0 Shares 1505 Views

“Nice Girls Don’t Stay for Breakfast”, portrait de Robert Mitchum

Séléna Frisch 9 février 2019
1505 Vues

(c) Bruce Weber

Avec son documentaire, Bruce Weber nous montre un Robert Mitchum sans masque, bien loin de son personnage de macho ou de dur à cuire.

 

© Bruce Weber

 

Robert Mitchum, star de Hollywood

Bruce Weber raconte : “Bob Mitchum est arrivé au Beverly Hills Hotel le 21 février 1991, pile à l’heure accompagné de son frère, John, et il s’est mis à chanter l’une de ses chansons préférées de Cole Porter, But in the Morning, No. Il a commencé à nous raconter des histoires de tournages, de bagarres dans les bars, de femmes. Il a parlé de son tournage favori et nous a fait part de son aversion pour les restaurants ne servant que du vin. L’histoire du cinéma à Hollywood, du début des années 1940 à 1997, se déroulait sous nos yeux à mesure qu’il racontait ses frasques les plus folles.”

Robert Mitchum raconte. Ce long dialogue entrecoupé d’interviews de ses proches et d’extraits de ses films est un moment rare. Cet homme qui ne faisait pratiquement jamais d’interviews réalise ici sa plus belle entrevue, mais toujours avec cet air agacé et piquant. On redécouvre cet acteur de génie avec ce langage cru qui nous donne des phrases mythiques comme “Je suis comme une vieille pute, je n’ai pas besoin de me préparer. Je me pointe et je m’y mets”. Un poète !

 

Des images rares

En noir et blanc, comme à son habitude, Bruce Weber montre un homme cultivé, attentionné et bienveillant, à l’instar de ses personnages. Cet homme ayant tourné dans plus de 130 films semble s’être cherché toute sa vie. Benicio Del Toro, Johnny Depp, Marianne Faithfull, Clint Eastwood et d’autres amis proches du grand acteur nous racontent des anecdotes de vie et des souvenirs.

 

Source : presse

Bruce Weber est photographe et réalisateur, connu pour avoir réalisé des publicités pour Calvin Klein, Ralph Lauren ou Abercrombie & Fitch, mais aussi un documentaire sur Chet Baker en 1989. Ses deux premiers longs métrages, Broken Noses et Let’s Get Lost, ont remporté le Prix du Meilleur documentaire par l’International Documentary Association et le second a été nominé pour l’Oscar du meilleur documentaire en 1988. Son dernier opus devrait rencontrer autant de succès !

 

Séléna Frisch

Articles liés

Afaina de Jong : virée entre art et architecture
Art
261 vues
Art
261 vues

Afaina de Jong : virée entre art et architecture

L’architecte néerlandaise Afaina de Jong et son studio AFARAI travaillent sur les connexions entre les gens et les mouvements culturels traditionnellement peu représentés par l’architecture dans un contexte de villes en mutation où chacun a un rôle à jouer....

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel
Agenda
181 vues
Agenda
181 vues

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel

Une soirée organisé par “la Galerie”. Sous l’impulsion de son directeur artistique Gwenaël Billaud, la Galerie a su depuis imposer un nouveau concept de soirées investies par l’art moderne et contemporain, dans le cadre desquelles participent performeurs, artistes, DJs,...

René Urtreger Trio au Sunset Sunside
Agenda
54 vues
Agenda
54 vues

René Urtreger Trio au Sunset Sunside

Dans le petit monde du jazz, on l’appelle parfois le « roi René ». Comme en écho lointain de ce comte de Provence du XIVe siècle qui préférait les arts florissants des lettres et la compagnie des gens d’esprit...