0 Shares 1135 Views

Amorosa Soledad, Martin Carranza et Victoria Galardi

19 juillet 2009
1135 Vues
amorosa-soledad-affiche

 

Soledad est seule, la main sur le coeur, en proie à des crises de larmes. Le symptôme est bien connu : son petit ami vient de la quitter. Ne sachant à quel saint se vouer, elle continue son travail de décoratrice d’intérieur bon an mal an et jure qu’on ne l’y reprendra plus : elle veut rester seule pendant 2 ou 3 ans !

Mais la vie n’est pas aussi rigide qu’elle le voudrait : entre deux prises de tension pour calmer son hypocondrie, elle se laisse séduire par Nicolas, un trentenaire architecte prévenant.

 

Distribué dans une dizaine de salles en France seulement, ce tout petit film d’auteur est un bijou de délicatesse et de subtilité illuminé par la grâce de la jeune Inés Efron.

 

Bijou de réalisation d’abord : dans une atmosphère dépouillée, on sait gré à Martin Carranza et Victoria Galardi de ne pas avoir surchargé le film d’une phrase ou d’une seule image en trop. Parvenir à un tel point d’équilibre, que l’on retrouve dans la simplicité touchante des dialogues, est à ce point rare qu’il mérite d’être souligné. Plus que dans les péripéties scénaristiques ou les joutes verbeuses dont les comédies romantiques se font souvent une spécialité, le film laisse toute leur place aux personnages et avant tout à celui de Soledad. Des moments de désarroi au lâcher-prise amoureux en passant par le temps de la séduction, on se laisse emporter par un personnage hypersensible particulièrement attendrissant.

 

En effet, entre ses réflexes hypocondriaques et une sensibilité à fleur de peau , tout prend des dimensions disproportionnées chez Soledad. Servi par le regard tendre et ironique des réalisateurs, ses excès nous font souvent sourire comme lorsqu’elle est submergée parce que ses toilettes se bouchent, parce que Nicolas les a réparées sans la prévenir, parce qu’elle ressent une douleur musculaire de l’épaule jusqu’au bras qui pourrait au moins cacher un infarctus à venir…

 

Nouvelle égérie du cinéma argentin que l’on a pu découvrir dans XXY ou La Femme sans tête, Inés Efron est la merveilleuse interprète de notre jeune amoureuse angoissée. A travers ses tourments existentiels, elle compose, avec une infinie palette d’émotions, une jeune femme singulière et délicate et montre toute la richessse d’un talent à l’avenir prometteur.

 

En bref, un film comme une friandise délicate et subtile à consommer sans modération.

 

Sophie Gasol.

 

Amorosa Soledad

de Martin Carranza et Victoria Galardi.

Sortie le 8 juillet 2009.

Avec Inés Efron, Nicolas Pauls, Fabian Vena, Monica Gonzaga, Ricardo Darin.

Durée : 1h 16.

Articles liés

Découvrez “Routine”, le nouveau clip de Rathur en duo avec la chanteuse Clou
Agenda
51 vues

Découvrez “Routine”, le nouveau clip de Rathur en duo avec la chanteuse Clou

“Le clip Routine qui figure sur mon premier EP vient de paraitre. Je suis très fier de ce morceau enregistré en duo avec la chanteuse Clou. Je le trouve approprié à la couleur automnale qui s’installe. À l’envie de...

Rendez-vous au traditionnel marché de Noël du Collectif ISS
Agenda
52 vues

Rendez-vous au traditionnel marché de Noël du Collectif ISS

Vous recherchez des idées originales pour les cadeaux de fêtes de fin d’année? Le Collectif ISS organise son M-Art-ché ! Des œuvres originales, digigraphies, livres, sculptures… des artistes Stew, Koeurélé, Twopy, Jérôme Billa, Gérard Dumora et un invité spécial...

“Destination de nos lointains” de François Réau : une exposition immersive spatio-temporelle
Art
95 vues

“Destination de nos lointains” de François Réau : une exposition immersive spatio-temporelle

Je vous invite à découvrir l’exposition monographique de François Réau, Destination de nos lointains, exposée à la Fondation Bullukian jusqu’au 30 décembre 2022. Elle s’inscrit dans le programme Résonance de l’édition 2022 de la Biennale d’art contemporain de Lyon...