0 Shares 742 Views

Falstaff – Opéra Bastille

18 mars 2013
742 Vues
5926_-ND39989

La mise en scène de Dominique Pitoiset est certainement le clou de cette reprise de l’Opéra Bastille. Le plateau, souvent trop grand, dont les scénographes ne savent que faire, est admirablement bien occupé.

Le décor d’un immeuble en brique au bord de la Tamise glisse à droite ou à gauche selon les changements de tableaux. Il y a toujours quelque chose pour emplir l’espace, des figurants dont l’action est toujours parfaitement dirigée.

La composition des quatuors vocaux à la fin du premier acte est une belle réussite scénique.

Ambrogio Maestri, qui a chanté le rôle au festival de Salzburg, est Falstaff. Très applaudi, il est également un comédien hors-pair. Si sa voix est un peu limitée dans les graves, ses qualités dramatiques emportent l’attention du public dans une performance exceptionnelle.

5923_-ND30228Elena Tsallagova, en Nannetta, est l’autre grande réussite de la soirée. Tour à tour espiègle ou ingénue, sa composition dramatique est également d’une grande justesse, dans un rôle pourtant bien différent de la Mélisande où nous avons pu l’entendre. Puissante et mélodieuse, sa voix enchante la salle. Très applaudie, le public de Bastille pourra l’entendre dès le mois prochain reprendre son rôle de l’oiseau des forêts dans Siegfried.

5804_image012Marie-Nicole Lemieux enfin, en Mrs Quickly, Paolo Fanale en Fenton, et Raul Gimenez en Cajus tenaient déjà les mêmes rôles dans la version du Théâtre des Champs-Élysées il y a deux ans. Il nous est ainsi permis d’entendre à quel point l’acoustique de Bastille ne met pas en valeur les voix. Si la chanteuse s’en sort bien – elle est pénétrée par son rôle, un ressort comique évident, les deux chanteurs sont moins à leur aise. Le jeune Fenton semble constamment devoir pousser un timbre sans amplitude.

Svetla Vassileva, qui semble beaucoup aimer les applaudissements tant elle en redemande, avait beaucoup impressionné le public de Bastille dans Francesca da Rimini. Elle est une Mrs Alice Ford très solide vocalement, mais moins investie par son personnage.

Le Ford d’Arthur Rucinski est un peu en retrait, mais il offre une prestation honnête.
Habitués que nous sommes à l’excellent travail de Philippe Jordan, Daniel Oren à la baguette déçoit un peu. L’orchestre manque de mordant dans une partition où l’esprit burlesque ne demande qu’à éclore.

Marie Torrès

Falstaff 

Commedia lirica en trois actes de Giuseppe Verdi (1813-1901)

Direction musicale : Daniel Oren
Mise en scène : Dominique Pitoiset

Ambrogio Maestri, Sir John Falstaff
Artur Rucinski, Ford
Paolo Fanale, Fenton
Raúl Giménez, Dottore Cajus
Bruno Lazzaretti, Bardolfo
Mario Luperi, Pistola
Svetla Vassileva, Mrs Alice Ford
Elena Tsallagova, Nannetta
Marie-Nicole Lemieux, Mrs Quickly
Gaëlle Arquez, Mrs Meg Page

9 représentations du 27 février au 24 mars 2013

Orchestre et choeur de l’Opéra national de Paris

Tarifs : 5€, 15€, 35€, 70€, 90€, 115€, 135€, 155€ et 180€

Opéra Bastille
M° Bastille

www.operadeparis.fr

[Crédits photographiques : Opéra national de Paris/ Ch. Leiber // Opéra national de Paris/ Mirco Magliocca]

Articles liés

Origines » du Cirque Alexis Gruss : bel hommage au cirque équestre
Spectacle
158 vues
Spectacle
158 vues

Origines » du Cirque Alexis Gruss : bel hommage au cirque équestre

Avec cette 44e création, le Cirque Alexis Gruss célèbre un anniversaire : les 250 ans de la piste, de Philip Astley à nos jours. Formidable idée pour cette famille dont la renommée ne faillit pas, depuis six générations. Ce...

Les sorties ciné du mois – Avril 2019
Agenda
48 vues
Agenda
48 vues

Les sorties ciné du mois – Avril 2019

Quels sont les films qui sortent en avril dans les salles obscures ? De nombreuses bonnes surprises sont à l’affiche ! Des films pour se faire plaisir, se détendre, passer un bon moment entre amis ou en amoureux… Mercredi...

Voyage au bout de la nuit au Théâtre Tristan Bernard !
Agenda
34 vues
Agenda
34 vues

Voyage au bout de la nuit au Théâtre Tristan Bernard !

« Que sait-on, au fond, du Voyage de Louis-Ferdinand Céline ? » En 1932, avec le Voyage au bout de la nuit, son premier roman, chef-d’oeuvre anarchiste, anti-tout et universellement tragique, Céline rate de deux voix le prix Goncourt et se...