0 Shares 411 Views

Mes 5 films préférés avec Gael Garcia Bernal

Lucile Bellan 9 juillet 2019
411 Vues

À l’occasion de la sortie de Acusada, réalisé par Gonzalo Tobal, Lucile Bellan se mouille et détermine, dans l’ordre, son top 5 des meilleurs films de l’acteur mexicain Gael Garcia Bernal.

Numéro 5 : La science des rêves de Michel Gondry
C’est peut-être idiot, mais le fait que Gael Garcia Bernal interprète un personnage nommé Stéphane Miroux suffit à rendre le film plein de promesses. La Science des rêves va heureusement un peu plus loin qu’une simple affaire de patronymes, mais bénéficie de l’amour de Michael Gondry pour les décalages en tous genres. Son sens du zigzag entre produits typiquement américains (Soyez sympas rembobinez ou encore Green Hornet) et ce genre de production très française concourt à la bizarrerie du résultat final, oeuvre onirique qui stimule, déride et se nourrit de nos angoisses et autres cauchemars. Unique en son genre.

Numéro 4 : Amours chiennes de Alejandro González Iñárritu
Le premier film du dernier président cannois est sans doute son meilleur. Scénarisé par Guillermo Arriaga, spécialiste des oeuvres en forme de puzzle, c’est à la fois un coup de maître et une sacrée surprise, que les films suivants d’AGI ne parviendront pas à renouveler (même dispositif, mise en scène moins forte). Certaines scènes d’Amours chiennes donnent au public l’impression de s’être fait rouler dessus comme un TGV. Et en termes de façon de filmer les chiens féroces, seul le Hongrois Kornel Mundruczo (White God) a fait mieux depuis. Encore ado, Gael Garcia Bernal incarne parfaitement un ado qui prévoit de s’échapper avec la femme de son frère.

Numéro 3 : Blindness de Fernando Meirelles
C’est le réalisateur brésilien de La Cité de Dieu qui signe l’adaptation du roman portugais L’Aveuglement, du Prix Nobel 1998 José Saramago. Blindness a quelque chose d’un film de zombie façon Romero puisqu’il exploite un argument digne d’un film de genre à des fins politiques : en observant des humains de divers horizons être placés en quarantaine à cause d’une épidémie de cécité, Meirelles décortique la sauvagerie de l’âme humaine, la dégueulasserie des hommes et la solidarité totale dont les plus faibles doivent faire preuve pour tenter de résister.

Numéro 2 : Neruda de Pablo Larraín
Déjà présent dans Le Facteur de Michael Radford sous les traits de Philippe Noiret, le poète chilien Pablo Neruda méritait bien un film rien que pour lui. Garcia Bernal est absolument parfait dans le rôle, magnifié par un Pablo Larraín une nouvelle fois très inspiré, lui qui tourna ce film juste après avoir dirigé Natalie Portman dans Jackie. Comme à son habitude, le cinéaste mêle une histoire individuelle à celle de tout un pays, cherchant en permanence à montrer autrement ce que d’autres filment souvent avec une grande banalité.

Numéro 1 : Et… ta mère aussi de Alfonso Cuarón
Le film qui a révélé Alfonso Cuarón a aussi permis à Gael Garcia Bernal (et, dans une moindre mesure), Diego Luna d’accéder à la renommée. Ce bijou méconnu suit deux jeunes mecs de 17 ans qui finissent par tailler la route avec une belle Mexicaine de 28 ans, le tout formant un récit d’initiation aussi caliente que cruel. Pas étonnant que le cinéaste mexicain ait fini par accéder aux sommets avec des films comme Les Fils de l’homme, Gravity ou Roma : il y avait déjà tout dès le début. Maîtrise, intelligence, singularité. La marque des grands.

Articles liés

Giovanni Mirabassi Trio, un pianiste de lumière au Sunset Sunside
Agenda
74 vues
Agenda
74 vues

Giovanni Mirabassi Trio, un pianiste de lumière au Sunset Sunside

Pianiste de lumière… Giovanni Mirabassi s’impose par un style très personnel où la richesse mélodique et rythmique se noue à l’inventivité de ses improvisations : une superbe logique interne y est à l’œuvre, qui mêle beauté, raffinement et subversion...

Claire Laffut : « la création, finalement, c’est un élan »
Musique
158 vues
Musique
158 vues

Claire Laffut : « la création, finalement, c’est un élan »

Le chant et la musique, mais aussi la peinture, le dessin, la direction artistique (de ses clips, notamment), etc. On ne compte plus les talents de Claire Laffut. Toutes ces disciplines, l’artiste de 25 ans les maîtrise aussi bien...

Petits crimes entre amis au Théâtre La Boussole
Agenda
72 vues
Agenda
72 vues

Petits crimes entre amis au Théâtre La Boussole

Un véritable ami, c’est celui qui nous aide… même quand on vient de tuer quelqu’un ! Du moins, c’est ce qu’on dit. Mais que se passe-t-il quand on essaie de vérifier ? Trois amis d’enfance vont passer une soirée...