0 Shares 498 Views

Maïa Barouh, entre culture française et japonaise

Noémie Lefebvre 12 décembre 2022
498 Vues

Le mois dernier, Maïa Barouh sort son dernier album “Aida” (signifiant “au milieu” en japonais) où elle traite de sa double culture et des discriminations qu’elle subit à cause de cela.

Maïa Barouh est une chanteuse, flûtiste, auteure, compositrice, arrangeuse et productrice franco-japonaise. Elle a grandi au Japon et y a commencé sa carrière là-bas, se produisant dans l’univers underground de Tokyo et rejoint même la fanfare de rue traditionnelle “Kabocha Shokai” en tant que saxophoniste. Ce n’est qu’en 2014 qu’elle s’installe en France pour travailler sur son premier album solo Kodoma (“échos” en japonais). Dans celui-ci, elle reprend et se réapproprie des chants marins, paysans et populaires japonais qu’elle intègre à ses morceaux comme des échos. C’est pour elle une façon de se rapprocher de ses origines et se reconstruire après la catastrophe de Fukushima, qui l’a beaucoup affectée.

Sa façon de chanter, très gutturale, vient d’une technique de chant de l’île Iwaitsuké, île du sud du Japon. Pour continuer à mettre cette île en avant elle reprend Amami, musique traditionnelle originaire de là-bas.

En 2021, Maïa Barouh reprend Tokyo Ondo, musique traditionnelle de danse, généralement jouée lors de festivités (une version traditionnelle). Elle le sort sous forme de single.

Son nouvel album est plus agressif que le premier. Sur le titre Kodoma, elle reprend et intègre des chants japonais à ses propres morceaux et chante en japonais et français. Elle reprend notamment un chant de marin, intitulé Tairyo sur son album (voilà une version traditionnelle de ce chant). En écoutant cette version traditionnelle, on reconnaît des similitudes au niveau de l’air (à partir de 0:50 dans la version traditionnelle) mais on discerne bien le travail de réappropriation effectué. On peut le remarquer par le couplet chanté en français par Maïa Barouh mais aussi par son utilisation des instruments comme support vocal. Au contraire, dans la version traditionnelle, ce sont les voix de chœur qui donnent d’abord du rythme puis les instruments arrivent un à un (instruments à cordes, flûtes et percussions) mais sont beaucoup moins important.

Pour conclure, Maïa Barouh est une artiste influencée par la musique traditionnelle japonaise, même si elle ne se limite pas à cela. C’est en partie grâce à cela qu’elle s’est faite remarquer, se démarquant sur la scène musicale française.

Noémie Lefebvre

Articles liés

Christina Rosmini dévoile “La Louve”, un premier extrait de son nouvel album “INTI” prévu pour mars
Agenda
62 vues

Christina Rosmini dévoile “La Louve”, un premier extrait de son nouvel album “INTI” prévu pour mars

Entre chanson française, flamenco, musique orientale et musique latine, Christina Rosmini a construit depuis le début de sa carrière un univers artistique affirmé, affranchi des repères musicaux traditionnels. A travers ses créations, nourries d’une forte identité méditerranéenne, elle nous...

Le duo canadien DVSN en concert le 31 janvier au Bataclan
Agenda
77 vues

Le duo canadien DVSN en concert le 31 janvier au Bataclan

Cinq ans après son dernier passage en France, le duo canadien de RnB, DVSN, est de retour à Paris sur la scène du Bataclan le 31 janvier prochain. Composé du chanteur Daniel Daley et du compositeur Nineteen85, DVSN s’est...

Cédric Fernandez mélange l’improvisation et la mémoire dans “L’Expérience inoubliable”
Spectacle
93 vues

Cédric Fernandez mélange l’improvisation et la mémoire dans “L’Expérience inoubliable”

Depuis environ 10 ans, Cédric Fernandez émerveille le public du monde entier avec son spectacle L’Expérience inoubliable, une performance mélangeant l’improvisation théâtrale et la mémoire. L’improvisateur nous raconte son parcours atypique fait de rencontres, de rires et de voyages....