0 Shares 671 Views

La plateforme Netflix deviendrait-elle cinéphile ?

Salomé Guez 29 mai 2020
671 Vues
Les parapluies de Cherbourg, Jacques Demy

© Ciné Tamaris - Les parapluies de Cherbourg

Le 1er mai 2020, on a vu arriver avec stupéfaction Le Dictateur de Charlie Chaplin, sur Netflix France. Au milieu de Fast and Furious, Transformers et American Sniper, le cinéma classique a-t-il sa place sur la plateforme californienne ?

En 2018, lorsque Les Échos lui demandait si Netflix pourrait devenir une “bibliothèque des grands films de l’histoire du cinéma” Ted Sarandos, responsable du contenu Netflix, affirmait : “Cela n’intéresse pas assez notre public pour que cela vaille la peine”. En deux ans les choses ont bien changé chez le géant Netflix.

Mi-avril, la plateforme américaine annonçait l’arrivée, courant mai 2020, de 50 classiques de l’histoire du cinéma pour leurs 6,7 millions d’abonnés français. Au programme : François Truffaut, Alain Resnais, Jacques Demy, Charlie Chaplin, David Lynch ou encore Krzysztof Kieślowski. 

Alors, cette arrivée soudaine marque-t-elle un tournant pour la plateforme qui se voulait, jusqu’à présent, mainstream ?

Pas si évident. Premièrement parce que l’offre est temporaire. En effet, en partenariat avec MK2, Netflix dispose des droits de diffusion des 50 chefs-d’œuvre pour une durée d’un an et uniquement sur Netflix France. Pour découvrir ou redécouvrir le ventre rond de Marcello Mastroianni dans L’événement le plus important depuis que l’homme a marché sur la lune de Demy il faut donc se dépêcher. De plus, environ 4000 films, séries et documentaires sont actuellement disponibles sur la version française de la plateforme. Les nouvelles recrues ne représentent donc qu’1,2% de l’offre, difficile de convaincre un abonné de “La CineTek” avec ce chiffre.

Si l’arrivée de la nouvelle vague, du cinéma d’auteur et des débuts du cinéma hollywoodien ravit les abonnés, cinéphiles mais pas seulement, elle est encore trop restreinte pour métamorphoser la ligne de conduite de la plateforme. Mais, en période de post-confinement, réjouissons-nous (tant que l’on peut) des trésors infinis que sont les œuvres de Kieślowski et de Demy. Et si, malgré une offre cinéphile exponentielle, Netflix ne rivalise pas encore avec La CineTek, la plateforme emmène la génération Dolan vers le grand cinéma.

Les 50 nouveaux gemmes sont tous disponibles sur Netflix depuis le 15 mai 2020.

Articles liés

“Avalanches”, le nouveau clip de Thelma
Agenda
76 vues

“Avalanches”, le nouveau clip de Thelma

Thelma, deux voix en fusion, brutes et sensuelles, scandent comme un chant de guerre et les humeurs capricieuses des jours. Les rythmes ont le pas lourd, les basses tonnent dans la poitrine et la posture est ambitieuse. Tout commence sur les bancs de l’école...

Les musiques de Picasso – La nouvelle exposition du Musée de la musique
Agenda
131 vues

Les musiques de Picasso – La nouvelle exposition du Musée de la musique

Des premières scènes de vie gitane aux joueurs de flûte des années 1970, en passant par les saltimbanques musiciens, les guitares cubistes, les collaborations avec les Ballets russes ou les bacchanales, cette exposition explore la dimension musicale de l’œuvre...

Les “Tête-à-Tête” des Filles de la Photo : des entretiens pratiques et stratégiques pour les femmes photographes
Agenda
123 vues

Les “Tête-à-Tête” des Filles de la Photo : des entretiens pratiques et stratégiques pour les femmes photographes

Témoin des disparités entre femmes et hommes photographes dans leurs parcours de reconnaissance, l’Observatoire de la Mixité nous a permis de constater que les femmes photographes candidatent moins dans les domaines où les processus de sélection sont informels, dans des...