0 Shares 1269 Views

The Pirouettes : « Poétique et fun »

26 février 2017
1269 Vues
pirouettes

The Pirouettes :  « Poétique et fun »

Avec Leo Bear Creek et Vickie Chérie

The Pirouettes en concert à la Cigale le 11 mai 2017 

Tarifs : 29€

Réservation en ligne

Plus d’infos sur la page Facebook The Pirouettes ou sur leur site

The Pirouettes en tournée dans toute la France jusqu’au 3 juin 2017

Actuellement en tourné dans toute la France, les amoureux Léo et Vickie, alias The Pirouettes, seront à Paris le 11 mai 2017 pour nous faire rêver et danser sur leurs chansons entraînantes, poétiques et décalées. Rencontre.

The-Pirouettes

Vous êtes ensemble depuis le lycée. Comment vous est venue l’idée de former The Pirouettes ?

Leo Bear Creek : Pour que la rencontre ait lieu, pour qu’on soit ensemble, il fallait que je propose à Victoria un truc cool. J’ai eu l’idée de lui proposer de faire de la musique. Nous avons fondé le groupe quand nous étions encore au lycée. Donc, clairement le couple et le groupe sont liés.

Vickie, tu jouais déjà de la musique ?

Vickie Chérie : Non pas du tout, jamais.

Et toi Léo ? 

LBC : J’avais déjà un groupe, que j’ai toujours d’ailleurs, Coming Soon, avec mon frère et d’autres copains d’Annecy. En ce moment c’est un peu “en stand by”, par rapport aux Pirouettes qui se développent, mais ça marche. À l’époque, on avait sorti notre premier album au même moment que le film Juno, sur lequel on avait un morceau. J’ai toujours réussi à cumuler les deux groupes. Pourvu que ça continue !  

Quelles ont été les grandes étapes de votre groupe, par rapport à la production, par exemple ? 

LBC : On a commencé à sortir un premier EP en octobre 2012 qui est très chouette et qui est encore trouvable sur internet. Deux ans plus tard en 2014, il y a eu un deuxième EP qui s’appelle L’importance des autres et c’est à ce moment là que ça a marché. Puis notre premier album, Carrément Carrément est sorti en septembre 2016. On a toujours eu notre propre Label, (commun avec mon autre groupe Coming Soon) Kidderminster Records. On en est très fier parce que c’est un label indépendant que l’on peut faire marcher comme on l’entend.

Vickie, toi tu continues tes études ? 

VC : Oui je fais des études de photo et de vidéo. L’un n’empêche pas l’autre. Je continuerai la musique quoi qu’il arrive, c’est mon médium de base.

Comment décrivez-vous votre musique aux gens qui ne vous connaissent pas ?

LBC : Poétique et fun. Je pense que tout le monde à une part de timidité et de folie et c’est ce que l’on ressent sur l’album. Il y a des morceaux très intimes et d’autre un peu plus fous.

pirouette-danser-slider

On dit souvent que votre musique est influencée par les années 1980. 

LBC : Oui c’est essentiel, ça nous inspire, notamment dans les textes, des chansons d’amour en français. Mais il n’y a pas que ça. On est aussi influencé par plein d’autres choses plus actuelles, comme le Rap et le RnB d’aujourd’hui. 

VC : Booba par exemple, c’est un peu le top du rappeur français. On écoute aussi le belge Hamza. 

Quand vous avez commencé, vous saviez déjà ce que vous vouliez faire ? Vous aviez les mêmes idées ? 

LBC : Comme on est en couple, on écoute la même musique.

VC : Oui, on avait des goûts proches. Au début, notre musique n’avait pas du tout d’arrangement mais elle s’est étoffée petit à petit. On a construit notre identité sonore progressivement. 

LBC : En effet, on a commencé très anti-folk, une musique qu’on écoutait beaucoup à l’époque, très épurée. Des chansons avec des accords de clavier.  Notre plus vieille chanson, je l’ai écrite pour Victoria, (on peut la retrouver sur internet, elle s’appelle The Pirouettes) On avait 17 et 18 ans, on était vraiment des petits chats, des petits mignons. C’est drôle. 

