0 Shares 247 Views

Wozzeck, chef-d’oeuvre de Berg dans l’éblouissante mise en scène de Marthaler

Emilie Brouchon Opera national de Paris-Wozzeck-16.17---Emilie-Brouchon---OnP--13--800

Wozzeck

De Alban Berg

Mise en scène de Christoph Marthaler 

Avec Johannes Martin Kränzle, Stephan Margita, Nicky Spence, Stephan Rügamer, Kurt Tydl, Mikhail Timoshenko, Thomasz Kumiega Rodolphe Briand, Gun-Brit Barkmin, Eve-Maud Hubeaux et Fernando Velasquez

Les 5 et 9 mai à 19h30, 12 mai à 20h30, 15 mai à 19h30

Tarifs : de 5 à 150 euros

Réservation en ligne ou par tél. au 08 92 89 90 90 (0,35 E)

Durée : 1h45

Opéra Bastille 
Place de la bastille 
75012 Paris
M° Bastille

www.operadeparis.fr

Emilie Brouchon   Opera national de Paris-Wozzeck-16.17---Emilie-Brouchon---OnP--13--800 copie copieJusqu’au 15 mai 2017

Créée il y a huit ans, cette production revient à l’Opéra Bastille portée par de merveilleux interprètes. La pièce révolutionnaire de Büchner, qui raconte le meurtre passionnel commis par un pauvre soldat sur sa fiancée, nous bouleverse aujourd’hui par son écriture fragmentée, la puissance incroyable de la musique dans la mise en scène formidable de Christoph Marthaler. Un moment d’une fulgurante humanité.

Emilie Brouchon   Opera national de Paris-Wozzeck-16.17---Emilie-Brouchon---OnP--16--800Une oeuvre révolutionnaire

Georg Büchner, fils de médecin et étudiant en médecine, s’inspire d’un fait divers brûlant pour écrire sa pièce que Berg découvre avec enthousiasme en 1914. Il est fasciné. La pièce raconte un crime passionnel commis par un soldat démobilisé, condamné trois ans plus tard malgré les troubles psychiatriques que l’on avait décelé chez lui. Büchner se saisit du personnage, un antihéros misérable, qu’il transforme en miroir du monde et de ses rivalités sociales. Il se détache d’une narration traditionnelle, et dans ces éclats de vie tranchants comme la misère, dans ces extraits insolites qui se succèdent, il fait de Wozzeck un personnage morcelé, haletant, ombre obéissante à tous ces maîtres, le médecin qui lui administre des régimes alimentaires comme à un cobaye ou le capitaine qui lui assène des ordres ou des sourires compatissants.

Emilie Brouchon   Opera national de Paris-Wozzeck-16.17---Emilie-Brouchon---OnP--9--800Un opéra puissant

Le Wozzeck de Berg, que le monde découvrit en 1925, en plein renouveau expressionniste de la musique viennoise (Berg fut l’élève de Schönberg), est fidèle à la pièce. Au fil de séquences musicales brillantes, mobilisant tantôt les cuivres, tantôt les cordes, ou les percussions, balançant entre tradition -fugues, passacaille, rhapsodie, suite..- et modernité d’une liberté totale, le compositeur joue avec virtuosité sur les tonalités, les rythmes, les ruptures comme pour dessiner les tourments du héros, ses hallucinations notamment, et sa jalousie féroce. Le livret, du compositeur lui-même, suit les errances du pauvre soldat, maltraité par la société et humilié par sa fiancée. La musique épouse les fulgurances de l’histoire.

Emilie Brouchon   Opera national de Paris-Wozzeck-16.17---Emilie-Brouchon---OnP--15--800Sous une toile de plastique

La grande idée scénographique de Christoph Marthaler est de faire évoluer les personnages dans un lieu unique, dont seules les lumières formidables d’Olaf Winter transforment l’atmosphère. Il s’agit d’un grand café, protégé par une toile de plastique transparent, traversé par des ribambelles de gamins qui se réfugient dans les aires de jeux extérieures. L’apathie des consommateurs ordinaires, leur indifférence contraste avec la nervosité, la frénésie du Wozzeck campé par Johannes Martin Kränzle, tout simplement époustouflant dans le rôle titre. Son jeu halluciné, à fleur de peau, sa démarche titubante, apporte à cette production l’aspect tragique et burlesque qui sied à l’opéra. Il faut dire que tous sont parfaits. Stephan Rügamer, diction et voix claire du Capitaine, Kurt Rydl dans le rôle du Docteur, -tefan Margita dans l’effroyable et macho Tambour Major, et Gun-Brit Barkmin, superbe Marie à la voix de soprano déchirante et profonde. Ils sont dirigés par le chef  Michael Schønwandt avec une belle maestria, un sens des ruptures et une sensibilité expressionniste idéales. Quelle profonde émotion !

Hélène Kuttner

[Crédits Photos : © Emilie Brouchon ]

Articles liés

Portrait de l’artiste Don Mateo par Stéphanie Lemoine
Art
77 vues
Art
77 vues

Portrait de l’artiste Don Mateo par Stéphanie Lemoine

« Tu ne viens pas ici par hasard », prévient d’emblée Don Mateo. La presqu’île de Thau, quartier populaire de Sète, est ce qu’on appelle pudiquement un quartier sensible. Cela sied bien, justement, à la sensibilité de l’artiste, qui joue sa pratique dans la rencontre et le dialogue avec les passants. Au printemps dernier, il était venu […]

« Le triomphe de l’amour aux Bouffes du Nord »
Spectacle
172 vues
Spectacle
172 vues

« Le triomphe de l’amour aux Bouffes du Nord »

Sur un plateau bucolique, Le triomphe de l’amour révèle en réalité les échecs cuisants de l’amour dès lors qu’il se pare de masques et de tricheries. Cette comédie entre soupir désabusé et rire franc plonge le public dans un marivaudage classique. En ouverture de la pièce, le contexte et l’intrigue sont exposés longuement par le […]

Festival Jazz à Vienne 2018 – 38e édition
Agenda
48 vues
Agenda
48 vues

Festival Jazz à Vienne 2018 – 38e édition

Depuis sa création en 1981, sous l’impulsion de Jean-Paul Boutellier, le Festival Jazz à Vienne célèbre l’univers du jazz, cette année pour la 38e fois et pour 16 jours de fête… Devenu une véritable institution, le festival propose aux amateurs ou aux avertis de venir découvrir et partager dans toute la ville des moments festifs […]