0 Shares 557 Views

A la recherche de l’âge d’or, au théâtre Dejazet

7 août 2009
557 Vues
Lge-dOr-de-Feydeau-Costumes-Paule-Kingleur-1

L’histoire commence dans l’appartement de Monsieur Follentin. Les soucis pleuvent sur ce dernier, n’altèrant pas la candeur joyeuse de sa fille mais accentuant cependant la légère hystérie de sa femme. Exténué par la contrariété, le maître de maison s’endort et entreprend un voyage dans le temps avec sa petite famille.

 

S’ensuit une série de tableaux hauts en couleur : Saint Barthélémy en compagnie du massacreur Coconas, la reine Margot, ou encore un voyage au XXIe siècle à l’ère du féminisme et des orgies monstrueuses. Tout cela dans le plus grand respect du texte de Feydeau mis à part un audacieux interlude opposant Feydeau et Shakespeare dans un décalage absurde de temps, d’espace et de langue.

Un mot, un seul, pour caractériser ce spectacle où l’humour côtoie l’excellence du texte ainsi que le talent des acteurs et de la mise en scène : la diversité. Des comédiens mûrs et expérimentés –François Frapier et Bernadette Le Saché investissant leur rôle avec allégresse et dextérité- évoluent au milieu d’un chœur composé des élèves de l’école Lecoq dirigé par Susana Lastreto et regroupant plusieurs nationalités qui apportent à la pièce des accents chantants ravissant l’oreille. Des costumes originaux créés par la plasticienne Paule Kingleur, inventrice du projet les POTOBOS : les couleurs vives et les formes décalées réservées aux  protagonistes principaux s’appuient sur les formes noires et élancées du chœur qui soutient la pièce en étant tour à tour personnages et décor. Le texte est rehaussé de chansons et de musiques créées par des compositeurs jazzy specialement pour ce projet.

Tous les sens du spectateurs sont donc mis à l’épreuve et ravis par ce spectacle haut en couleurs et par le travail courageux des artistes aux multiples facettes. Ils se complètent pour arriver à exprimer un burlesque joyeux, propre à décrire le mouvement poétique et bouffon qui caractérise ce voyage dans le temps d’une famille “petite bourgeoise” du début du siècle dernier.

 

C’est donc d’un tourbillon de joie et de bonne humeur, d’énergie et de drôlerie, qu’est rempli en ce moment le théâtre 14 par la compagnie GRRR qui a su monter un texte en s’affranchissant des difficultés dont celui-ci faisait preuve pour accéder aux planches. En résulte un courageux travail qui mérite d’être vu et salué.

 

Sophie Thirion.

 

A Partir du 16 Décembre

Les 16, 18, 22, 23, 25, 29, 30, 31 Décembre à 16h

Le 1er Janvier 2010 à 16h

Les 21 et 28 Décembre et les 4 et 5 Janvier à 20h30

 

Adaptation et mise en scène par Susana Lastreto, musique originale d’Annabel de Courson et Jorge Migoya sur des chansons de Feydeau.

Avec Bernadette Le Saché, François Frapier, Hélène Hardouin, Annabel de Courson, Jorge Migoya, Serge Djen, Jean Soumagnas et Julia Gwynne, Selena McMahan, Ioanna Jarda, Sigrid Mettetal, Tessa Hays-Nordin, Livia Arditti, Rémy Vachet, Camille Blouet, Amber Minogue.

Scénographie : S. Lastreto et Tan Qi

Lumière: Jean-Michel Bauer

Costumes : Paule Kingleur.

 

Tarif plein : 28/24/20 euros (selon placement)

Tarif réduit (étudiants, kiosques) : 14 euros

Scolaires : 12 euros

 

Théâtre Dejazet

41  Boulevard du Temple

Paris 3e – Métro République

 

Articles liés

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel
Agenda
120 vues
Agenda
120 vues

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel

Une soirée organisé par “la Galerie”. Sous l’impulsion de son directeur artistique Gwenaël Billaud, la Galerie a su depuis imposer un nouveau concept de soirées investies par l’art moderne et contemporain, dans le cadre desquelles participent performeurs, artistes, DJs,...

René Urtreger Trio au Sunset Sunside
Agenda
34 vues
Agenda
34 vues

René Urtreger Trio au Sunset Sunside

Dans le petit monde du jazz, on l’appelle parfois le « roi René ». Comme en écho lointain de ce comte de Provence du XIVe siècle qui préférait les arts florissants des lettres et la compagnie des gens d’esprit...

À Bordeaux, Borondo transfigure le Temple des Chartrons
Art
231 vues
Art
231 vues

À Bordeaux, Borondo transfigure le Temple des Chartrons

Avec Merci au Temple des Chartons à Bordeaux, Borondo prouve à nouveau sa capacité à embrasser un lieu pour y déployer son exceptionnelle profondeur poétique. A voir absolument ! Dans le petit monde de l’art urbain, Borondo est une figure...