0 Shares 741 Views

De “Seules les bêtes” à “La Vérité” : 4 films à voir en décembre 2019

Lucile Bellan 2 décembre 2019
741 Vues

Chaque mois, la rédaction d’Artistik Rezo choisit pour vous les 4 films qu’il faut absolument aller découvrir en salles. Une sélection éclectique, composée d’œuvres faisant l’événement et de perles plus méconnues.

1) Seules les bêtes, de Dominik Moll (4 décembre)
Depuis Harry, un ami qui vous veut du bien, immense thriller existentiel sorti en 2000, Dominik Moll n’a hélas pas cessé de décevoir. De Lemming à Des Nouvelles de la planète Mars, le cinéaste n’est pas parvenu à renouer de façon convaincante avec la singularité qui fut la sienne à cet instant. Adaptation d’un roman policier maintes fois récompensé, Seules les bêtes pourrait lui permettre de renouer enfin avec le succès critique et public : d’un postulat relativement commun (la disparition d’une femme dans une zone enneigée), Moll et son fidèle coscénariste Gilles Marchand tirent un polar malicieux et inattendu, porté par un casting puissant (Denis Ménochet et Valeria Bruni Tedeschi tirent particulièrement leur épingle du jeu).


2) Les Envoûtés, de Pascal Bonitzer (11 décembre)
Depuis Encore et Rien sur Robert, Pascal Bonitzer livre régulièrement des œuvres élégantes, littéraires, aux confins de l’absurde. Parmi les plus récentes, Cherchez Hortense et Tout de suite maintenant ont montré qu’il était en pleine possession de son art. Avec Les Envoûtés, Bonitzer sort de sa zone de confort, lorgnant le Arrête ou je continue de Sophie Fillières, cinéaste singulière s’il en est, et accessoirement sa compagne de longue date. Soit une aventure sentimentalo-forestière, où la personne la plus sauvage n’est pas forcément celle qu’on croit. En tête d’affiche, Sara Giraudeau et Nicolas Duvauchelle font des merveilles.


3) The Lighthouse, de Robert Eggers (18 décembre)
Est-ce que cela ne serait pas le film le plus hype de la fin de l’année ? Willem Dafoe et Robert Pattinson en gardiens de phare, dans la Nouvelle-Angleterre du XIXe siècle, le tout filmé par le réalisateur du très coté The Witch, c’est tout ce qu’il faut pour faire exploser la bulle du cinéma art et essai. Passé par le Festival de Cannes 2019 (Quinzaine des Réalisateurs) ainsi que par Deauville, The Lighthouse mérite qu’on n’en révèle pas plus sur son déroulement, tant celui-ci est surprenant et délectable. Le côté beckettien des premières minutes laisse en effet place à un déroulé bien différent, pour notre plus grand bonheur.


4) La Vérité, de Hirokazu Kore-eda (25 décembre)
C’est auréolé d’une Palme d’Or pour Une Affaire de famille (couronné en 2018) que le cinéaste japonais Hirokazu Kore-eda débarque pour un film tourné en français. Le casting de La Vérité impressionne : Juliette Binoche, Catherine Deneuve, mais aussi Ludivine Sagnier et Ethan Hawke sont à l’affiche de ce drame dans lequel une grande star de cinéma (Deneuve herself) et sa fille scénariste à Hollywood (Binoche) se retrouvent autour de la publication des mémoires de la première, qui tourne un film aux accents fantastiques sur la jeunesse éternelle. Un film étrange, différent du style habituel du réalisateur nippon, mais éminemment charmant.

Articles liés

Un conte de Noël entre Tchekhov et Shakespeare
Spectacle
73 vues

Un conte de Noël entre Tchekhov et Shakespeare

Julie Deliquet et son collectif In Vitro se saisissent aujourd’hui d’un scénario de cinéma pour l’incarner au théâtre dans un espace bi-frontal ouvert à toutes les émotions et aux spectateurs. Dans une grande maison de famille, parents et enfants...

Marina Cars aux Sentier des Halles
Agenda
34 vues

Marina Cars aux Sentier des Halles

Voici bon nombre de questions cruciales auxquelles Marina tentera de vous répondre. Le public peut-il dormir pendant un spectacle ? Est-ce que c’est mieux un médecin qui s’appelle Robert ou Roberto ? Faut-il laver ses soutiens-gorge fréquemment ? Y’...

Réalités, exposition collective à la Galerie Mathgoth
Agenda
40 vues

Réalités, exposition collective à la Galerie Mathgoth

2020 marquera le 10ème anniversaire de la galerie Mathgoth qui a décidé de débuter l’année sous les auspices de 11 peintres à la technique incroyable et dont les œuvres flirtent en permanence avec l’hyperréalisme. D’où le titre évocateur de...