0 Shares 1663 Views

Avec “Tanguy, le retour”, Chatiliez tente de remonter la pente

Lucile Bellan 9 avril 2019
1663 Vues

Celui qui démarra sa carrière en fanfare peine depuis plus de vingt ans à retrouver un quelconque succès public ou critique. Et c’est avec une suite qu’il tente de nouveau de renouer avec nous.

Pour Etienne Chatiliez, la vie est un long fleuve en décrue. Venu de la publicité, le réalisateur a explosé en 1988 avec un premier long-métrage devenu culte, La Vie est un long fleuve tranquille. Les Groseille et les Le Quesnoy, « c’est lundi, c’est ravioli », ou encore Jésus reviens par Patrick Bouchitey : la comédie est définitivement entrée dans la culture collective du public français. En prime, quatre millions d’entrées et quatre César : meilleur premier film, meilleur scénario (avec Florence Quentin, la complice des débuts), meilleur espoir (Catherine “Marie-Thérèse” Jacob), meilleur second rôle féminin (pour Hélène Vincent).

En 1990, Tatie Danielle a certes attiré un public moindre (“seulement” 2 millions de personnes), mais les vacheries de cette matriarche détestable ont tout de même marqué, à tel point que même les personnes qui n’ont pas vu le film sont capables d’employer aujourd’hui encore l’expression “Tatie Danielle” pour désigner une vieille personne aigrie. Trois nominations aux César supplémentaires, même si cette fois, le film ne gagne aucune statuette, c’est tout de même marquant.

Il faut attendre cinq années pour se délecter du film suivant : Le Bonheur est dans le pré, écrit comme les précédents avec Florence Quentin, permet à Michel Serrault, Sabine Azéma et Eddy Mitchell de s’en donner à cœur joie, au sein d’un film merveilleusement scénarisé. Avec 4,9 millions de spectateurs et spectatrices, cela reste à ce jour le plus gros succès du réalisateur.

Tanguy, qui sort en 2001, fonctionne très bien aussi, bien que l’écriture semble moins aiguisée, et que tout soit plus empesé que d’habitude. Cette fois, Florence Quentin n’est plus au scénario. Elle est partie tenter la grande aventure de la réalisation, ce qui ne lui réussira guère, de Olé ! en Leur morale… et la nôtre. Mais le film marche bien, avec 4,3 millions de tickets vendus, et là encore, l’expression “Tanguy” entre dans le langage public, pour désigner un homme qui a du mal à quitter le cocon familial.

Tanguy fait réellement figure de film-pivot : moins bon mais toujours aussi performant, il précédera trois autres longs-métrages, de bien moindre qualité, qui trouveront leur public de plus en plus difficilement. Ecrit avec le co-auteur de Tanguy, La confiance règne (2004) réunit moins de 500 000 spectateurs, malgré le duo Cécile de France – Vincent Lindon. Agathe Cléry (2008) fait mieux (1,2 million), mais c’est davantage dû à la curiosité vis-à-vis du sujet (la femme raciste jouée par Valérie Lemercier, qui un jour se réveille avec la peau noire) qu’à la qualité réelle du film.

Quatre années plus tard, c’est L’Oncle Charles (2012) qui enfonce le clou : malgré le retour d’Eddy Mitchell, le film est un ratage, et le public ne s’y trompe pas, puisque moins de 300 000 places sont vendues. Un coup d’arrêt terrible pour celui qui avait si bien su remplir les salles.

Chatiliez a pris son temps. Et le revoici finalement avec la suite de Tanguy, qui ne prétend pas révolutionner le genre, comme en témoigne l’affiche, sciemment calquée sur celle du premier volet. Le trio Berger – Azéma – Dussollier y reprend ses marques, pour montrer comment une rupture peut mener Tanguy à retrouver le foyer familial, à 44 ans. Le film bénéficiera-t-il de l’aura du premier volet, sorti il y a 18 ans ? Rien n’est moins sûr. Mais attendons de voir.

Lucile Bellan

Articles liés

Mae Muller en concert le 19 février au 1999
Agenda
38 vues

Mae Muller en concert le 19 février au 1999

Après une série de concerts à travers l’Europe, de Dublin à Amsterdam en passant par Glasgow et Londres, l’artiste britannique Mae Muller clôture sa tournée avec un 8e concert au 1999 le 19 février. Mais qui est Mae Muller...

Le K : Grégori Baquet est un Kas à part, il se transforme en remarKable Konteur
Spectacle
119 vues

Le K : Grégori Baquet est un Kas à part, il se transforme en remarKable Konteur

S’appropriant quelques unes des nouvelles de Dino Buzzati, écrivain et journaliste, parues sous le titre Le K, Grégori Baquet nous emmène avec bonheur dans son monde d’une touchante poésie. En mêlant humour et fantastique, il joue sur le cynisme...

Christian Rizzo construit une maison chorégraphique suspendue
Spectacle
97 vues

Christian Rizzo construit une maison chorégraphique suspendue

Christian Rizzo revient à Chaillot, avec une cérémonie pour quatorze danseurs sous une structure lumineuse stupéfiante. Une sorte de rituel de passage, un tendre adieu à un être cher qui ouvre sur la fête et nous parle du besoin...