0 Shares 145 Views

Mes 5 films préférés avec Omar Sy

Lucile Bellan 12 février 2020
145 Vues

À l’occasion de la sortie de L’Appel de la forêt et surtout du Prince oublié, Lucile Bellan se mouille et détermine, dans l’ordre, son top 5 des meilleurs films interprétés par Omar Sy.

Numéro 5 : À vif ! de John Wells
Après avoir interprété un simili Anthony Bourdain (chef et star du monde de la cuisine, qui s’est récemment suicidé) dans la trop méconnue série Kitchen Confidential, Bradley Cooper incarne de nouveau un cuisinier talentueux dans ce divertissement réalisé par le producteur John Wells (Urgences, À la Maison Blanche). Charismatique mais caractériel, le héros tente d’obtenir une troisième étoile au Michelin tout en composant avec un passé tumultueux. Parmi ses fidèles seconds couteaux, un certain Omar Sy, aussi crédible que drôle.

Numéro 4 : L’Écume des jours de Michel Gondry
Le cinéaste français nous a toujours habitué à du décalage et à de la singularité, mais avec L’Écume des jours, il réussit un exploit assez dingue : adapter l’inadaptable roman de Boris Vian sans jamais renier son sens du bricolage et du gimmick. Le film est pourtant profondément français dans son ADN… et d’une tristesse absolument indépassable. Dans le rôle de Chick, ami du héros Colin (Romain Duris), Omar Sy est un choix de casting inattendu mais parfaitement sélectionné.

Numéro 3 : Tellement proches d’Olivier Nakache & Éric Toledano
On les pensait abonnés aux comédies populaires, mais à partir de Tellement proches, les futurs cinéastes d’Intouchables ont commencé à se diversifier. Tellement proches est à cette image : il démarre comme une comédie relativement balisée, avec cette famille hétéroclite qui se réunit malgré ses différences, mais c’est finalement vers la comédie dramatique gorgée d’émotion que le film glisse peu à peu. Le final, superbe, a de quoi faire pleurer même les plus insensibles.

Numéro 2 : Nos jours heureux d’Éric Toledano & Olivier Nakache
C’est peut-être avec Nos jours heureux qu’on a commencé à réaliser à quel point Omar Sy allait devenir un acteur avec lequel compter. Sur une base relativement classique (le récit d’un séjour en colonie de vacances, vu à la fois par l’équipe d’animation et par les pensionnaires), Nakache et Toledano livraient une comédie extrêmement drôle, hyper humaine, pleine de personnages bien trouvés et de situations bien senties. Entre Jean-Paul Rouve et Joséphine de Meaux, Omar Sy y évolue comme un poisson dans l’eau.

Numéro 1 : Le Chant du loup d’Antonin Baudry
Hyper ambitieux, le premier film d’Antonin Baudry réussit pleinement ce qu’il entreprend : donner à la France son premier “vrai” film de sous-marin, qui n’ait pas à rougir de la comparaison avec quelques films de référence comme À la poursuite d’Octobre Rouge ou Das Boot. Scénario précis, mise en scène au cordeaux et acteurs cinq étoiles (François Civil, Mathieu Kassovitz, mais aussi un impeccable Omar Sy), voilà une splendide réussite qui aurait sans doute dû récolter plus que trois petites nominations aux César.

Articles liés

Concert Littéraire au Trois Baudets
Agenda
10 vues

Concert Littéraire au Trois Baudets

Concerts littéraires, performances d’auteurs, triptyques musico-poétiques… Aux Trois Baudets, on n’a pas oublié nos classiques. Soixante après Brassens, Devos, Brel et Boris Vian, les poètes continuent de faire vibrer la scène de ce lieu hautement littéraire pour vous faire...

MoPA, la grande école du film d’animation 3D rejoint le groupe EDH
Agenda
33 vues

MoPA, la grande école du film d’animation 3D rejoint le groupe EDH

MoPA, l’école de référence dans la formation aux métiers de l’animation 3D, intègre le Groupe EDH au sein de sa filiale dédiée aux métiers de la création numérique BRASSART. L’école, basée à Arles, a formé, depuis 19 ans, plus...

Le cycle Lisboa, la ville blanche en 50 films au Forum des images
Agenda
36 vues

Le cycle Lisboa, la ville blanche en 50 films au Forum des images

« Pour le voyageur arrivant par la mer, la ville s’élève, même de loin, comme une belle vision de rêve, se découpant nettement contre un ciel bleu vif que le soleil réchauffe de ses ors. » À l’instar de Pessoa,...