0 Shares 764 Views

Bernard Murat : « Nos spectacles n’ont pas à être soldés ! »

Hélène Kuttner 17 janvier 2018
764 Vues

Bernard Murat © DR

Lors de la présentation de la nouvelle saison 2018, le metteur en scène Bernard Murat, qui préside le Syndicat National des Théâtres Privés (SNTP) a lancé un cri d’alarme. Si l’année 2017 renoue avec une bonne fréquentation au regard de 2016 en raison des attentats, la situation est aujourd’hui alarmante. Stéphane Hillel, co-directeur du Théâtre de Paris, ouvre ses portes au théâtre public en mars avec « Vera », une comédie vorace ou triomphe Karine Viard.

Pas de soldes dans les théâtres privés

Pour Bernard Murat, la situation est alarmante et les 50 théâtres privés parisiens courent un grand danger à l’horizon des deux prochaines années. Pas question, selon lui, que les théâtres parisiens se transforment en boites noires ou en « garages » locatifs. « Nous souhaitons continuer à faire un théâtre créatif et dynamique, une exception française. Mais le prix de la sécurité à l’entrée des salles et surtout la multiplication des billetteries numériques a un effet dévastateur en détruisant tout le secteur d’activité à la baisse! » Certains vendeurs « cassent » les prix en bradant les places et le prix moyen d’une place est passé de 30 à 25 euros. Les tournées des spectacles sont aussi en baisse de 10% et le SNTP met en cause la politique de la Ville de Paris qui rend impossible le stationnement des voitures en semaine. Voilà pour le constat. Côté points positifs, ce sont les théâtres privés qui emploient le plus de femmes et qui offrent aux intermittents les périodes d’emplois les plus longues, donc qui contribuent le plus aux cotisations sociales. Pour les salles en difficulté, il y a un Fond de soutien alimenté d’un côté par la vente des billets, de l’autre par la Ville de Paris, mais qui a épuisé ses réserves. En d’autres termes, le théâtre privé génère de grosses recettes à la collectivité, mais il manque la réciproque, et la crise menace.

Portrait © Céline Nieszawer

Quand le théâtre public s’invite au théâtre privé

Co-directeur du Théâtre de Paris, de la Michodière et des Bouffes Parisiens, Stéphane Hillel accueille dès le 9 mars « Véra », une comédie décapante mise en scène par Marcial di Fonzo Bo et produite par le théâtre public. Une comédie décapante, une satire sociale crue menée de main de maître par Karin Viard. « Il faut cesser de croire que le public du théâtre privé ne vient que pour du boulevard. Le public s’adapte à différentes esthétiques, on le voit en tournée. Par contre, il nous faut essayer d’autres types de communication pour toucher le public que la simple promotion. Mais on ne pourra jamais aligner nos prix sur ceux du théâtre subventionné. Pour moi, il n’y a pas plus de risque avec «Véra » qu’avec « La Garçonnière » que nous reprenons aujourd’hui. Et puis c’est bien de pouvoir montrer aux spectateurs parisiens durant 60 représentations ce qui se crée en province. Je pense dans certains cas que le théâtre privé peut être une ouverture. Mais il ne faut pas nous regarder comme des horribles marchands. Si on nous méprise, comme certains directeurs ou metteurs en scène, on n’a pas envie d’ouvrir la porte ! Ce n’est pas le cas de Marcial di Fonzo Bo qui est un grand metteur en scène. »

Hélène Kuttner

 

Articles liés

Entretiens avec le Professeur Y – Théâtre de Nesle
Agenda
21 vues
Agenda
21 vues

Entretiens avec le Professeur Y – Théâtre de Nesle

« Les lecteurs français sont snobs, gogos et bluffés…Ils sont contents d’être bluffés ! » – Céline Céline a écrit le roman « Entretiens avec le Professeur Y », qui parût dans la revue de la N.R.F en plusieurs...

Java : Art Energy – Institut des Cultures d’Islam
Agenda
36 vues
Agenda
36 vues

Java : Art Energy – Institut des Cultures d’Islam

L’Institut des Cultures d’Islam à Paris, présente du 27 septembre 2018 au 24 février 2019, l’exposition JAVA – Art Energy, parcours d’œuvres inédit qui explore la vitalité artistique de cette île, noyau créatif de la majorité des artistes indonésiens. Cette...

Les Sourds-Doués dans “Sur un malentendu…” – Théâtre Trévise
Agenda
25 vues
Agenda
25 vues

Les Sourds-Doués dans “Sur un malentendu…” – Théâtre Trévise

Ces quatre cravates pleines d’avenir reviennent avec un deuxième opus, encore plus musical et délirant. Bois et cuivres arriveront-ils à s’entendre ? En 2011, quatre garçons pleins d’avenir accompagnés de leurs célèbres cravates, créaient un spectacle musical humoristique efficace...