0 Shares 1247 Views

Mes 5 films préférés avec Léa Drucker

Lucile Bellan 22 décembre 2019
1247 Vues

À l’occasion de la sortie de La Sainte famille, où elle évolue entre Marthe Keller et Laura Smet, Lucile Bellan se mouille et détermine, dans l’ordre, son top 5 des meilleurs films interprétés par Léa Drucker.

Numéro 5 : Peut-être de Cédric Klapisch
Il fut un temps où Léa Drucker était abonnée aux seconds rôles, sans que le grand public sache vraiment comment elle s’appelle. Cela ne l’a jamais empêchée de s’investir à fond et de livrer des prestations mémorables, comme dans cette comédie d’anticipation signée Cédric Klapisch. Léa Drucker assure la partie comique de l’ensemble, en tant qu’organisatrice officielle d’une grosse soirée destinée à entrer dans l’année 2000. Mais est-ce une si bonne idée d’utiliser l’appartement parental comme un gigantesque dancefloor ? La réponse est évidemment contrastée.

Numéro 4 : Virgil de Mabrouk el Mechri
Le prometteur Mabrouk el Mechri n’a hélas pas confirmé cet essai original et plein de vigueur, qui permit à Jalil Lespert de trouver l’un de ses rôles les plus marquants. Dans la peau d’un ex-boxeur qui fait croire à son vieux taulard de père qu’il continue à monter sur le ring plusieurs fois par semaine, Lespert est parfait. Et son coup de cœur croissant pour Margot (Léa Drucker), qu’il croise chaque fois qu’il vient rendre visite à son paternel, ne fait que rendre les choses à la fois plus belles et plus compliquées. L’ensemble forme une comédie dramatique et existentielle qui ne manquera pas de faire chouiner dans les chaumières.

Numéro 3 : La Chambre bleue de Mathieu Amalric
Bel exercice de style que cette adaptation d’un texte de Georges Simenon par Mathieu Amalric, qui filme une passion absolue sous couvert d’argument policier. La mise en scène est merveilleuse, avec ce format carré qui réinvente la façon de penser le cadre. Dans le rôle principal, celui du prévenu accusé d’un crime dont on ignore longtemps la nature, Amalric excelle, mais il serait injuste de ne pas citer Stéphanie Cléau, maîtresse si sensuelle, et Léa Drucker, épouse suspicieuse et fragile.

Numéro 2 : Le Bruit des gens autour de Diastème
Ancien critique ciné (il a notamment officié pour le magazine Première dans ses meilleures années), puis auteur de théâtre, Diastème a fini par devenir réalisateur, en commençant par ce Bruit des gens autour absolument passionnant. Cette chronique de l’été passé par une troupe de théâtre au Festival d’Avignon a quelque chose du Kenneth Branagh d’Au beau milieu de l’hiver, avec au contraire une façon si chaude et troublante de filmer l’été, notamment à travers le personnage d’Emma de Caunes, superbe. Bruno Todeschini, Linh-Dan Pham ou encore Léa Drucker complètent merveilleusement la distribution.

Numéro 1 : Jusqu’à la garde de Xavier Legrand
C’était bien sûr inévitable : qui a vu Jusqu’à la garde ne pourra pas l’oublier de sitôt, comme c’était déjà le cas avec Avant que de tout perdre, le court métrage réalisé par Xavier Legrand sur la même thématique et avec les mêmes interprètes. Intelligent et tellement tendu, le film montre à quel point la situation de femme (et d’enfant) victime de violences masculines est généralement inextricable, et que seuls les drames les plus traumatisants peuvent parfois permettre de trouver une porte de sortie. Dans le rôle de cette femme terrifiée, pour elle comme pour ses enfants, Léa Drucker est absolument parfaite. À l’image du film.

Articles liés

UMA présente la plus grande exposition virtuelle jamais réalisée
Art
13 vues

UMA présente la plus grande exposition virtuelle jamais réalisée

UMA (Universal Museum of Art) continue de nous impressionner depuis son lancement en 2017, avec une toute nouvelle exposition intitulée De la Renaissance au XXe siècle, les chefs-d’œuvre de la peinture dans les musées français en partenariat avec le CLIC (Club...

Mdee Blend : “Il y a des moments où l’inspiration est telle que tu es en transe”
Art
51 vues

Mdee Blend : “Il y a des moments où l’inspiration est telle que tu es en transe”

Véritable scénographe, Mdee Blend nous transporte dans ses performances artistiques, où se mêlent les énergies et la fusion de ses différents univers que sont la musique, la danse et la peinture.  Peux-tu te présenter ? Je m’appelle Mehdi et mon...

Irina Shark : “Je m’inspire de tout ce qui me précède”
Art
59 vues

Irina Shark : “Je m’inspire de tout ce qui me précède”

Irina Shark est une sculptrice autodidacte. C’est dans son atelier en Normandie que l’artiste franco-russe expérimente le plâtre. Elle propose des créations captant les émotions de ces modèles et en révèle ainsi la beauté intérieure. Durant cette année 2020, Irina Shark...