0 Shares 296 Views

Des territoires (… Et tout sera pardonné ?) : le dernier opus signé Baptiste Amann

Maeva Gourbeyre 30 janvier 2020
296 Vues

© Sonia Barcet

Une chambre d’hôpital, une cabine de radio, un plateau de tournage, une mise en scène kaléidoscopique dans laquelle se croisent les histoires. L’Histoires avec un “H” capital, sans cesse réécrite, confrontée à l’Histoire en marche, et au milieu une histoire plus intime, celle d’un drame familial. Des territoires (… Et tout sera pardonné ?) est le dernier volet de la trilogie écrite et mise en scène par Baptiste Amann.

Dans le service de réanimation d’un hôpital de banlieue Lyn, Samuel et Hafiz doivent prendre une décision : autoriser ou refuser le don d’organe consécutif à la mort cérébrale de leur frère, Benjamin. En parallèle, l’hôpital accueille depuis quelques jours le tournage d’un film sur la Révolution Algérienne. Ce même établissement est alors implanté dans un quartier qui, depuis la veille, est le théâtre d’émeutes urbaines provoquées par le décès d’un adolescent lors d’une interpellation policière musclée.

Chacun son Histoire

La première chose que l’on retient de cette pièce c’est qu’un même fait historique a plusieurs facettes, l’Histoire est différente dans le regard et la construction de chacun.
Aussi l’évocation de la Révolution Algérienne au travers du tournage résonne différemment pour le petit fils de fellagha élevé par une famille avignonnaise, la doctoresse issue d’une famille de pieds noirs, ou encore l’actrice principale du film, descendante de harkis.
On se rend compte que la grande Histoire est traversée d’un nombre incalculable d’histoires personnelles.

Généalogie de la colère

Le contexte de tension social comme l’évocation du conflit historique mènent, à mon sens, à une réflexion sur l’héritage. Un héritage politique, fait d’impressions de honte, de relents d’oppression, de traumatisme intergénérationnel.
Tout d’abord parce que cette trilogie relate (en périphérie du drame central) une filiation révolutionnaire de la Révolution française à la Révolution algérienne en passant par la Commune de Paris. Une histoire résolument française.

Ensuite, cette réflexion se prolonge avec l’écho des émeutes urbaines. Une foule issue d’une classe composée en partie des descendants de peuples opprimés, une classe d’extramuros qui se voit parfois contrainte de crier pour être entendue de l’autre côté du périphérique.
Au détour d’un monologue l’auteur met en lumière 40 ans de cette histoire ponctuée de violences policières et de vagues de colère.

Faire son deuil

Alors qu’actualité et Histoire se croisent dans l’hôpital Henri Duffaut, Hafiz Lyn et Samuel sont face à un dilemme : autoriser ou pas la transplantation du cœur de leur frère, encore battant. C’est une action pleine d’empathie, qui permet de mieux comprendre ce qu’est un état de mort cérébrale, d’aborder l’accompagnement en fin de vie, une empathie pour des familles en pleine incompréhension, et un personnel médical surmené.

En tournée jusqu’au 3 avril 2020, Des territoires (… Et tout sera pardonné ?) est une pièce actuelle ainsi que profondément humaine, dotée d’une mise en scène captivante et jouée par des acteurs talentueux.

Maeva Gourbeyre

Articles liés

Ozma en concert au Café de la Danse
Agenda
96 vues

Ozma en concert au Café de la Danse

Après trois années de tournée en Europe, Afrique, Asie et Amérique du Sud, le quintet de jazz explosif Ozma est de retour avec son septième album Hyperlapse annoncé pour le 7 février 2020 chez Cristal Records. Hyperlapse peut être vu...

Dandyguel en concert au FGO-Barbara
Agenda
118 vues

Dandyguel en concert au FGO-Barbara

MC est le terme qui lui va comme un gant ! Rappeur, ambianceur, host, présentateur des plus gros évènements en France, Dandyguel excelle dans chacun de ces domaines ! Ceux qui l’ont vu à l’œuvre s’en souviennent ! À...

Saturday Book Live spécial Boris Vian avec Helena Noguerra aux Trois Baudets
Agenda
91 vues

Saturday Book Live spécial Boris Vian avec Helena Noguerra aux Trois Baudets

Une de nos booklovers préférée a accepté de venir partager son amour pour les mots et la poésie de l’ami Boris sur la scène des Trois Baudets : Helena Noguerra. Boris Vian aurait eu cent ans le 10 mars...