0 Shares 589 Views

Danser, la corde au corps

Thomas Hahn 29 octobre 2019
589 Vues

Samsara de Jann Gallois © Agathe Poupenay

À Chaillot, la chorégraphe Jann Gallois affirme une fois de plus sa liberté créatrice. Pour Samsara, elle invente un étonnant système de contraintes, à la fois philosophique, allégorique et terriblement concret, où sept danseurs sont enchaînés les uns aux autres par de longues guindes. Pris dans leur existence charnelle, ils cherchent la plénitude du nirvana.

Le samsara est, selon Jann Gallois, “le cycle de renaissances dans lequel sont pris les êtres non éveillés”. Ce concept bouddhiste lui inspire aujourd’hui une pièce de danse qui se nourrit d’un inévitable paradoxe. Car pour évoquer ce “cycle sans commencement dans le temps”, elle doit composer avec les limites étroites du cadre de scène et de la durée très limitée d’une représentation, selon les concepts occidentaux d’un spectacle scénique.

Samsara de Jann Gallois © Agathe Poupenay

Tous premiers de cordée

Il lui faut donc passer par une métaphore. Elle l’a trouvée et s’y est attachée. Tout part d’une image : “Enchaîné au samsara, duquel il ne peut s’échapper, l’homme connaît bien des moments de plaisirs mais ceux-ci ne sont qu’éphémères.” Ces chaînes spirituelles et invisibles sont représentées par un système de cordes noires, représentant “l’attachement à nos désirs incontrôlés”. On pourrait aussi y voir un filet de tresses ou autres choses. Et la cordée passe d’un cycle de vie à un autre…

Mais le but de Jann Gallois n’est pas de prêcher ni de séduire. Nous sommes bien face à une pièce de danse et la chorégraphe n’a cessé d’interroger les relations des humains entre eux et aux forces qui les dominent. La chorégraphe a étudié la musique, la physique et les mathématiques. À la danse, elle est venue par le hip-hop.

Samsara de Jann Gallois © Agathe Poupenay

Matériel = spirituel

La relation intense du B-Boy qui pratique la breakdance au sol et à la gravité lui a inspiré un duo qui l’a propulsée au centre de l’intérêt : P=mg. Par la suite, elle a interrogé les limites qui nous sont imposées par le corps, la santé et les relations humaines. Cette connaissance chorégraphique de la condition humaine la guide aujourd’hui vers une vision où une “toile d’araignée” de cordes permet d’évoquer nos quêtes spirituelles.

À Chaillot – Théâtre national de la Danse, nous allons donc découvrir, en première mondiale, cette danse avec les cordes. Et comme elle a beaucoup de cordes à son arc, Gallois participe, le 16 novembre, au Musée Guimet, temple parisien des cultures d’Asie, dans le cadre du cycle Chaillot nomade, à un parcours à deux voix avec la conférencière Cécile Becker, spécialiste d’art asiatique, autour de plusieurs œuvres portant sur la thématique du samsara.

Thomas Hahn

Articles liés

Un conte de Noël entre Tchekhov et Shakespeare
Spectacle
73 vues

Un conte de Noël entre Tchekhov et Shakespeare

Julie Deliquet et son collectif In Vitro se saisissent aujourd’hui d’un scénario de cinéma pour l’incarner au théâtre dans un espace bi-frontal ouvert à toutes les émotions et aux spectateurs. Dans une grande maison de famille, parents et enfants...

Marina Cars aux Sentier des Halles
Agenda
34 vues

Marina Cars aux Sentier des Halles

Voici bon nombre de questions cruciales auxquelles Marina tentera de vous répondre. Le public peut-il dormir pendant un spectacle ? Est-ce que c’est mieux un médecin qui s’appelle Robert ou Roberto ? Faut-il laver ses soutiens-gorge fréquemment ? Y’...

Réalités, exposition collective à la Galerie Mathgoth
Agenda
40 vues

Réalités, exposition collective à la Galerie Mathgoth

2020 marquera le 10ème anniversaire de la galerie Mathgoth qui a décidé de débuter l’année sous les auspices de 11 peintres à la technique incroyable et dont les œuvres flirtent en permanence avec l’hyperréalisme. D’où le titre évocateur de...