sociales et signe une histoire comme on en a encore jamais vue. Avec Kate Winslet, Saoirse Ronan et Fiona Show, le casting se révèle très étonnant. Le film n’est que tendresse et délicatesse.

4- “La Belle saison” de Catherine Corsini, 2015

1971, Paris. Delphine, fille d’agriculteurs qui a toujours vécu à la campagne décide de partir pour Paris afin de s’émanciper et être indépendante financièrement. Carole, elle, est en couple avec Manuel et est professeure d’espagnol. Très engagée dans le début du féminisme, elle fait partie du Mouvement de libération des femmes (MLF) auquel Delphine va prendre part. À partir de là, leur relation va évoluer et toutes deux vont vivre une belle histoire d’amour jusqu’au jour où la réalité les rattrape.

Le fonds historique des années 70 avec l’émancipation de la parole des femmes qui commencent à faire entendre leurs voix et à se battre pour leurs droits, est un atout dans ce film. En plus de suivre deux femmes qui se découvrent et s’apprivoisent, nous nous retrouvons confronté(e)s à la dure réalité des relations saphiques : la peur du regard de l’autre.

5- “A secret love” de Chris Bola, 2020

Documentaire disponible sur Netflix, “A Secret Love” retrace l’histoire de Terry et Pat, deux octogénaires dont l’amour a été tenu secret très longtemps. Rencontrées en 1947, elles ont passé plus de 70 ans de leur vie ensemble. Toutes deux ont connu la répression du lesbianisme, dans un contexte comme celui-là, elles n’ont pas accepté ce terme les qualifiant. Elles vivaient ensemble mais se nommaient “cousines” ou encore “amies”quand elles devaient parler l’une de l’autre à une personne extérieure. Ce n’est qu’à la fin de leur vie qu’elles ont célébré leur amour en se mariant quelques mois avant la mort de Terry.

L’homosexualité à un âge avancé est très peu montrée. Ce documentaire met en lumière le type de discriminations que des femmes lesbiennes âgées peuvent vivre, comme par exemple une maison de retraite qui accepte leur couple. La génération que nous montre ce film est celle qui avait à cœur de se protéger, de rester cachée même si cela voulait dire taire une part de son identité. Leur histoire est vraiment touchante et attachante.

Propos de Marie Party

Articles liés

Élénie Sarciat : “Comme en danse, le mouvement permet d’ouvrir des possibilités de choix”
Spectacle
153 vues

Élénie Sarciat : “Comme en danse, le mouvement permet d’ouvrir des possibilités de choix”

Rencontre post-événement avec la danseuse Élénie Sarciat, grande gagnante des Prix de l’ICART 2021 : tremplin artistique destiné aux jeunes artistes émergents sur le territoire girondin. Elle revient ici sur sa performance et nous confie son rapport au mouvement,...

Réouverture de Fluctuart : 500 m2 de terrasse et rooftop en plein air
Agenda
146 vues

Réouverture de Fluctuart : 500 m2 de terrasse et rooftop en plein air

Fluctuart à ciel ouvert ! Le centre d’art urbain situé au pied du Pont des Invalides inaugure sa terrasse, avec un espace de plus de 500 m2 au fil de l’eau, un nouveau terrain de jeu pour les artistes....

Jean-Luc Valembois : “Chaque année, je parcours plus de 200 000 km à travers l’Europe pour acheter des œuvres”
Art
191 vues

Jean-Luc Valembois : “Chaque année, je parcours plus de 200 000 km à travers l’Europe pour acheter des œuvres”

Chaque année, Jean-Luc Valembois parcours l’Europe à la recherche de pièces uniques sur le thème de l’art cynégétique du 19ème siècle. Rencontre avec un chercheur d’art qui a fait de sa passion, son métier.  Pouvez-vous vous présenter ? Jean-Luc...