0 Shares 411 Views

La double vie de Véronique de Krzysztof Kieślowski : à voir ou à revoir

12 juin 2020
411 Vues

© Cinémathèque française

Un beau film énigmatique, lent, mais vif. Pour beaucoup c’est un chef-d’œuvre. Pour toute soirée cosy, dans son canapé, ce film est idéal.

La Double vie de Véronique, c’est l’histoire de deux femmes, l’une nommée Weronika qui vit à Cracovie et l’autre, Véronique, à Clermont-Ferrand. Ces deux femmes se ressemblent physiquement comme psychiquement. Elles ont toutes les deux une voix magnifique, elles souffrent des mêmes problèmes. Mais les deux femmes s’ignorent et pourtant leurs destins sont liés et se croisent.

© 1991 SIDERAL PRODUCTIONS

La double vie de Véronique, c’est un film qui parle d’une liaison par l’esprit, le psychisme, mais pas corporelle. Le film est en deux parties. Dans la première, on voit le destin tragique de Weronika. Dans la seconde, nous assistons au fabuleux destin de Véronique dont la fin est heureuse. Est-ce grâce au hasard ou à une force spirituelle ?

Ce film ménage une grande place à la seconde chance. Les erreurs commises par Weronika, ne serons pas vaines, mais serviront a Véronique pour ne pas sombrer. Le réalisateur, Krzysztof Kieślowski, nous révèle des sentiments peu communs. Peut-être même une impression de déséquilibre. Car la première partie est plutôt lente avec la descente tragique de Weronika. Puis vient le moment où le film va complètement s’accélérer, avec une course sans relâche pour Véronique qui va retrouver l’homme qui lui permettra de découvrir qui elle est.

La photographie de ce film est sublime, entre les jeux de caméra et les jeux de couleur. Pendant 1h38, nous nous rinçons l’œil. Les plans sont magnifiques, accompagnés d’une lumière peu commune, qui laisse à penser quelle place importante prend l’esthétisme. La musique de Zbigniew Preisner qui accompagne ces images souligne encore la beauté du film. Cependant certains plans en caméra-œil viennent parfois nous étonner, voire nous déstabiliser. De plus, le film peut paraître à certains moments un peu lents, ce qui accentue le déséquilibre. Les plans sont recherchés, mais rendent la concentration difficile durant la totalité du film. Une des faiblesses ce sont peut-être aussi les effets spéciaux : nous voyons clairement que ce n’est pas l’actrice Irène Jacob, qui chante. Cela est assez perturbant d’autant plus que quand elle chante il y a souvent des gros plans.

Néanmoins si vous êtes friand de plans lents avec une musique plus qu’exceptionnelle ce film va vous régaler. Vous pouvez actuellement le visionner sur LaCinetek, ici.

Titou Granier

Articles liés

Alexis Le Rossignol au Point Virgule
Agenda
51 vues

Alexis Le Rossignol au Point Virgule

Vous l’avez découvert sur France Inter ? Ne le ratez pas sur scène ! Le 9 mai 2019, CNews a écrit à son sujet: “de digressions en digressions, il a l’art de sublimer le quotidien de son humour délicieusement...

Ërell : “Mon style s’apparente à une prolifération artistique urbaine”
Art
132 vues

Ërell : “Mon style s’apparente à une prolifération artistique urbaine”

À 33 ans, Ërell sème ses motifs géométriques tous autant accessibles qu’énigmatiques dans l’espace urbain. Ses compositions qui évoluent au fil des rues constituent une ode à la nature. Pouvez-vous nous présenter votre parcours ? J’ai commencé à pratiquer...

Sandrine Sananès : “Chaque personne a en elle la capacité de créer”
Art
151 vues

Sandrine Sananès : “Chaque personne a en elle la capacité de créer”

C’est à l’Atelier de Charenton que Sandrine Sananès exerce et prône l’expression de la créativité sans thème et sans modèle, selon sa méthode “Le Geste de peindre”.  Pouvez-vous exposer votre parcours ? J’ai d’abord vécu dans le sud de...