0 Shares 290 Views

Début 2020, la comédie française tout feu tout flamme

Lucile Bellan 15 janvier 2020
290 Vues

Les comédies made in France n’ont pas perdu de temps : l’année 2020 du rire à la française a débuté dès le 1er janvier, et les tentatives hexagonales de faire rire le public vont à présent déferler chaque semaine ou presque. Revus de détails.

Tout a commencé le premier jour de cette nouvelle décennie, avec Play, le troisième long-métrage d’Anthony Marciano (Les Gamins). Max Boublil est de nouveau à la tête de cette comédie de potes qui observe une amitié collective à travers des images filmées par les personnages eux-mêmes à travers différentes époques. L’ensemble fonctionne de façon hyper efficace, avec beaucoup de gags très drôles, pas mal de tendresse, et une vraie vision de la façon dont l’amitié a évolué depuis le début du siècle.

Le 15 janvier, ce sont pas moins de deux comédies françaises qui vont débarquer sur nos écrans. L’une s’appelle Une belle équipe, signée Mohamed Hamidi (La Vache, Le Doudou). Ou comment un petit club de football nordiste va faire jouer 100% de femmes pour pallier la suspension des hommes, et ainsi éviter de disparaître. Céline Salette, Alban Ivanov ou encore Kad Merad font partie du casting du film, dont le pitch rappelle Comme des garçons, avec Max Boublil (encore lui), qui avait hélas essuyé un sérieux revers au box-office.

Le même jour, c’est le film à segments Selfie qui tentera de prendre le pouls de notre génération hyperconnectée, à travers les savoureuses destinées d’une prof pas franchement à la page (méconnaissable Elsa Zylberstein), d’un enfant malade dont la guérison prive une famille de la célébrité virtuelle qu’elle était en train de se forger, ou d’un homme tentant d’augmenter sa note sur une appli de rencontre afin de pouvoir enfin entrer en contact avec la femme exigeante qu’il convoite. Un petit côté Black Mirror, mais pour de rire, concocté par la fine fleur des scénaristes français, de Thomas Bidegain à Vianney Lebasque.

En fin de mois, c’est Le Lion qui commencera à rugir dans les salles. Visiblement influencé par les comédies à la Francis Veber, le film de Ludovic Colbeau-Justin (C’est tout pour moi, avec l’humoriste Nawell Madani) suit Philippe Katerine et Dany Boon dans le rôle d’un psychiatre et de l’un de ses patients, qui se prend visiblement pour un agent secret. Le tout forme une aventure rocambolesque, à la limite du buddy movie cher aux Américains. Le succès n’est pas assuré mais il est probable, si le bouche-à-oreille est positif en tout cas.

En parlant de carton, il est quasi certain que Ducobu 3 va cartonner, d’autant que sa sortie précède de peu les prochaines vacances scolaires. La première réalisation d’Élie Semoun sortira le 5 février, permettant de retrouver le cancre Ducobu et l’intello Léonie Gratin pour la troisième fois. Cette adaptation de la BD créée par Zidrou et Godi en 1992 ne volera sans doute pas très haut, mais ses potacheries devraient une nouvelle fois réjouir les plus jeunes. Leurs accompagnants, eux, devront sans doute prendre leur mal en patience et profiter de la présence de Semoun (dans son éternel personnage d’instituteur ringard et colérique) et Gérard Jugnot (en prince de la triche).

Articles liés

Un conte de Noël entre Tchekhov et Shakespeare
Spectacle
150 vues

Un conte de Noël entre Tchekhov et Shakespeare

Julie Deliquet et son collectif In Vitro se saisissent aujourd’hui d’un scénario de cinéma pour l’incarner au théâtre dans un espace bi-frontal ouvert à toutes les émotions et aux spectateurs. Dans une grande maison de famille, parents et enfants...

Marina Cars aux Sentier des Halles
Agenda
49 vues

Marina Cars aux Sentier des Halles

Voici bon nombre de questions cruciales auxquelles Marina tentera de vous répondre. Le public peut-il dormir pendant un spectacle ? Est-ce que c’est mieux un médecin qui s’appelle Robert ou Roberto ? Faut-il laver ses soutiens-gorge fréquemment ? Y’...

Réalités, exposition collective à la Galerie Mathgoth
Agenda
53 vues

Réalités, exposition collective à la Galerie Mathgoth

2020 marquera le 10ème anniversaire de la galerie Mathgoth qui a décidé de débuter l’année sous les auspices de 11 peintres à la technique incroyable et dont les œuvres flirtent en permanence avec l’hyperréalisme. D’où le titre évocateur de...