0 Shares 1623 Views

De “Contrôle parental” à “Guy” : 4 films à voir en août 2018

Lucile Bellan 1 août 2018
1623 Vues

Chaque mois, la rédaction d’Artistik Rezo choisit pour vous les 4 films qu’il faut absolument aller découvrir en salles. Une sélection éclectique, composée d’œuvres faisant l’événement et de perles plus méconnues.

 

1) Contrôle parental, de Kay Cannon (1er août)
Comme chaque été, une poignée de comédies américaines habituellement vouées à sortir en direct to VOD finissent par atterrir sur nos écrans, souvent moins pour des raisons artistiques que pour des questions de quotas. Toujours est-il que Contrôle parental se distingue avantageusement du lot en donnant une tournure progressiste à un ensemble qui aurait pu sembler salement puritain. Cette histoire de trois adolescentes désireuses de perdre leur virginité le soir du bal de fin d’année, mais à qui leurs parents vont mettre des bâtons dans les roues, est à la fois gonflée et inattendue. Et la présence de la fabuleuse Leslie Mann dans l’un des rôles principaux ne fait qu’ajouter à notre plaisir.

 

2) Le Poirier sauvage, de Nuri Bilge Ceylan (8 août)
Palmé pour Winter sleep, primé pour Il était une fois en Anatolie et Uzak, le plus grand cinéaste turc en activité est reparti bredouille du dernier Festival de Cannes. Pourtant, son Poirier sauvage aurait été tout à fait légitime au palmarès, tant la mise en scène de Nuri Bilge Ceylan semble atteindre encore une fois des sommets de maîtrise et de lyrisme. Le fond n’est pas mal non plus : cette histoire d’un aspirant écrivain qui cherche à se faire éditer à tout prix mais doit composer avec les énormes dettes laissées par son père est une nouvelle fois riche en enjeux dramatiques. Un marathon de plus de trois heures, intense et exigeant, mais qui sait le rendre au centuple.

 

3) Le Monde est à toi, de Romain Gavras (15 août)
Voilà plus d’une dizaine d’années, le collectif Kourtrajmé semblait en capacité de conquérir le monde, avec ses jeunes cinéastes ambitieux, apparemment désireux de multiplier les projets et de faire les choses à leur sauce. Finalement, Kim Chapiron et Romain Gavras n’ont pas été aussi productifs que prévu : en revanche, ils livrent des productions quatre étoiles, soignées, pensées, maîtrisées, loin de la folie incontrôlable dont on les imaginait tributaires. Le Monde est à toi est à cette image : c’est un film à la fois très libre et très réfléchi, qui fait partir très loin l’histoire d’un petit dealer rêvant de devenir importateur de Mr. Freeze au Maghreb. Le film est porté par un casting foisonnant, où chaque interprète semble prendre un plaisir communicatif. Autour d’un Karim Leklou qui gagnerait à être plus connu, on trouve notamment Isabelle Adjani, Vincent Cassel, Philippe Katerine, Oulaya Amamra (la révélation de Divines) ou encore François Damiens.

 

 

4) Guy, d’Alex Lutz (29 août)
Avec Le Talent de mes amis, son premier long métrage, Alex Lutz était curieusement passé un peu inaperçu, alors que cette comédie dramatique existentielle était truffée de moments forts. Cette fois, Guy devrait davantage faire parler. C’est l’histoire de Guy Jamet, un chanteur de variétés vieillissant, qu’un jeune journaliste va suivre sur une tournée afin d’en dresser le portrait, caméra au poing. Dans la peau du crooner, un Alex Lutz grimé, vieilli, ce qui ne l’empêche pas de livrer une prestation d’une sincérité ahurissante. Dans celle du journaliste pensant être le fils de l’artiste, Tom Dingler, acteur déjà vu dans le premier film de Lutz. Le portrait du chanteur et le face-à-face entre les deux hommes sont deux très bonnes raisons de se ruer sur ce qui mériterait d’être le succès de la rentrée.

 

Lucile Bellan

Articles liés

Afaina de Jong : virée entre art et architecture
Art
263 vues
Art
263 vues

Afaina de Jong : virée entre art et architecture

L’architecte néerlandaise Afaina de Jong et son studio AFARAI travaillent sur les connexions entre les gens et les mouvements culturels traditionnellement peu représentés par l’architecture dans un contexte de villes en mutation où chacun a un rôle à jouer....

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel
Agenda
182 vues
Agenda
182 vues

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel

Une soirée organisé par “la Galerie”. Sous l’impulsion de son directeur artistique Gwenaël Billaud, la Galerie a su depuis imposer un nouveau concept de soirées investies par l’art moderne et contemporain, dans le cadre desquelles participent performeurs, artistes, DJs,...

René Urtreger Trio au Sunset Sunside
Agenda
55 vues
Agenda
55 vues

René Urtreger Trio au Sunset Sunside

Dans le petit monde du jazz, on l’appelle parfois le « roi René ». Comme en écho lointain de ce comte de Provence du XIVe siècle qui préférait les arts florissants des lettres et la compagnie des gens d’esprit...