0 Shares 1626 Views

Comme une pierre qui… : “Like a rolling stone”

21 septembre 2015
1626 Vues
Comme-une-pierre-qui---Rolling-stones---Comedie-francaise-1

Comme une 
pierre qui…

D’après le livre de Greil Marcus Like a rolling stone, Bob Dylan à la croisée des chemins et sur une idée originale de Marie Rémond

Mise en scène de Marie Rémond et Sébastien Pouderoux 

Avec Gilles David, Stéphane Varupenne, Sébastien Pouderoux, Christophe Montenez, Gabriel Tur et Hugues Duchêne

Jusqu’au 25 octobre 2015

Du mercredi au dimanche à 18h30

Tarifs : de 9 à 20 €

Réservation en ligne
ou au 01 44 58 15 15

Durée : 1h

Studio-Théâtre 
99, rue de Rivoli
75001 Paris

M° Palais Royal-Musée du Louvre (lignes 1 et 7) 

www.comedie-française.fr

Comme-une-pierre-qui---Rolling-stones---Comedie-francaise-1 copieJusqu’au 25 octobre 2015

La Comédie-Française se met à l’heure du rock. Marie Rémond et Sébastien Pouderoux, comédien au Français, ont eu l’ingénieuse idée de faire un spectacle sur la genèse d’une des chansons les plus connues de Bob Dylan : Like a rolling stone. Innovation, improvisation et accidents sont les ingrédients d’un événement artistique unique : une leçon magnifique.

L’histoire d’un accident génial

Au printemps 1965, de retour de sa tournée en Angleterre, Bob Dylan songe à arrêter sa carrière de chanteur. Like a rolling stone change le cours de sa vie. Ce long poème de vingt pages écrit avec une rage de révolté, qui ne ressemble à aucune chanson formatée, a été enregistré en juin 1965 avec des musiciens chevronnés, sans partition écrite, qui ne savaient pas exactement combien de temps durerait la chanson. Le rythme de valse à trois temps, les accompagnements à la guitare électrique, au piano, à la batterie et à l’orgue ont varié durant les deux douzaines de prises réalisées durant deux journées, Bob Dylan ne terminant qu’une seule prise qui se retrouvera gravée sur l’album Highway 61 Revisited.

Comme-une-pierre-qui---Rolling-stones---Comedie-francaiseNaissance d’une œuvre

Le spectacle de Marie Rémond et de Sébastien Pouderoux, qui interprète lui-même le chanteur, crinière noire bouclée et look sixties, est un formidable hommage à ce moment historique particulier dans l’histoire de la musique pop, et par là même un beau miroir de ce que peut être la recherche et les égarements qui aboutissent à la création artistique. Il s’inspire du livre de Greil Marcus intitulé Like a rolling stoneBob Dylan à la croisée des chemins dont l’épilogue raconte les deux journées d’enregistrement de la chanson culte. Nous sommes dans le studio avec les instruments et les bouteilles de bière, avec Tom Wilson (Gilles David), le producteur, qui va sérieusement perdre patience en suivant le cours erratique et incertain de l’enregistrement. Sont présents Al Kooper (Christophe Montenez), guitariste et organiste qui va s’immiscer dans le groupe par amour pour Dylan, en créant la partition d’orgue, le guitariste de blues Mike Bloomfield, que campe formidablement Stéphane Varupenne, chargé de faire le lien diplomatique entre Dylan, quasi-mutique, et les autres musiciens, le pianiste Paul Griffin (Hugues Duchêne) et le batteur Bobby Greg (Gabriel Tur), qui a notamment travaillé avec Simon and Garfunkel.  

Un cocktail scénique baroque

Les comédiens, tous très bons musiciens, campent parfaitement ces instants haletants ou lumineux de répétition autour d’un artiste poète qui accueille avec beaucoup d’ouverture les influences sonores différentes. Folk, pop, rock, blues viennent irriguer la chanson et le montage théâtral, basé sur le témoignage du livre. On suit Dylan face aux producteurs, impatients et mécontents, et aux journalistes ennuyés de ne pouvoir mettre l’artiste dans une case précise. Car cet unique enregistrement, capté comme par miracle durant ces deux journées, durait moitié plus de temps qu’un “single” ordinaire de 3 minutes. Atypique, trop long, obscur dans ce qu’il racontait, il ne rencontra le succès que lors d’un passage dans une boîte de nuit de New York où il enflamma les jeunes qui trouvèrent dans cette “diarrhée verbale” qui scrutait les névroses de l’Amérique avec cette rengaine musicale l’écho de leurs interrogations. Le public du Studio Théâtre est totalement conquis par la force théâtrale de ce court spectacle qui fait de nous des “rolling stones”, des pierres qui roulent en musique. 

Hélène Kuttner

Articles liés

La Leçon : La nouvelle création Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault
Agenda
89 vues

La Leçon : La nouvelle création Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault

Le Théâtre du Corps et Oscar Prod présentent « La Leçon », la nouvelle création de Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault du 21 au 31 décembre pour 10 représentations exceptionnelles pour les fêtes de Noël au Théâtre du 13ème Art. Marie-Claude Pietragalla...

Philippe Pasqua déploie une œuvre monumentale en hommage aux 50 ans de Médecins Sans Frontières !
Agenda
81 vues

Philippe Pasqua déploie une œuvre monumentale en hommage aux 50 ans de Médecins Sans Frontières !

À l’occasion des 50 ans de Médecins Sans Frontières, l’artiste français Philippe Pasqua rend hommage à l’association et à son engagement au service de l’action humanitaire, dans le cadre de l’opération WE ART MSF. Médecins Sans Frontières, c’est 50...

Lang Lang reprend les Variations Goldberg de J.S. Bach
Agenda
97 vues

Lang Lang reprend les Variations Goldberg de J.S. Bach

Le pianiste Lang Lang sera en tournée pour interpréter Les Variations Goldberg de Jean-Sébastien Bach, pour deux dates exceptionnelles en France, le 10 janvier 2022 à Toulouse à La Halle aux Grains, et le 24 janvier 2022 à Lille...