0 Shares 345 Views

Coiffure et confidences au Théâtre Michel, où les sentiments vont à tout va

Visuel_3

Coiffure et confidences

De Robert Harling

Mise en scène de Dominique Guillo 

Avec Marie-Hélène Lentini, Isabelle Tanakil, Léa François, Sandrine Le Berre, Brigitte Faure et Élisabeth Vitali

Jusqu’au 8 mai 2016

Du mercredi au vendredi à 21h et le samedi à 17h

Tarifs
Catégorie 1 : 30 €
Catégorie 2 : 19 €
Catégorie Or : 33 € (rangée face 5, 6 et 7 orchestre)
Tarif réduit -26 ans : 10 € (en fonction des places dsponibles et sous réserve de présentation d’une pièce d’identité)

Réservation en ligne 
ou au 01 42 65 35 02 

Durée : 1h30

Théâtre Michel
38, rue des Mathurins 
75008 Paris

M° Havre-Caumartin
(lignes 3 et 9)
RER A – Auber

www.theatre-michel.fr



Aff-coiffure-et-confidences-Aff Bandeau
Ce spectacle, éligible aux Molières, est prolongé jusqu’au 8 mai 2016

Jusqu’au 8 mai 2016

Tout se passe dans un salon de coiffure au fond d’un bout de province, à Paimpol. Un salon de coiffure comme les autres, lieu de rencontres somme toute assez banal, avec bigoudis et dernier coup de peigne, un salon de coiffure où frise la tragicomédie. On a beau dire, on a beau faire, on vient pour rire un bon coup, on rigole qu’on n’en peut plus et… patatras ! On ressort échevelé, les larmes aux yeux. Vous n’y échapperez pas. C’est fluide et ce n’est pas tiré par les cheveux !

Dans ce jeu du chacun pour soi, du moment qu’on ne ramène les choses qu’à soi, résisterez-vous à la candeur d’une jeune apprentie sainte nitouche (Sandrine Le Berre) ? 

On rira de sa patronne (Marie-Hélène Lentini), la coiffeuse au grand bon sens. On ricane de l’épouse de l’ancien maire venue en direct du Ploukistan (Isabelle Ferron) qui se la joue femme du monde et militante. On explose de rire avec la tonitruante Groseille de service (Brigitte Faure), voisine harpie, une ébouriffée qui coupe les cheveux en quatre pour un oui ou pour un non. On est emporté par la grâce de cette jeune fille (Léa François) qu’accompagne une mère touchante (Anne Richard).

Elles sont volubiles les femmes de Coiffure et confidences. Nulle n’est laissée pour compte dans le texte de Robert Harling adapté par Didier Caron. On se retrouve dans un papotage ébouriffé qui nous ramène après 81, aux années Giscard. L’habile mise en espace de Dominique Guillo, assisté d’Aryane Raynaud, servie par l’ingénieux décor d’Olivier Prost, tresse le relief qu’il fallait à cette boutique où les sentiments vont à tout va. 

Visuel 2Deux parties distinctes se dégagent de la pièce. D’abord, les pépiements de ces six femmes qui vont et viennent dans cette arène-salon de coiffure, où, entre deux rires, on en perdrait son latin. Ensuite, c’est comme une douche froide, un secret qui n’en est plus un, un secret qui se révèle jusqu’à un aboutissement auquel le spectateur ne s’attend pas. Pas davantage que ne l’attendaient les protagonistes de ce jeu permanent de la détestation et de l’amour et de la fraternité entre les femmes. Car c’est bien un puissant exemple de la solidarité entre ces femmes dont il faudra bien parler. En cela, cette pièce possède la force qu’elle aurait perdue en se cantonnant à une simple comédie du genre. C’est à ce moment que l’argument prend de la hauteur !

Dans Un Chapeau de paille d’Italie, Eugène Labiche nous le disait : “Le dévouement est la plus belle coiffure d’une femme !” La solidarité aussi !

Patrick DuCome 


 

Articles liés

The Dark Master – Théâtre de Gennevilliers
Agenda
32 vues
Agenda
32 vues

The Dark Master – Théâtre de Gennevilliers

Avec pour décor un restaurant d’Osaka, la rencontre entre un jeune homme perdu et un chef cuisinier talentueux prend une tournure étrange, comme si Kurô Tanino souhaitait nous prévenir de ne pas toujours se fier aux apparences. Osaka. Un...

Laurent De Wilde : New Monk Trio – Sunset Sunside
Agenda
28 vues
Agenda
28 vues

Laurent De Wilde : New Monk Trio – Sunset Sunside

On se souvient toujours de son projet acoustique autour de Monk salué unanimement par la presse et le public. Après une décennie consacrée à la découverte de nouveaux sons, Laurent de Wilde se recentre enfin sur la grande tradition...

Cuisine et confessions – Bobino
Agenda
36 vues
Agenda
36 vues

Cuisine et confessions – Bobino

La Cuisine. Mémoire ancestrale. Recette transmise de génération en génération. Une mémoire profondément ancrée dans l’inconscient, que seuls certains goûts et odeurs particuliers peuvent faire renaître. Nos souvenirs sont autant d’ingrédients de notre histoire. Goût d’enfance, brise estivale, saveur...