0 Shares 496 Views

Ce qui nous lie : le retour à la terre de Cédric Klapisch

18 juin 2017
496 Vues
226079.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Ce qui nous lie

De Cédric Klapisch

Avec Pio Marmaï, Ana Girardot, François Civil, Jean-Marc Roulot, Jean-Marie Winlig, Maria Valverde, Eric Caravacca.

Durée : 113 min.

Sortie le 14 juin 2017.

Pourtant, bien que Jean soit le narrateur du film, Ce qui nous lie n’est pas seulement son histoire. C’est un film sur la terre, sur le vin, sur le lien, sur l’héritage. Mais c’est aussi un film sur une femme qui s’affirme après avoir trop longtemps vécu dans l’ombre de son père et de ses frères. C’est l’histoire de Juliette, depuis l’enfance douée pour le vin et passionnée par la viticulture, qui reprend le domaine de son père alors que celui-ci avait toujours voulu faire de Jean son héritier. C’est l’histoire de Juliette qui ne se sent « pas faite pour être patronne » et requiert constamment l’avis des autres avant d’enfin oser taper du poing sur la table et proclamer : « C’est mon vin ».

C’est l’histoire de Jérémie, le petit dernier, surprotégé, qui apprend lentement à dire non.

225454.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxC’est également l’histoire de la terre de Bourgogne, traitée comme un véritable personnage. Un cycle de vie qui accompagne le cycle du vin. « On croit que la terre nous appartient » dit en substance le personnage de Jean « mais à force de s’en occuper, on réalise qu’on lui appartient un peu aussi ». C’est cette acceptation de soi, de sa propre histoire, qui permettra à Jean de résoudre ses conflits intérieurs avec son passé et son présent. Cultiver la terre aux côtés de ses frères et sœurs, travailler à produire un vin exigeant, lui feront un peu mieux comprendre son père et ressentir enfin l’amour que celui-ci n’a pas su lui exprimer correctement de son vivant.

On savait Cédric Klapisch doué pour décrire la jeunesse, son sentiment de révolte, ses rêves d’absolu dans des films générationnels aussi marquants que le culte Péril Jeune ou L’Auberge Espagnole, film emblématique de la génération Erasmus. Mais avec Ce qui nous lie, il réussit un beau portrait de famille, un film sur la transmission, sur ce moment de bascule où l’on réalise ce qu’on doit à ce contre quoi on s’est révoltés et comment la révolte nous a façonnés. Ainsi, le personnage de Jean frappe-t-il parfois par ses ressemblances fugaces avec les Tomasi et les Xavier d’autrefois ; mais des Tomasi et des Xavier qui seraient revenus au bercail et s’y seraient apaisés, pour en retenir quoi transmettre à leur tour.

Raphaëlle CHARGOIS

[Crédits Photos : © 2017, Emmanuelle Jacobson-Roques, Ce Qui Me Meut. ]

Articles liés

The Dark Master – Théâtre de Gennevilliers
Agenda
32 vues
Agenda
32 vues

The Dark Master – Théâtre de Gennevilliers

Avec pour décor un restaurant d’Osaka, la rencontre entre un jeune homme perdu et un chef cuisinier talentueux prend une tournure étrange, comme si Kurô Tanino souhaitait nous prévenir de ne pas toujours se fier aux apparences. Osaka. Un...

Laurent De Wilde : New Monk Trio – Sunset Sunside
Agenda
28 vues
Agenda
28 vues

Laurent De Wilde : New Monk Trio – Sunset Sunside

On se souvient toujours de son projet acoustique autour de Monk salué unanimement par la presse et le public. Après une décennie consacrée à la découverte de nouveaux sons, Laurent de Wilde se recentre enfin sur la grande tradition...

Cuisine et confessions – Bobino
Agenda
36 vues
Agenda
36 vues

Cuisine et confessions – Bobino

La Cuisine. Mémoire ancestrale. Recette transmise de génération en génération. Une mémoire profondément ancrée dans l’inconscient, que seuls certains goûts et odeurs particuliers peuvent faire renaître. Nos souvenirs sont autant d’ingrédients de notre histoire. Goût d’enfance, brise estivale, saveur...