0 Shares 609 Views

Justine Lévêque : “Nous avons pour volonté d’être un festival de l’inattendu”

© Justine Lévêque

Rencontre avec Justine Lévêque, directrice artistique et évènementiel de Champs-Élysées Film Festival, le festival de cinéma indépendant français et américain. Justine revient avec nous sur l’organisation de la neuvième édition du festival qui se tiendra en ligne du 9 au 16 juin 2020.

© Champs-Élysées Film Festival

Bonjour Justine, vous êtes directrice artistique de Champs-Élysées Film Festival depuis plusieurs années. Pouvez-vous nous exposer votre parcours ?

Bonjour et merci pour votre accueil ! En quelques mots, mon parcours a toujours été à cheval entre la théorie et la pratique. Suite à des études en arts et culture, j’ai souhaité me spécialiser en théories du cinéma et faire de la recherche. Les rencontres et découvertes m’ont amené en parallèle à travailler dès mes 19 ans sur des festivals et cela ne m’a jamais quitté. Je me suis ensuite spécialisée en éducation à l’image et, à la fin de mes études, j’ai de suite commencé en distribution internationale tout en continuant à travailler sur divers festivals en France, à écrire et à être chroniqueuse pour l’émission Extérieur Nuit sur Radio Campus Paris.
J’ai rejoint Champs-Élysées Film Festival aux côtés de Sophie Dulac, Présidente et Fondatrice, en 2015 soit pour la 4e édition !

En quoi consiste votre métier ? Pouvez-vous nous détailler l’une de vos journées types ?

Mon métier de directrice artistique et évènementiel englobe un large spectre de missions. De la composition des jurys à la sélection des films, du choix des invités d’honneur à la programmation musicale, des Ressources Humaines à l’administratif et la comptabilité, des partenariats au US Tour à l’automne qui s’étoffe davantage chaque année… Vous décrire une journée type serait quelque peu difficile, je n’en ai pas à proprement parler, je pourrais plutôt vous parler d’une année type ! Chaque journée est différente mais toujours marquée par la culture et l’humain, c’est une grande richesse dont je suis reconnaissante.

Champs-Élysées Film Festival s’adapte cette année en raison du Covid-19. Comment vous est venue l’idée de lancer l’édition en ligne ? Quelles sont les différences concernant la préparation du festival par rapport aux éditions précédentes ?

Face à la situation, il y avait trois options possibles : annuler, reporter ou digitaliser. Le reporter n’a pas vraiment été envisagé : le reporter oui mais à quelle date ? De plus, la sortie de nombreux films majeurs est prévue pour la rentrée de septembre et il était hors de question de le reporter sur des dates où d’autres festivals se produisent habituellement. Et… nous sommes un festival estival !
Il nous semblait néanmoins nécessaire de poursuivre notre engagement de mise en lumière de jeunes talents, que ces courts et longs métrages que nous aimons puissent être vus et qu’ils rencontrent leur public. Les artistes ont besoin de notre amour et de notre soutien pour que leurs œuvres continuent d’exister. Nous avons donc décidé de le voir comme une opportunité exceptionnelle d’amener un certain cinéma indépendant à domicile et de tenter de toucher la France entière.
Nous avons immédiatement contacté les réalisateurs, les membres du jury et les artistes musicaux, leur retour fut enthousiaste et nous avons poursuivi ensemble ce projet de festival online.

© Champs-Élysées Film Festival

Pour ce qui est de la préparation et des différences concernant les autres éditions… Tout a été mis en place à distance, chacun chez soi, avec une équipe quotidiennement active extrêmement réduite.
Nous étions débordés mais seuls chez nous là où d’habitude ça s’agite et ça fourmille dans notre open-space ! Nous l’avons fait, nous avons beaucoup appris en très peu de temps et nous nous en souviendrons ! Quelle aventure et quelle équipe formidable !

Comment se met en place la programmation du festival ? Les jurys, les sélections des films en compétition…?

Le festival se positionne comme étant une plateforme de rencontre de la jeune création et de l’indépendance tant cinématographique que musicale. Nous avons pour volonté d’être un festival de l’inédit, de la découverte, de l’inattendu et d’amener la contre-culture et l’indépendance sur les Champs-Élysées.
Partant de ce postulat, avec une direction artistique claire et assumée nous partons à la recherche de nouveaux talents et d’œuvres inédites sur des festivals tout en lançant en parallèle notre appel à films pour nos 4 compétitions.
Pour les jurys, cela se fait au gré des découvertes tant cinématographiques qu’humaines. Nous invitons chaque année des personnalités authentiques dont les univers éclectiques et la singularité des regards sont toujours un atout pour accompagner et soutenir les courts et longs métrages français et américains sélectionnés en compétitions officielles.

© Champs-Élysées Film Festival

Chaque année, des grands noms du cinéma américain et français sont présents au festival. Comment se déroulent les invitations ?

Les invitations se déroulent chaque année assez simplement, c’est surtout une question d’emploi du temps. Et cela s’avère de plus en plus “simple” à mesure que la notoriété du festival grandit. Nous débutons ce travail dès le mois de janvier habituellement mais, les tournages étant nombreux en juin, il y a toujours des indisponibilités.
Pour cette 9e édition, nous avons concentré notre attention sur les talents vivant en Europe afin de faciliter le live et ne pas avoir de problèmes liés à un décalage horaire trop important.

Le festival a lieu dans quelques semaines. Pourriez-vous donner quelques informations à nos lecteurs sur cette nouvelle édition ?

Préparez-vous à être ému et à rire aux larmes, préparez-vous à la découverte, à l’authenticité et à la liberté de créer. Nous vous donnons rendez-vous du 9 au 16 juin pour célébrer le cinéma, la musique et l’arrivée de l’été ensemble sur notre site Internet.

Propos recueillis par Marie Le Balc’h

Articles liés

Léo Dorfner : “J’envisage mes aquarelles comme des films ou des poèmes”
Art
147 vues

Léo Dorfner : “J’envisage mes aquarelles comme des films ou des poèmes”

Les aquarelles de Léo Dorfner captivent, fascinent, tant par leur réalisme que par leur beauté. Des gros plans de la peau, des yeux, des mains et de la bouche, interviennent comme capteurs émotionnels et sensoriels que l’artiste met au...

Jacques Weber fait sa Crise de Nerfs
Spectacle
321 vues

Jacques Weber fait sa Crise de Nerfs

A 71 ans, celui qui incarnait Cyrano de Bergerac dans le film de Jean-Paul Rappeneau remonte sur les planches sous la direction du metteur en scène allemand Peter Stein au Théâtre de l’Atelier. Trois courtes pièces de Tchekhov, dont...

“Avalanches”, le nouveau clip de Thelma
Agenda
212 vues

“Avalanches”, le nouveau clip de Thelma

Thelma, deux voix en fusion, brutes et sensuelles, scandent comme un chant de guerre et les humeurs capricieuses des jours. Les rythmes ont le pas lourd, les basses tonnent dans la poitrine et la posture est ambitieuse. Tout commence sur les bancs de l’école...