0 Shares 1351 Views

Pom Klementieff, héroïne dans « Loup », un film de Nicolas Vanier

30 novembre 2009
1351 Vues
NV_loup18

Une jeune actrice émerge dans notre paysage cinématographique, elle s’appelle Pom Klementieff, elle a 23 ans et joue le rôle de Nastazia dans Loup, le nouveau film de Nicolas Vanier (Le dernier Trappeur). Sa carrière est toute jeune et pourtant son talent n’a pas d’âge. Très jeune déjà elle était le modèle préféré de son père qui ne cessait jamais de la prendre en photo. Depuis ce temps les objectifs l’attirent. Après avoir entamé des études de droit à l’université de Paris Assas, Pom Klementieff a décidé de vivre sa véritable passion : la comédie.

Pom Klementieff effectue d’abord un stage préparatoire au célèbre Cours Florent qui lui plu énormément. Elle s’inscrit donc par la suite en première année à ce cours. Six mois plus tard elle passe le concours de la classe libre ‒ cours très prisé : seulement 20 personnes (10 garçons et 10 filles) sont chaque année choisies.  Pom Klementieff y est reçue avec les félicitations de François Florent impressionné par son talent. Cette école lui a permis d’appréhender le métier de comédienne. Alors qu’elle suivait encore l’enseignement du Cours Florent, Pom Klementieff obtient de petits rôles dans Après lui de Gaël Morel et dans Sans Arme, Ni Haine, Ni Violence de Jean-Paul Rouve. Durant l’année 2007, Nicolas Vanier choisit Pom Klementieff pour interpréter Nastazia, le premier rôle féminin de Loup. Nastazia est une jeune Évènes éprise de Sergueï, le fils du chef de la tribu voisine. Lorsque Pom raconte le tournage du film (deux mois en Sibérie) où les températures peuvent atteindre -55°C, elle retient les rencontres qu’elle a eu l’occasion de faire et demeure émerveillée par la simplicité dans laquelle vivent les tribus nomades de Sibérie.

 

 

Pom Klementieff est le résultat d’un mélange de cultures diverses et variées. Son père est d’origine russe et française et sa mère est coréenne. Née à Québec, elle y vivra jusqu’à l’âge d’un an. Puis sa famille déménage pour deux ans à Kyoto, suivis d’un an en Côte D’Ivoire pour finalement s’installer dans les Yvelines jusqu’à l’âge de 16 ans. Age auquel Pom Klementief décide de partir pour découvrir Paris. Elle reste deux ans en pension. À 18 ans Pom prends son autonomie, elle habite un appartement à Paris et débute ses études tout en étant serveuse pour subvenir à ses besoins. Malgré son jeune âge, l’actrice a un regard assez juste sur le métier: « Je suis d’origine asiatique mais je crois qu’il y a de la place pour tout le monde dans ce métier. C’est vrai que souvent, je passe des essais pour des rôles d’asiatique mais grâce à mon agent qui se démène, je peux obtenir d’autres rôles que ceux de l’asiat de service. ».

 

Pom Klementieff est une actrice intuitive et instinctive. Lorsqu’elle explique son métier de comédienne elle affirme qu’être comédienne c’est faire croire que l’on est amoureux. Pom Klementieff voit Nastazia comme une femme intrépide qui est dans l’action et non dans l’attente, elle n’est pas juste une Evènes qui reste dans sa tente à faire des galettes de pain en attendant Sergueï (Nicolas Brioudes). Pom Klementieff souhaitait également avoir un jeu terre à terre. Elle voulait gommer toutes ses manières occidentales, elle désirait être la plus brute possible. Le personnage qu’interprète Pom est celui d’une femme moderne qui ne renie pas sa féminité pour braver les dangers mais qui, malgré sa condition de femme, est capable d’être aventureuse, téméraire et imprudente.

princessepom-2

© Jls Birdy

 

C’est avec fierté que la jeune actrice présente ce film au public: « Certains peuvent voir ce film comme naïf et conçu pour les enfants mais au cinéma nous sommes tous des enfants. Lors d’une projection au Festival International du Film d’Environnement une petite fille est venue nous voir, Nicolas Brioudes et moi, les yeux émerveillés pour nous offrir des bracelets. C’est pour ce genre de petites choses que j’aime faire ce métier. »

 

Pom Klementieff raconte que les conditions étaient rudes, à cause du voyage qui dure plus de trente heures pour se rendre sur le lieu de tournage, à cause du soleil qui se couche très tôt vers 16h30 ou 17h ou encore à cause des communications, très difficiles avec la France. Pourtant c’est ce qu’elle apprécie : partir, tout lâcher, c’est aussi pour ça qu’elle fait ce métier. Toutefois la jeune femme est attaché à sa famille et à ses amis mais elle sait faire preuve d’abnégation.

