0 Shares 1374 Views

“L’École est finie” : les profs dans le cinéma français

Lucile Bellan 15 juillet 2018
1374 Vues

Sortir un film sur l’école début juillet, stratégie payante ou non ? C’est en tout cas le pari tenté par le deuxième film d’Anne Depetrini, qui voit la prof d’anglais jouée par Bérengère Krief mutée dans une contrée reculée. L’occasion de regarder dans le rétroviseur et de se souvenir de quelques films français sur les profs.

C’est le lot de beaucoup de jeunes profs : subir un système de mutations complexe et cruel, et se retrouver parfois à devoir passer plusieurs années à l’autre bout de la France, dans une zone où l’on n’avait jamais mis les pieds. S’il n’est généralement pas très difficile de rester dans certains départements peu prisés, et en particulier dans leurs zones rurales, les enseignants de Paris ou des grosses agglomérations font souvent l’expérience de l’exil forcé. C’est ce qui arrive à Bérengère Krief dans le film d’Anne Depetrini, à la dimension sociologique limitée mais qui joue néanmoins de ce “drame” avec fraîcheur.

Parmi les profs les plus mémorables du cinéma français, on pense par exemple à Arié Elmaleh, désopilant menteur dans L’École pour tous d’Éric Rochant qui, à la façon de Jack Black dans Rock academy, en vient à jouer les enseignants alors que ce n’est absolument pas son métier et qu’il n’est pas fait pour ça. On a souvent ri avec les profs, du bien nommé P.R.O.F.S (avec Patrick Bruel et Fabrice Luchini) aux Sous-doués de Claude Zidi, qui penchaient certes davantage du côté des élèves.

Plus récemment et plus sérieusement, comment oublier la Palme d’or reçue par Laurent Cantet pour Entre les murs. Dans une adaptation de son propre roman, François Bégaudeau incarnait François Marin, professeur de français dont on suivait, presque en huis clos, la relation avec une classe de quatrième. Le jury présidé par Sean Penn ne s’y est pas trompé, remettant la récompense suprême au film en 2008. D’autres films ont tenté d’emprunter ce genre de chemin, comme Les Héritiers avec Ariane Ascaride ou Les Grands esprits avec Denis Podalydès. Au final, des résultats honorables mais moins convaincants néanmoins.

Il y a un demi-siècle sortait Les Risques du métier, réalisé par André Cayatte, avec Jacques Brel qui interprétait un instituteur accusé de tentative de viol par plusieurs de ses élèves. Le même Cayatte réalisa quelques années après un film nommé Mourir d’aimer, qui voyait l’enseignante incarnée par Annie Girardot tomber amoureuse de l’un de ses élèves. Des problématiques complexes, qui ne seraient certainement plus traitées de la même façon aujourd’hui, mais qui ont en tout cas ouvert le débat sur le statut des professeurs, leurs droits, leurs devoirs et leurs comportements immoraux.

Articles liés

Afaina de Jong : virée entre art et architecture
Art
261 vues
Art
261 vues

Afaina de Jong : virée entre art et architecture

L’architecte néerlandaise Afaina de Jong et son studio AFARAI travaillent sur les connexions entre les gens et les mouvements culturels traditionnellement peu représentés par l’architecture dans un contexte de villes en mutation où chacun a un rôle à jouer....

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel
Agenda
181 vues
Agenda
181 vues

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel

Une soirée organisé par “la Galerie”. Sous l’impulsion de son directeur artistique Gwenaël Billaud, la Galerie a su depuis imposer un nouveau concept de soirées investies par l’art moderne et contemporain, dans le cadre desquelles participent performeurs, artistes, DJs,...

René Urtreger Trio au Sunset Sunside
Agenda
54 vues
Agenda
54 vues

René Urtreger Trio au Sunset Sunside

Dans le petit monde du jazz, on l’appelle parfois le « roi René ». Comme en écho lointain de ce comte de Provence du XIVe siècle qui préférait les arts florissants des lettres et la compagnie des gens d’esprit...