0 Shares 1348 Views

Falstaff – Opéra Bastille

18 mars 2013
1348 Vues
5926_-ND39989

La mise en scène de Dominique Pitoiset est certainement le clou de cette reprise de l’Opéra Bastille. Le plateau, souvent trop grand, dont les scénographes ne savent que faire, est admirablement bien occupé.

Le décor d’un immeuble en brique au bord de la Tamise glisse à droite ou à gauche selon les changements de tableaux. Il y a toujours quelque chose pour emplir l’espace, des figurants dont l’action est toujours parfaitement dirigée.

La composition des quatuors vocaux à la fin du premier acte est une belle réussite scénique.

Ambrogio Maestri, qui a chanté le rôle au festival de Salzburg, est Falstaff. Très applaudi, il est également un comédien hors-pair. Si sa voix est un peu limitée dans les graves, ses qualités dramatiques emportent l’attention du public dans une performance exceptionnelle.

5923_-ND30228Elena Tsallagova, en Nannetta, est l’autre grande réussite de la soirée. Tour à tour espiègle ou ingénue, sa composition dramatique est également d’une grande justesse, dans un rôle pourtant bien différent de la Mélisande où nous avons pu l’entendre. Puissante et mélodieuse, sa voix enchante la salle. Très applaudie, le public de Bastille pourra l’entendre dès le mois prochain reprendre son rôle de l’oiseau des forêts dans Siegfried.

5804_image012Marie-Nicole Lemieux enfin, en Mrs Quickly, Paolo Fanale en Fenton, et Raul Gimenez en Cajus tenaient déjà les mêmes rôles dans la version du Théâtre des Champs-Élysées il y a deux ans. Il nous est ainsi permis d’entendre à quel point l’acoustique de Bastille ne met pas en valeur les voix. Si la chanteuse s’en sort bien – elle est pénétrée par son rôle, un ressort comique évident, les deux chanteurs sont moins à leur aise. Le jeune Fenton semble constamment devoir pousser un timbre sans amplitude.

Svetla Vassileva, qui semble beaucoup aimer les applaudissements tant elle en redemande, avait beaucoup impressionné le public de Bastille dans Francesca da Rimini. Elle est une Mrs Alice Ford très solide vocalement, mais moins investie par son personnage.

Le Ford d’Arthur Rucinski est un peu en retrait, mais il offre une prestation honnête.
Habitués que nous sommes à l’excellent travail de Philippe Jordan, Daniel Oren à la baguette déçoit un peu. L’orchestre manque de mordant dans une partition où l’esprit burlesque ne demande qu’à éclore.

Marie Torrès

Falstaff 

Commedia lirica en trois actes de Giuseppe Verdi (1813-1901)

Direction musicale : Daniel Oren
Mise en scène : Dominique Pitoiset

Ambrogio Maestri, Sir John Falstaff
Artur Rucinski, Ford
Paolo Fanale, Fenton
Raúl Giménez, Dottore Cajus
Bruno Lazzaretti, Bardolfo
Mario Luperi, Pistola
Svetla Vassileva, Mrs Alice Ford
Elena Tsallagova, Nannetta
Marie-Nicole Lemieux, Mrs Quickly
Gaëlle Arquez, Mrs Meg Page

9 représentations du 27 février au 24 mars 2013

Orchestre et choeur de l’Opéra national de Paris

Tarifs : 5€, 15€, 35€, 70€, 90€, 115€, 135€, 155€ et 180€

Opéra Bastille
M° Bastille

www.operadeparis.fr

[Crédits photographiques : Opéra national de Paris/ Ch. Leiber // Opéra national de Paris/ Mirco Magliocca]

Articles liés

Fritzi, un film d’animation Ralf Kukula et Matthias Bruhn au cinéma le 4 novembre
Agenda
70 vues

Fritzi, un film d’animation Ralf Kukula et Matthias Bruhn au cinéma le 4 novembre

Leipzig, Allemagne de l’Est, 1989. Pendant l’été, Sophie, la meilleure amie de Fritzi part en vacances en lui confiant son chien adoré, Sputnik. À la rentrée des classes, Sophie est absente et sa famille a disparu… Avec Sputnik, Fritzi...

“Perte” avec Ruthy Scetbon à La Scala
Agenda
146 vues

“Perte” avec Ruthy Scetbon à La Scala

La femme de ménage du théâtre fait son travail, seule, comme tous les jours. Telle une servante de théâtre, elle est celle qui est là quand il n’y a personne d’autre. Ce jour-là, elle découvre le public présent dans...

Just a Story From America, les mémoires d’Elliott Murphy en librairie le 5 novembre
Agenda
213 vues

Just a Story From America, les mémoires d’Elliott Murphy en librairie le 5 novembre

Just a Story From America, Mémoires ou la vie d’Elliott Murphy racontée par lui-même. L’homme que l’on a surnommé le nouveau Dylan nous emmène dans le New York des années soixante dix comme dans le monde du rock, aux...