0 Shares 1548 Views

La Planète au trésor ou la (re)découverte d’un chef-d’œuvre

Sarah Leclerc 22 novembre 2021
1548 Vues

“Je veux être un homme libre !”. Réalisé par Ron Clements et John Musker des studios d’animation Disney, La Planète au trésor : Un nouvel univers relate l’histoire de Jim Hawkins, un jeune adolescent assoiffé de liberté qui s’en va parcourir le monde. Ce film est une ode aux rêves, à l’imagination et aux aventures julesverniennes.

Une attention toute particulière portée aux détails 

Sorti en 2002 pendant la période dite de “Transition” des studios (2000-2008), La Planète au trésor : Un nouvel univers est le fruit d’une étude approfondie de l’univers “steampunk” et victorien du XIXème siècle. Cela se retrouve tant dans la complexité détaillée des ornements des nombreuses machines à vapeur et autres objets insolites de l’époque, qu’au sein même de la construction narrative et esthétique du film.

L’adolescence comme fil rouge d’une trame peut-être trop osée

Symbole de renaissance, ce film ne se contente pas d’être un récit simple et superficiel : il s’érige comme une métaphore des conflits internes de tout adolescent souhaitant trouver sa place au sein d’un univers qu’il ne découvre que progressivement.

En effet, lâchement abandonné par son père puis élevé seul par sa mère mais croyant en l’existence de cette fameuse planète au trésor, Jim part se réfugier dans un sport à sensations. Ce sport lui procure une frénésie si forte que l’envie de vivre et d’avancer entre inévitablement en opposition avec son sentiment de tristesse et d’abandon. Cette dualité palpable tout au long du film n’est pas sans faire écho aux crises pendant l’adolescence durant lesquelles la réalité vient se heurter à certaines aspirations profondes que nous pensons alors irréfutables et absolues.

La Planète au trésor : Un nouvel univers, de Ron Clements et John Musker

En dépit d’un rendu extraordinaire pour un film d’animation, c’est cette thématique si riche, intéressante et peut-être complexe qui déplut au moment de la sortie. Aux antipodes des merveilleux contes auxquels Disney nous a toujours habitués, La planète au trésor : Un nouvel univers arrive sans crier gare. Destiné à un public sans doute plus averti et pouvant aisément comprendre les problèmes soulevés par le film, la technicité des dessins et de l’animation n’a pas su convaincre tout le monde, ou du moins pas dès sa sortie.

Une (re)découverte immanquable

Les critiques sont pourtant unanimes : le film est bon et sera notamment nommé pour l’Oscar du meilleur film d’animation en 2003. À raison, les fans de Disney le qualifient de film “largement sous-estimé”, au même titre que Atlantide, l’empire perdu sorti en 2001.

La fameuse règle des 70% d’animation traditionnelle pour 30% d’animation science-fictionnelle, mêlée au style de la Brandywine School, n’a malheureusement pas eu l’effet escompté. Souhaitant aussi entremêler des éléments 2D et 3D, le rendu est époustouflant mais sans forcément crever l’écran auprès des plus jeunes. La bande-son est également bien construite. Interprété par David Hallyday dans la version française, le morceau Un homme libre sied à merveille le film. Tout comme Always Know Where You Are, composé et interprété par John Rzeznik des Goo Goo Dolls.

La planète au trésor : Un nouvel univers réunissait tous les ingrédients pour être un succès et bénéficie encore de ce potentiel. Véritable merveille cinématographique, incompris à sa sortie puis reconsidéré et porté depuis par ceux ayant grandi au début des années 2000, ce film reste un chef-d’œuvre mémorable. À voir à tout âge mais sous différents degrés de lecture et d’appréciation, ce long métrage de la Walt Disney Pictures émerveillera petits et grands. Que nous décidions de grandir ou non…

Articles liés

Frac de Marseille : des artistes engagés, dans un écrin de Kengo Kuma
Art
269 vues

Frac de Marseille : des artistes engagés, dans un écrin de Kengo Kuma

Le Frac (Fonds régional d’art contemporain) Provence-Alpes-Côte d’Azur inaugure le nouveau projet de la directrice Muriel Enjalran par l’invitation de trois artistes avec un focus sur le Portugal et la présentation d’un court-métrage. La collection est composée de plus...

“America Latina”, le nouveau film des Frères d’Innoncenzo
Agenda
128 vues

“America Latina”, le nouveau film des Frères d’Innoncenzo

America Latina, nouveau film des Frères d’Innoncenzo, sortira en salle le 17 août 2022. Massimo Sisti est dentiste. Il a tout ce dont il pouvait rêver : une sublime villa et une famille aimante. Mais un évènement va bouleverser...

Le géant Elektric Park Festival revient pour une 12e édition les 3 et 4 septembre !
Agenda
133 vues

Le géant Elektric Park Festival revient pour une 12e édition les 3 et 4 septembre !

Le géant Elektric Park Festival revient en grande pompe les 3 et 4 septembre prochain sur l’île des Impressionnistes. Etienne de Crécy, Vladimir Cauchemar, Arnaud Rebotini, Mr. Oizo, Vortek’s… plus d’une centaine d’artistes sont prévus sur 5 scènes pour...