0 Shares 4225 Views

Bestie di scena ( Bêtes de scène ) – Emma Dante au Théâtre du Rond Point

Hélène Kuttner 15 janvier 2018
4225 Vues

© Masiar Pasquali

Ils courent, sautent, s’entraînent devant nous comme une armée d’athlètes qui se préparent à résister, ou à l’exploit. 14 artistes affirment leur présence face à nous, qui prenons place, les lumières de la salle encore allumées. 

On songe au film « On achève bien les chevaux » dans lequel Sydney Pollack montrait des marathons de danse durant la grande dépression des années 30 aux Etats-Unis, avec des candidats qui dansent jusqu’à épuisement pour gagner de quoi survivre. Après un échauffement épuisant qui tire déjà les traits des visages en sueur, chacun des participants se déshabille, lentement, pour n’apparaître plus que dans sa totale nudité.

A quoi bon garder des vêtements, gardons notre corps qui nous appartient, quitte à pudiquement se cacher le sexe et les seins semblent penser ceux qui nous font face, regard grave et fixe, semblant revenus de tout. Leur appartient-il donc vraiment, ce corps unique, qui va maintenant obéir à des injonctions, des impulsions, des répétitions de mouvements comme des animaux de cirque ? On leur jette une citerne d’eau, une corde, une grande serviette dans laquelle ils s’enroulent un à un, le temps est chronométré comme aux Jeux Olympiques, mais la souffrance est de toute manière supérieure à la satisfaction de réussir l’exploit. Des serpillières pour éponger, puis des cacahuètes à manger, une épée, un hochet d’enfant.

© Masiar Pasquali

Terrain de jeu ou camp de concentration ? Paradis ou enfer, que cette concentration d’individus abêtis, abrutis, réduits à l’état d’animaux qui n’ont même plus d’identité propre que leur corps qui leur échappe ? Ajoutons que le spectacle est totalement frontal, et opère par une interaction constante avec le public, yeux dans les yeux. Certaines images, notamment celle des corps pressés les uns contre les autres, sont saisissantes. D’autres scènes, comme celle du singe, cocasses, sont plus faciles. Mais il faut avouer que la sincérité et l’engagement des artistes, qui se mettent à nu pour de bon, est à saluer. Car cet engagement dépasse de loin celui de la simple exhibition, pour exprimer la souffrance et la rage d’exister.

Hélène Kuttner

A découvrir sur Artistik Rezo :
– Avignon 17, cinquième épisode : la revanche des corps,
Hélène Kuttner

Articles liés

Mathieu Madenian au Rond-Point dézingue la famille par le rire
Spectacle
171 vues

Mathieu Madenian au Rond-Point dézingue la famille par le rire

Acteur, humoriste, stand-upper, Mathieu Madenian est un peu tout cela à la fois. Fort d’un succès construit sur bientôt vingt ans, il s’empare d’une grande salle de théâtre avec un sens comique qui fissure la famille. Une joyeuse réussite...

Thomas O’Brien : « Une approche photographique où la lumière serait un pinceau »
Art
182 vues

Thomas O’Brien : « Une approche photographique où la lumière serait un pinceau »

Ce photographe trentenaire vient de sortir une série de portraits chez Nombre 7 Éditions : Long Exposure, Portraits. Un beau livre qui met en lumière les différents visages de ses modèles dans une démarche photo en mouvement s’apparentant au light...

Secession Orchestra au Théâtre des Champs-Élysées
Agenda
94 vues

Secession Orchestra au Théâtre des Champs-Élysées

La valse dans tous ses états et l’esprit de la Vienne éternelle. Fondé en 2011, le Secession Orchestra, formation à géométrie variable d’une quarantaine de musiciens, explore un vaste pan de l’histoire musicale, de la Sécession viennoise et Mahler...