0 Shares 1334 Views

Black Swan – film de Darren Aronofsky

11 février 2011
1334 Vues
black_swan

black_swan::

Tape à l’œil. L’expression est presque trop simple pour un film aussi boursouflé ! Elle a le mérite, néanmoins, d’être parlante, rappelant incidemment que dans le cinéma de Darren Aronofsky, les corps ont mal. Jusqu’à l’épuisement. Ou la folie. Une petite précision liminaire qui n’est pas inutile : Black Swan se présente explicitement comme le pendant féminin de The Wrestler, l’ouvrage précédent – également perclus de douleur – du réalisateur. Le second volet d’un diptyque dédié au sacrifice, en somme, ceci pour la beauté de l’art : le catch chez les garçons (volet 1), la danse classique chez les filles (volet 2, quand même, l’inverse aurait été plus audacieux !). En bref, à des années lumière des gracieux Chaussons rouges de Michael Powell – auxquels on ne peut pas ne pas penser – Darren Aronofsky vise l’électrochoc. C’est peu dire qu’il charge. Et… que l’on souffre. Aïe !

black_swan_filmOr donc, voici la jolie Nina (Natalie Portman, impressionnante, pas seulement physiquement), ballerine du prestigieux New York City Ballet qui, par la grâce d’un directeur artistique aussi ténébreux que manipulateur (excellent Vincent Cassel), se voit confier le rôle principal du fameux Lac des cygnes. Gros défi : il s’agit d’incarner à la fois la pureté du cygne blanc et la sensualité du cygne noir. Toute d’innocence et de frustrations mêlée, cette perfectionniste monomaniaque saura-t-elle ouvrir la porte à ses démons sans se perdre ? On s’interroge… peu de temps ! A grands renforts d’effets appuyés, de jeux de miroirs et de masques, de rivalités mère-fille et de confrontations entre danseuses antinomiques, on comprend vite que la dualité est le nerf de cette guerre intime. Voire le dédoublement. Voire la schizophrénie. De fait, Nina brouille ses cartes entre réel et fantasmes. Daronofsky aussi. Et nous… on soupire.

Pourtant, a priori, le thème anxiogène de la métamorphose (jusqu’à la bascule finale) accompagne assez idéalement ce genre de cinéma, trouble, tourmenté, évidemment sexué. Après tout, Black swan – et son cortège de symboles, freudiens et/ou gothiques – n’est jamais qu’une nouvelle plongée, en forme de chute, dans la psyché d’une jeune fille en passe de devenir femme. Tada… Le hic, c’est que les tourments de la sexualité féminine, vus à travers l’œilleton de Daronofsky, sont tellement hystérisés sur grand écran que l’on a juste envie… de se frotter les yeux. A moins d’être totalement sidéré par la performance de Natalie Portman – ça sent l’Oscar à plein nez – ou agréablement chahuté par l’aisance de Mila Kunis,  impossible de ne pas être agacé par les surlignages grossiers de la mise en scène (et de la musique, Tchaïkovski revisité par Clint Mansell, pfff…). Black swan, hélas, n’est pas un film complexe. C’est une expérience un peu ridicule. Et, pour finir, assez épuisante.

Ariane Allard

A lire aussi sur Artistik Rezo :
les films à voir en 2011
Le Lac des cygnes au Théâtre des Champs-Elysées.

Black swan

De Darren Aronofsky

Avec Natalie Portman, Mila Kunis et Vincent Cassel

Sortie le 9 février 2011

Articles liés

Muriel Fagnoni et Julia Gai : « La fleur est une mise en abyme de l’éphémère et de la beauté de notre vie »
Art
83 vues

Muriel Fagnoni et Julia Gai : « La fleur est une mise en abyme de l’éphémère et de la beauté de notre vie »

Des œuvres connectées au floral et au végétal : voilà ce que nous propose le duo de curatrices Muriel Fagnoni et Julia Gai, fondatrices de la galerie d’art « quand les fleurs nous sauvent ». Leur intention est de...

Les saisons de Maia Flore by quand les fleurs nous sauvent
Art
107 vues

Les saisons de Maia Flore by quand les fleurs nous sauvent

Dès le 18 mars, le nouvel évènement « Les saisons de Maia Flore » de la galerie « quand les fleurs nous sauvent » invite à la rencontre intime entre l’artiste et la nature. Pour l’occasion, les curatrices Muriel Fagnoni et Julia Gai...

Les Césars 2021 – Critique d’un Divan à Tunis de Manele Labidi
Cinéma
112 vues

Les Césars 2021 – Critique d’un Divan à Tunis de Manele Labidi

La Cérémonie des Césars aura lieu le 12 mars 2021. À l’aube d’une édition particulière marquée par la crise sanitaire, nous avons décidé de vous offrir un tour d’horizon des films nommés ainsi que nos favoris. Installez-vous confortablement car,...