0 Shares 2548 Views

Les Regards de l’ICART : Prix du meilleur court-métrage pour Sans Mot Dire de Quentin Lecocq

La toute première édition du Prix du Court-métrage, Les Regards de l’ICART, se déroulaient le 18 mars. Six lauréats ont été distingués à travers plusieurs catégories, dont la Meilleure musique, le Prix du Documentaire ou encore le Prix du Court-espoir.

C’est le réalisateur Quentin Lecocq qui remporte le Prix du Meilleur court-métrage pour Sans Mot Dire, l’histoire d’Ambre, une serveuse qui tombe sous le charme d’un client pas comme les autres, avec qui elle rêve du grand amour. Une plongée dans un univers singulier qui mêle avec finesse poésie et émotion. Son court lui vaut également de recevoir le Prix de la Meilleure interprétation pour son actrice Aurélia Poirier. Voilà l’occasion d’échanger avec ce réalisateur sur sa vision du cinéma et ses projets en cours.

Crédit photo : Vanessa Kosciuszko

Que représente ce Prix, pour vous, et la participation à des festivals de court-métrages?

Un Prix du Meilleur film est toujours on ne peut plus gratifiant. C’est le Graal pour un réalisateur, et même dans un « petit » festival, car on sait qu’il y a toujours beaucoup de concurrence, de nos jours. En effet, je reviens des Rencontres du court-métrage de Cabestany, un festival assez peu connu et où ont pourtant été reçus plus de 1.200 films pour 50 en compétition. Être sélectionné en festival est déjà une victoire en soit. Alors décrocher le Prix du Meilleur film…

Qui vous a donné envie de vous lancer dans le cinéma et plus particulièrement dans la réalisation ? 

J’ai toujours été passionné par le cinéma, mais au-delà de ça, j’ai toujours aimé raconter des histoires. Selon moi, l’image est le médium le plus direct et le plus intéressant pour créer des émotions. C’est donc celui que j’ai naturellement choisi pour raconter mes histoires.

Crédit photo : Vanessa Kosciuszko

Quelques mot sur l’aventure de ce court ?

C’est une histoire que j’avais en tête depuis longtemps. J’attendais d’être suffisamment mature artistiquement pour me lancer dans sa production. C’est effectivement mon projet le plus ambitieux, en terme de direction artistique (décors, costumes, maquillage…). J’ai eu la chance de trouver une production dans le nord de la France, d’où je suis originaire et où je tourne tous mes films. Nous avons obtenu assez rapidement des aides de la Région pour le faire dans des conditions confortables. J’ai rassemblé une grosse équipe autour du projet et nous nous sommes lancés dans l’aventure. Il a fallu quatre jours de tournage, puis neuf mois de post-production pour que le film voit finalement le jour.

Quelles sont vos actualités ? Vous travaillez sur un prochain court ou un long ?

J’ai un dernier projet de court en recherche de financements, et j’écris mon premier long-métrage en parallèle. Pour ce faire, la région des Hauts-de-France m’aide et me soutient, en m’offrant l’expertise d’un consultant en scénario (Ludovic du Clary).

Quelle est la suite pour Sans Mot Dire ? Est-il sélectionné pour d’autres festivals ?

Sans mot dire est sur la fin de son parcours, car il a été sélectionné dans une soixantaine de festivals en France et à l’étranger (même s’il en reste quelques-uns à venir, notamment le Newport Beach Film Festival, en Californie). Et il a récolté une trentaine de prix. Un joli CV, dont je ne suis pas peu fier !

Marie Dardenne

Site 

Facebook 

Instagram 

 

Articles liés

ColorsxStudio : une seconde édition à l’espace Niemeyer
Musique
95 vues

ColorsxStudio : une seconde édition à l’espace Niemeyer

Après une inauguration du festival en novembre 2021 dans un lieu tenu secret près de République, le studio Berlinois Colors s’est de nouveau installé à Paris du 28 novembre au 2 décembre 2022 au sein de l’espace Niemeyer dans...

“Les Yeux Fermés…” du chorégraphe Mickaël Le Mer : quand le hip hop rencontre Pierre Soulages
Agenda
84 vues

“Les Yeux Fermés…” du chorégraphe Mickaël Le Mer : quand le hip hop rencontre Pierre Soulages

Dans Les Yeux Fermés…, le chorégraphe Mickaël Le Mer s’inspire du grand peintre Pierre Soulages pour imaginer une quête poétique et lumineuse. S’inspirer du grand peintre Pierre Soulages pour imaginer une quête poétique, dansée et lumineuse. C’est en découvrant un...

Ne manquez pas Skullcrusher au POPUP! le 8 février !
Agenda
82 vues

Ne manquez pas Skullcrusher au POPUP! le 8 février !

Skullcrusher, alias pour Helen Ballentine, se prépare à sortir son tout premier album, “Quiet The Room” où la voix rauque de Ballentine se posera délicatement sur un son ambient, folk à la rencontre du shoegazing. Au travers de 14...