0 Shares 594 Views

Rencontre avec Paul et Mus, le duo du groupe Fantomes pour leur nouvel album IT’S OK

Fantomes, c’est un duo qui naît autour de l’amour des vieux amplis et des riffs de guitare bien gras, un duo qui se fiche des tendances musicales, qui joue surtout pour se sentir vivant. Après un premier EP éponyme sorti en 2018, le groupe sort son premier album IT’S OK le 25 février 2021 qui nous tiraille entre rage et douceur, tel un road trip californien qui aurait mal tourné, à l’image de leur clip pour le morceau “Easy”. 

Comment est né le groupe Fantomes ? 

Mus : Le groupe est né à la Mécanique Ondulatoire, un bar et salle de concert assez mythique pour la scène rock parisienne. On a bossé à deux là-bas mais à ce stade de nos vies, on avait l’impression de ne rien vivre, à part le boulot et les cuites d’après boulot. 

Paul : C’était aussi frustrant de travailler pendant que d’autres groupes jouaient. On s’est rendu compte que nous deux, on avait des choses en commun au niveau musical, puis on a commencé à jouer ensemble, sans se prendre au sérieux, juste le kiffe de la répét du dimanche soir, et ça a pris. 

C’est quoi le style de Fantomes ? Ses influences ? 

Mus : C’est dur à décrire mais c’est du rock, à la croisée entre la pop et le grunge des années 90. 

Paul : On a beaucoup été influencé par les géants de cette époque comme Nirvana, Oasis, Pixies, Strokes, Smashing Pumpkins … 

On vient de la même famille du rock mais de sous-genre différent, Mus vient de la scène plutôt hardcore et vénère, moi c’est plus du rock garage à la Black Lips.

Qu’est ce qui vous donne envie de jouer du rock grunge 90’s en 2020 ? 

Mus : Ce sont les groupes qui nous ont influencés musicalement et on l’a senti dès qu’on a commencé à jouer ensemble : c’est le son qui nous stimule le plus. 

Paul : À aucun moment on s’est dit “viens on va faire de la musique 90’s”, c’est venu naturellement en jouant. D’ailleurs, c’est pas le seul truc que j’écoutais quand on travaillait dans ce bar, mais c’est quelque chose de l’ordre du sensoriel, qui nous ramène à la simplicité et la naïveté comme quand on était kids.
Il faut dire aussi que dans le studio de notre pote Thomas Bugnot (Studio Delta), on a pu trouver notre propre son grâce à des vieux amplis et donner cette dimension propre à nos morceaux. 

Mus : En plus, Thomas, c’était notre pote donc on avait le luxe de traîner au studio et de pas avoir d’impératifs. Surtout qu’aujourd’hui, pour un groupe de rock c’est pas évident d’être signé et d’avoir les moyens de prendre son temps au studio. 

Justement, comment a eu lieu votre rencontre avec le label Pan European Recording ? Qu’est ce ça vous apporte d’être dans un label avec un spectre musical très différent du vôtre ? 

Mus : Cette rencontre, elle a eu lieu via Elodie Haddad, grosse dédicace ! Elle a beaucoup d’influence, t’as pas envie de la voir énervée ! À l’époque, on faisait des lives pour Flavien Berger. Un jour, elle est venue nous voir en concert, une fois, deux fois, trois fois, puis avec Arthur Peschaud (fondateur du label). 

Paul : C’était un concert au Trianon et j’avais l’impression d’avoir trop mal joué, je me sentais pas prêt avant le live, on avait pas beaucoup répété avant mais finalement Pan a bien aimé.

Mus : Pan European, c’est un label qui met l’humain et le relationnel au centre de ses préoccupations, c’est un des labels les plus cools que j’ai pu voir. Ils te soutiennent dans tes choix en apportant leur expérience, bon après si t’as une idée nulle et que t’en es convaincu c’est tant pis pour toi !
C’était impressionnant d’être signé par un label comme ça, qui cherche pas à être “bankable” et à suivre les tendances du moment. 

