0 Shares 888 Views

“La nouvelle comédie du cinéma français”, entretiens avec des cinéastes

27 février 2017
888 Vues
La nouvelle comédie du cinéma français

La nouvelle comédie du cinéma français

Entretiens avec Fernando Ganzo, Jacky Goldberg et Quentin Mével

Paru le 25 février 2017 aux Nouvelles Editions

La nouvelle comédie du cinéma françaisParu le 25 février 2017

Qu’est-ce qui fait tourner la (bonne) comédie française ? C’est la question que se sont posée Fernando Ganzo, Jacky Goldberg et Quentin Mével, auteurs d’un livre d’entretiens avec dix cinéastes dont c’est le genre favori.

On a trop souvent tendance à n’évoquer la comédie française que sous son aspect le plus bassement populaire, de la série des Taxi jusqu’aux films avec Franck Dubosc (dont certains sont tout à fait fréquentables quand d’autres sont absolument le contraire). Fernando Ganzo (rédacteur en chef de So Film), Jacky Goldberg (critique aux Inrockuptibles) et Quentin Mével (délégué de l’Association des Cinémas de Recherche d’Ile-de-France, qui contribue à éditer le livre) ont ainsi tenu à se pencher sur des noms parfois moins connus du grand public, mais sans doute plus fins que Fabien Onteniente ou Gérard Krawczyk dans leur façon d’aborder le genre comique.

 

En résulte une série de neuf entretiens avec dix cinéastes (pour cause de duo Toledano / Nakache) auxquels les trois hommes ont posé des questions sur leurs propres goûts en matière de comédie, mais aussi sur leur façon de travailler (impact du montage ou de la direction d’acteurs, par exemple). Le tout en se basant sur des situations concrètes, récentes et précises tirées des longs-métrages récemment réalisés par les interviewés et interviewées. D’Eric Judor (Platane) à Justine Triet (Victoria) en passant par Rudi Rosenberg (Le Nouveau), le panel est large et passionnant.

 

Le point commun de ces entretiens ? Tous participent à démontrer que la comédie n’est pas un genre rigolo à faire : il faut de la précision, beaucoup de sérieux, un cadre fort. Pour que la bonne humeur se fasse ressentir dans les salles de cinéma, pour que les improvisations éventuelles puissent donner quelque chose, il faut savoir créer un esprit, une ambiance. En lisant ce petit livre coûtant seulement 10 euros, on a l’impression d’observer ces réalisateurs et réalisatrices en train de travailler, de leur bureau de scénaristes jusqu’au dernier jour de montage. Sentiment grisant parce qu’intime, et surtout diablement enrichissant.

Lucile Bellan

Les 10 cinéastes : Sébastien Betbeder, Eric Judor, Romain Lévy, Jean-Chritophe Meurisse, Olivier Nakache, Antonin Peretjatko, Axelle Ropert, Rudi Rosenberg, Eric Toledano, Justine Triet

[Image 2017 © Les Nouvelles Editions]

Articles liés

« The way she dies » : pour l’amour d’Anna Karénine
Spectacle
47 vues
Spectacle
47 vues

« The way she dies » : pour l’amour d’Anna Karénine

Au croisement des langues et des cultures, le collectif TgSTan et le metteur en scène Tiago Rodrigues donnent naissance à un spectacle poétique et irradiant, qui célèbre la passion en même temps que la littérature. Un moment théâtral de...

YES! TRIO : le premier album studio de trois maîtres du jazz
Agenda
35 vues
Agenda
35 vues

YES! TRIO : le premier album studio de trois maîtres du jazz

Soudés par une amitié de vingt-cinq ans, trois maîtres contemporains du jazz, Ali Jackson (batterie), Aaron Goldberg (piano) et Omer Avital (contrebasse), réactivent avec bonheur la tradition du genre, au sein d’un trio moderne qui magnifie l’esprit du swing...

Tempête en Juin au Théâtre La Bruyère
Agenda
37 vues
Agenda
37 vues

Tempête en Juin au Théâtre La Bruyère

En 1942, dans la France occupée, Irène Némirovsky écrit son roman le plus déchirant, « Suite française ». Il restera inachevé. Le premier tome de ce roman, « Tempête en juin », suit une quarantaine de personnages sur les...