Ce qui a été difficile pour elle sur ce tournage, ce sont les petites choses et les grandes choses qui font notre société : les publicités dans les rues, le fait de ne pas pouvoir dépenser d’argent, de ne pas avoir l’eau courante, de ne pas pouvoir téléphoner quand on le veut… Paradoxalement aussi c’est ce manque qu’elle a apprécié, c’est ainsi qu’elle a pu faire connaissance avec les Evènes : « Les Evènes sont devenus ma famille d’adoption, grâce à eux j’ai appris à faire du pain dans leur tente, à coudre des pantalons en peau, j’ai appris à conduire des traîneaux, à monter des rennes. La communication était compliquée on ne parlait pas la même langue et je n’avais pas d’interprète .Cependant, ce sont des gens qui sont à l’écoute et qui sont très attachants. »

 

Ce tournage aura été finalement riche en émotion pour l’actrice qui aura eu également l’occasion de jouer avec des animaux dont certains sont parmi les plus dangereux de la planète. Son travail est exemplaire pour une si jeune actrice, qui a su avec bravoure et peut-être une petite dose d’imprudence se mesurer à un monde qui lui était inconnu. « J’ai eu plusieurs scènes avec les loups et les autres animaux et j’étais très à l’aise dès le départ. Je regrette d’ailleurs d’avoir eu si peu de scènes. J’adore les animaux, j’ai toujours vécu avec des chiens. Les loups restent des animaux sauvages avec lesquels on ne peut pas faire n’importe quoi, même si j’avais très envie d’aller vers eux. J’adore également faire du cheval. Je montais un poney pour lequel j’ai éprouvé une véritable affection, j’ai sûrement fait un transfert amoureux. Il s’appelait Kandidat. ».

 

Pom Klementieff pose un regard enchanté sur les hommes qui ont fait ce film, les techniciens : « Ce que j’aime sur ces tournages dans des conditions extrêmes c’est la combativité des techniciens qui sont des hommes capables de relever tous les défis. Je me souviens, au début les loups étaient angoissés, les premières scènes étaient assez compliquées à tourner, tous les jours on croisait les doigts pour que tout se passe bien. Et puis finalement on a réussi. ».

 

Le travail de Pom Klementieff plait et plusieurs projets sont en train de voir le jour : une pièce de théâtre et une série TV (Pigalle la nuit, Canal+) ou elle interprète une strip-teaseuse. Pour ce rôle elle a du apprendre à faire du pole dance. Mais Pom Klementieff ne s’arrête pas là, d’autres projets sont à venir.

 

Pom Klementieff est une jeune actrice, ses débuts sont prometteurs. Son talent et son naturel sont enchantants, sa soif de découverte est enthousiasmante et son grand respect pour le cinéma demeure une force qui ne peut que la pousser vers de belles choses.

 

François Slama

 

 

Loup de Nicolas Vanier

Sergueï Nicolas BRIOUDES
Nastazia Pom KLEMENTIEFF
Nicolaï Min Man MA
Anadya Vantha TALISMAN
Wladim Bernard WONG
Mouriak Gurgon KYAP
Alexeiv Kaveil KEM
Moujouk Vassiliev GUERASSINE

 

{youtubejw}k9naGV7yQOE{/youtubejw}

 

Sortie le 9 décembre 2009

www.loup-lefilm.com

 

Articles liés

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers
Agenda
24 vues
Agenda
24 vues

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers

Avec un sens aigu de l’épure, Michel Cerda fait résonner toute la singularité de la langue de John Millington Synge dans cette fable à la cruauté savamment grinçante… Martin et Mary vivent dans la douceur, au croisement des routes. Ils sont pauvres, laids,...

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque
Cinéma
243 vues
Cinéma
243 vues

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque

La Cinémathèque Française rend hommage à ce grand réalisateur, à l’occasion du dixième anniversaire de sa disparition. Une exposition fort intéressante, à la croisée des cultures orientales et occidentales. Nous sommes au Musée du Cinéma, au premier étage de la Cinémathèque Française. Un...

Judy Hill : « Roberto nous a donné, à nous les Noirs, ce que nous n’avions jamais eu : une voix. »
Cinéma
400 vues
Cinéma
400 vues

Judy Hill : « Roberto nous a donné, à nous les Noirs, ce que nous n’avions jamais eu : une voix. »

À l’occasion de la sortie de son documentaire, « What you donna do when the world’s on fire ? », une plongée dans le quotidien brutal d’une communauté noire du Sud des États-Unis, le réalisateur Roberto Minervini et Judy Hill, la protagoniste principale, ont...