0 Shares 1298 Views

Avignon 2018, des spectacles en tous genres

Peinture Claire Tabouret pour le Festival d'Avignon

La question du genre, de la singularité, des mutations identitaires, culturelles et sexuelles irriguent le programme de ce 72° Festival d’Avignon présenté jeudi 29 mars à Paris par son directeur Olivier Py. A 52 ans, l’auteur-acteur-metteur en scène, avec son équipe, entame son deuxième mandat de 4 ans, et n’abandonne pas pour autant les idéaux pour lesquels il se bat, le contact avec la jeunesse et l’éducation artistique des jeunes spectateurs.

C’est par un spectacle jeune public que débute le festival 2018 et Olivier Py en est fier. « Au delà de la forêt et du monde » des Portugais Fragata et Barahona parle des migrants et de l’exil, thème clé de cette manifestation qui commencera le 6 juillet pour s’achever le 24 juillet. Avec près de 20% de spectateurs de moins de 30 ans, une tarification particulière de 4 spectacles à 10 euros pour les moins de 26 ans et une grande majorité d’auteurs vivants, moitié français et étrangers, le Festival d’Avignon peut se vanter d’un travail progressif et patient en direction des étudiants et des jeunes en général. C’est justement de la jeunesse, de l’exil, de la famille et de la singularité de chacun de nous dont nous parlent les spectacles- théâtre, musique, danse ou lectures- cette année plus que jamais en partant à la rencontre de l’autre. « L’alternative doit être culturelle, artistique et pédagogique » clame Olivier Py, pour contrer la violence du monde. 47 spectacles donc, donc 35 créations dont 28 produites par le Festival, financé à moitié par des subventions publiques. Le philosophe Alain Badiou revient avec Didier Galas sur l’épopée d’« Ahmed » en itinérance autour des remparts tandis que le flamboyant Thomas Joly (36 ans) s’installe dès le 6 juillet dans la Cour d’Honneur avec Thyeste de Sénèque, spectacle total avec la maîtrise de l’Opéra Comique et de l’Opéra d’Avignon. Autre jeune metteur en scène repéré, Julien Gosselin, habitué des adaptations au long cours, s’attaque à 3 romans de Don Dellillo sur la question du terrorisme quand Chloé Dabert, dont on a admiré le travail sur Lagarce au Vieux-Colombier, plonge dans Iphigénie de Racine. Transgressant les genres, Didier Ruiz, Phia Ménard et Richard Brunel se saisissent d’identités emprisonnées et libérées. Après « Les Damnés » de Visconti, le Belge Ivo Hove crée « Les choses qui passent » et le Lithuanien Korsunovas revisite un ébouriffant Tartuffe. En danse, Sasha Waltz avec « Kreatur », Emanuel Gat « Story Water » et Rocio Molina « Grito Pelao » questionnent les contraintes du corps codé. Et d’Iran, du Liban et d’Egypte, A.R Koohestani, Ali Chahrour et Ahmed El Attar vont nous surprendre. Olivier Py, lui, présente dans un nouveau lieu « La scierie » « Pur présent », une création autour de 3 tragédies contemporaines. Programme complet sur le site du Festival.

Hélène Kuttner

Articles liés

« Xenolith » – Diversité de l’art contemporain japonais – Galerie LJ
Agenda
16 vues
Agenda
16 vues

« Xenolith » – Diversité de l’art contemporain japonais – Galerie LJ

La Galerie LJ est heureuse de retrouver pour la 2e année consécutive Matt Wagner (Hellion Gallery, Portland) comme commissaire de son exposition estivale. Après l’été 2017 consacré au Mexique, Matt Wagner propose pour cet été 2018 un focus sur la scène contemporaine japonaise. Les 8 artistes exposés reflètent la vitalité et la diversité des médiums, […]

Portrait de l’artiste Don Mateo par Stéphanie Lemoine
Art
554 vues
Art
554 vues

Portrait de l’artiste Don Mateo par Stéphanie Lemoine

« Tu ne viens pas ici par hasard », prévient d’emblée Don Mateo. La presqu’île de Thau, quartier populaire de Sète, est ce qu’on appelle pudiquement un quartier sensible. Cela sied bien, justement, à la sensibilité de l’artiste, qui joue sa pratique dans la rencontre et le dialogue avec les passants. Au printemps dernier, il était venu […]

« Le triomphe de l’amour aux Bouffes du Nord »
Spectacle
283 vues
Spectacle
283 vues

« Le triomphe de l’amour aux Bouffes du Nord »

Sur un plateau bucolique, Le triomphe de l’amour révèle en réalité les échecs cuisants de l’amour dès lors qu’il se pare de masques et de tricheries. Cette comédie entre soupir désabusé et rire franc plonge le public dans un marivaudage classique. En ouverture de la pièce, le contexte et l’intrigue sont exposés longuement par le […]