0 Shares 517 Views

La plateforme Netflix deviendrait-elle cinéphile ?

Salomé Guez 29 mai 2020
517 Vues
Les parapluies de Cherbourg, Jacques Demy

© Ciné Tamaris - Les parapluies de Cherbourg

Le 1er mai 2020, on a vu arriver avec stupéfaction Le Dictateur de Charlie Chaplin, sur Netflix France. Au milieu de Fast and Furious, Transformers et American Sniper, le cinéma classique a-t-il sa place sur la plateforme californienne ?

En 2018, lorsque Les Échos lui demandait si Netflix pourrait devenir une “bibliothèque des grands films de l’histoire du cinéma” Ted Sarandos, responsable du contenu Netflix, affirmait : “Cela n’intéresse pas assez notre public pour que cela vaille la peine”. En deux ans les choses ont bien changé chez le géant Netflix.

Mi-avril, la plateforme américaine annonçait l’arrivée, courant mai 2020, de 50 classiques de l’histoire du cinéma pour leurs 6,7 millions d’abonnés français. Au programme : François Truffaut, Alain Resnais, Jacques Demy, Charlie Chaplin, David Lynch ou encore Krzysztof Kieślowski. 

Alors, cette arrivée soudaine marque-t-elle un tournant pour la plateforme qui se voulait, jusqu’à présent, mainstream ?

Pas si évident. Premièrement parce que l’offre est temporaire. En effet, en partenariat avec MK2, Netflix dispose des droits de diffusion des 50 chefs-d’œuvre pour une durée d’un an et uniquement sur Netflix France. Pour découvrir ou redécouvrir le ventre rond de Marcello Mastroianni dans L’événement le plus important depuis que l’homme a marché sur la lune de Demy il faut donc se dépêcher. De plus, environ 4000 films, séries et documentaires sont actuellement disponibles sur la version française de la plateforme. Les nouvelles recrues ne représentent donc qu’1,2% de l’offre, difficile de convaincre un abonné de “La CineTek” avec ce chiffre.

Si l’arrivée de la nouvelle vague, du cinéma d’auteur et des débuts du cinéma hollywoodien ravit les abonnés, cinéphiles mais pas seulement, elle est encore trop restreinte pour métamorphoser la ligne de conduite de la plateforme. Mais, en période de post-confinement, réjouissons-nous (tant que l’on peut) des trésors infinis que sont les œuvres de Kieślowski et de Demy. Et si, malgré une offre cinéphile exponentielle, Netflix ne rivalise pas encore avec La CineTek, la plateforme emmène la génération Dolan vers le grand cinéma.

Les 50 nouveaux gemmes sont tous disponibles sur Netflix depuis le 15 mai 2020.

Articles liés

Natalie Ciccoricco : “Quand je suis dans la nature je ressens la force créative”
Art
91 vues

Natalie Ciccoricco : “Quand je suis dans la nature je ressens la force créative”

Natalie Ciccoricco est une artiste créant des oeuvres uniques, combinant la nature et la photographie avec la broderie. Découvrez son interview pour en apprendre plus sur la simplicité et beauté de ses oeuvres originales. Comment avez-vous eu l’idée de...

Kouka : “Je me considère comme un artiste expressionniste contextuel”
Art
80 vues

Kouka : “Je me considère comme un artiste expressionniste contextuel”

Issu du graffiti, Kouka s’est fait connaître par la représentation de guerriers Bantus un peu partout dans le monde. Il a souhaité d’abord, par ces silhouettes en noir et blanc, nous interpeller sur la colonisation et l’esclavage. Son message...

Rencontre avec Florence Moll, agent de photographes et co-fondatrice des Filles de la Photo
Art
120 vues

Rencontre avec Florence Moll, agent de photographes et co-fondatrice des Filles de la Photo

L’association “Les Filles de la Photo” lance sa toute première édition du programme de mentorat dédié aux femmes photographes. Nous sommes allés à la rencontre de Florence Moll, co-fondatrice de l’association et directrice de FMA le Bureau, une agence représentant...