Aujourd’hui avec qui aimeriez-vous travailler 

VC : Avec Justin Bieber. (Rires)

LBC : C’est un peu notre réponse automatique, mais c’est vrai qu’on aimerait beaucoup. Son dernier album [Purpose] fait partie de ceux que l’on a le plus écouté l’an dernier. On est vraiment fan, au premier degré. 

Ça me paraît très différent de ce que vous faites pourtant ? 

VC : Pas tant que ça, en fait. C’est hyper pop et sensible. Ça nous parle. 

Si vous ne deviez garder qu’une de vos chansons, une qui vous a plus marquée qu’une autre ?

VC : L’Escalier !

LBC : Moi aussi. C’est un peu notre préférée et apparemment celle de tout le monde, donc ça colle bien. Sinon une autre plus rare : Hortensia Summer sur notre premier EP, une balade très belle aussi. 

15267745 1315865538444262 8889916013046407262 n

Sur vos premières chansons, notemment Briller comme des étoilesvous parlez de vos craintes et vos attentes par rapport à la musique.

LBC : Ce que l’on raconte dans cette chanson est le résumé d’une soirée précise qu’on a passée. On a vraiment vécu ce genre de situations.

VC : Celles où on ne se sent pas à notre place. C’était comme entrer dans un monde, dont on n’a pas envie de faire partie, et où nous ne sommes pas les bienvenus non plus. 

Et vous pensez être arrivés à “briller comme des étoiles” ?

LBC : Ça commence à crépiter. Mais on vise beaucoup plus haut.

VC :  Oui doucement, une lueur dans la nuit. (rires)

Une salle où vous aimeriez jouer ? 

VC : La Maroquinerie, même si on y a déjà été programmé. On aime y retourner.

LBC : Sinon, notre prochain concert à Paris sera à la Cigale, le 11 mai. Ça va être une date importante pour nous, c’est une salle impressionnante.

Et si vous nous faisiez la promo du 11 mai ! 

LBC : Ça va être un concert exceptionnel, on prépare des trucs de tarés, de nombreuses surprises. En plus, on a la chance de jouer avec Jules de Las Aves (un groupe français vraiment top), à la basse,  et Lewis OfMan, à la batterie, qui fait aussi de la musique en solo très cool. La première partie va être super, on vient de décider qui ce serait…

VC : Ça va être sympa, plein de frissons…

Quelle impression ça vous fait de jouer avec vos musiciens, plutôt qu’à deux ? 

LBC : C’est plus facile et ça donne une énergie incroyable. Comme on fait de la musique électronique, en live, ça permet de varier les sons.

VC : C’est quelque chose de nouveau, aussi, donc c’est cool.

Propos recueillis par Raphaëlle Quinet 

[Crédits Photo 1 : © Elodie Goulier / Photo 2 : © tirée du clip Danser dans les boîtes de nuit de The Pirouettes / Photo 3 : © Louise Desnos]

The Pirouettes – Danser dans les boîtes de nuit

The Pirouettes – Je nous vois



The Pirouettes – Briller comme des étoiles

Articles liés

Les Swinging Poules au Théâtre de l’Archipel
Agenda
175 vues

Les Swinging Poules au Théâtre de l’Archipel

Les Swinging Poules revisitent les chansons populaires avec humour et un grain de folie ! Accompagnées de leur pianiste aux doigts d’or, elles font swinguer des chansons des années 50 et 60, mais aussi quelques tubes plus récents, et...

La chanteuse belge Heeka nous dévoile son premier EP : “Black Dust”
Agenda
133 vues

La chanteuse belge Heeka nous dévoile son premier EP : “Black Dust”

Ce vendredi 27 novembre, l’ancienne voltigeuse Heeka nous dévoile son premier EP Black Dust en version numérique, sur le label Koala Records, ainsi qu’en version physique, en distribution indépendante. L’univers d’Heeka oscille entre une folk très intimiste et un...

“Tous à table”, le nouveau titre de Leys
Agenda
150 vues

“Tous à table”, le nouveau titre de Leys

Après avoir obtenu le prix du jury des Inouïs du Printemps de Bourges 2020, la rappeuse aux 1001 freestyles dévoile son nouveau son “Tous à table” en attendant de livrer son premier EP. Maîtrisant flow et textes avec un...