0 Shares 2081 Views

Pelléas et Mélisande – Debussy by Robert Wilson – Opéra Bastille

10 février 2015
2081 Vues
7431_PELLEAS-ET-MELISANDE--c--ELISA-HABERER----OPERA-NATIONAL-DE-PARIS--15-

Pelléas et Mélisande

De Debussy

Mise en scène de Robert Wilson

Avec Elena Tsallagova, Stéphane Degout et Paul Gay

Jusqu’au 28 février 2015

Réservation en ligne

Durée : 3h15

Opéra Bastille
Place de la Bastille
75012 Paris

M° Bastille
(lignes 1, 5 et 8)

www.operadeparis.fr

7419_PELLEAS-ET-MELISANDE--c--ELISA-HABERER----OPERA-NATIONAL-DE-PARIS--3-1Jusqu’au 28 février 2015

6e saison pour la mise en scène de Robert Wilson toujours acclamé à l’Opéra Bastille. Le drame lyrique est dirigé par Philippe Jordan avec brio. Un succès sans surprise.

La mise en scène signée Bob Wilson du drame lyrique, d’après le poème symbolique de Maurice Maeterlinck, fait toujours son effet dans sa quête de pureté poétique. Ce sont des tableaux chorégraphiques. On y retrouve les procédés récurrents du metteur en scène. Quasiment aucun décor à l’exception d’une tour lors d’un tableau, un fond de scène bleu, illuminé par une barre horizontale rayonnante à la Marc Rothko et une gestuelle décalée des chanteurs.

Les costumes éclectiques plongent le spectateur dans l’imaginaire de la rêverie poétique. Ils traversent les siècles : la tenue baroque du jeune garçon côtoie l’apparence japonaise de Golaud très sombre s’opposant à la blancheur immaculée des costumes de Pélléas et de Mélisande – en naïade tandis que leur père Arkel s’apparente à un vieux sage sorti tout droit du Moyen Âge. Les interprètes passent par un détour dans le geste qui distancie le texte et le chant. Le corps est ainsi au service de la voix lyrique sublimée. Celle-ci est comme en “suspension” dans l’espace. C’est “étrange” comme peut l’être le texte poétique. Cette mise en scène fonctionne parfaitement quoiqu’on l’ait déjà beaucoup vue…

Les interprètes aussi reviennent. La superbe soprano russe Elena Tsallagova incarne à nouveau une Mélisande évanescente et juvénile, qui ondoie comme une naïade. Issue de l’atelier lyrique de l’Opéra de Paris, la chanteuse lyrique est une merveille de grâce et de douceur. Depuis La Petite renarde rusée en 2008, elle revient régulièrement à la Bastille. Elle émeut la salle et est très applaudie pour cette première.

On retrouve avec bonheur Stéphane Degout. Son Pélléas est noble et pur. Il s’oppose magnifiquement au sombre Golaud incarné par le puissant Paul Gay. Le baryton-basse est très imposant par sa stature et son aura : quoique très noir, le personnage resplendit. Très applaudi par la salle, c’est l’une des belles surprises de la soirée. La présence de Robert Wilson qui vient saluer est très appréciée. Et bien sûr, la salle ovationne Philippe Jordan, toujours très aimé de ses musiciens et de son public.

Marie Torrès

[Crédit photos : Élisabeth Haberer. Opéra de Paris]

À découvrir sur Artistik Rezo :
Pelléas et Mélisande à l’Opéra Bastille en 2012

Articles liés

Ce week-end à Paris… du 22 au 24 novembre
Art
111 vues

Ce week-end à Paris… du 22 au 24 novembre

De l’art, du cinéma, du théâtre, de la musique… L’équipe Artistik Rezo vous a prévu un programme pour ces quatre univers que nous chérissons… Dépêchez-vous, ça commence ce soir ! Vendredi 22 novembre Venez vernir Ismaël Joffroy Chandoutis à...

Festival de l’imaginaire 2019 : Donghaean Byeolsingut
Agenda
38 vues

Festival de l’imaginaire 2019 : Donghaean Byeolsingut

Retrouvez cette 23e édition du Festival de l’imaginaire du 10 octobre au 31 décembre à Paris, en Seine-Saint-Denis, mais aussi à Lyon ou en Bretagne. Le Festival de l’Imaginaire offre une scène ouverte aux peuples et civilisations du monde contemporain,...

Au Musée d’Orsay, « Degas à l’Opéra »
Art
87 vues

Au Musée d’Orsay, « Degas à l’Opéra »

Edgar Degas était bien plus que « le peintre des danseuses ». Ses tableaux font vivre un univers entier, de la danse aux musiciens, chanteurs, abonnés… La passion du peintre pour ce monde se raconte au Musée d’Orsay en...