Paul : Et peu après notre arrivée, on s’est vite retrouvés dans la compile Voyages III aux côtés des autres artistes du label. 

Revenons à l’album, quels thèmes ou dimensions avez-vous voulu donner à celui-ci ? 

Paul : Il n’y a pas eu de thèmes établis à l’avance, “It’s ok”, c’est un peu le fait de dire toujours “ça va” quand on te pose la question alors que c’est seulement du paraître. 

Mus : L’album se définit un peu comme un sombre optimisme : on a tous des moments compliqués, où l’on se dit qu’on a des vies nulles et sans perspectives d’avenir, surtout en ce moment. On a voulu exprimer ce qu’on arrive pas à dire dans notre vie quotidienne de vive voix. La vie est compliquée mais tu peux pas te laisser aller jusqu’au fond du fond, parce qu’après, il n’y a plus personne, bam, drop the mic. 

Paul : C’est vrai qu’on n’est peut être pas les plus grands communicants de la Terre…

À propos de la couverture de l’album, d’où est venue cette idée de porter des masques de vous-mêmes ?

Mus : C’est une pote, Lou Beauchard, qui avait fait le clip de notre morceau Back With The  Sun. 

Paul : Ça permet d’être nous sans être nous, quand tu donnes l’impression aux gens d’être quelqu’un d’autre, tu peux te permettre plus de choses. Certains pensent que c’est vraiment nos têtes et qu’on est juste flippant. 

Mus : En fait, c’est nous les Daft Punk ! Hors blague, justement, on sait pas trop si c’est nos têtes ou pas, on dirait une photo de Polaroïd prise dans un squat. C’est un taf de ouf qu’elle a fait et on a kiffé le principe. 

Nous avons un gros coup de cœur sur le dernier morceau “Colors”, un bouquet final de l’album qui donne vraiment envie de vous voir sur scène. Vous avez des projets à venir malgré le contexte ? 

Mus : Déjà, ce sera un plaisir de te le jouer quand ce sera possible. On est en train de réfléchir à une tournée avec des petites jauges de public, dans un cadre plus intime. On veut jouer pour des gens et retrouver le principe du partage dans musique. Les livestreams, c’était cool au début mais là on a vite fait le tour. A moins d’avoir un budget à la The Weeknd. 

Paul : Prochaine étape, c’est Superbowl direct ! 

Mus : Attends je vais DM The Weeknd !

Propos recueillis par Estelle Cacheux et Marco Farkas

Articles liés

Brigitte de Thélin, sa rencontre avec la culture Navajos : “Your art is your heart”
Art
138 vues

Brigitte de Thélin, sa rencontre avec la culture Navajos : “Your art is your heart”

Rencontre avec l’artiste française Brigitte de Thélin, qui nous immerge le temps d’une interview dans l’histoire émouvante de l’art traditionnel Navajos et des peintures de sables médicinales. Bonjour Brigitte, avant de plonger dans l’univers des Navajos, pourriez-vous vous présenter,...

La galerie Kamel Mennour lance sa première vente NFT avec le collectif Obvious
Agenda
146 vues

La galerie Kamel Mennour lance sa première vente NFT avec le collectif Obvious

Kamel Mennour s’associe au collectif Obvious pour présenter son premier projet sous forme de NFT. Le collectif Obvious, composé de trois jeunes artistes français, fut parmi les pionniers de la création avec l’intelligence artificielle, à la frontière de l’art,...

Rencontre avec Marion Louisa, à l’initiative d’un tour de France des savoir-faire
Art
225 vues

Rencontre avec Marion Louisa, à l’initiative d’un tour de France des savoir-faire

Marion Louisa est une créative dans l’âme avec une passion communicative du vêtement et de la mode. Elle est attachée à rapprocher la création à la transmission et au partage. Marion s’est appropriée le média vidéo à merveille pour...