0 Shares 1055 Views

Détails diaboliques au Rond-Point

Hélène Kuttner 21 janvier 2020
1055 Vues

© Pascal Victor/ArtComPress

Le diable se cache dans les détails, nous glisse à l’oreille le dramaturge suédois Lars Norén, dans cette pièce autobiographique qui raconte les aléas de deux couples dans les années 90 à travers la focale d’un télé-objectif cruellement caustique. Quatre comédiens remarquables, dont Isabelle Carré, nous immergent dans leur petit monde mis en scène par Frédéric-Bélier Garcia.

Un univers de tous les possibles

© Pascal Victor/ArtComPress

Ann et Erik vivent ensemble depuis quelques années dans un appartement du centre de Stockholm. Elle est médecin hospitalier, lui est éditeur, ils fréquentent les salles de spectacles et les musées, passent l’été dans une villa en Toscane, travaillent tous deux beaucoup mais ont tous deux du mal à être heureux. Un jour, Erik rencontre Emma, une jeune femme qui lui apporte un roman, et qui finit par l’obséder nuit et jour. De son côté, Ann fait la connaissance de Stefan, un jeune auteur de théâtre, venu la consulter à l’hôpital pour ses insomnies. Stefan se révèle être le petit ami d’Emma. Au fil de trente scènes emboitées les unes aux autres grâce à une réplique qui clôt la précédente et débute la suivante, notre quatuor de personnages va s’aimer, se perdre, se méprendre ou se tromper dans la lumière la plus crue.

Des acteurs brillants de justesse

© Pascal Victor/ArtComPress

Le metteur en scène Frédéric Bélier-Garcia a fait le choix d’un espace unique, une grande pièce informelle où glissent lits, tables et chaises qui situent chaque lieu. Seule la lumière, chaleureuse ou froide, ou la volupté d’un nu de Courbet insuffle aux scènes leur contexte, chambre à coucher ou hall d’hôpital, restaurant italien branché ou salle du Musée des Offices à Florence. Traversant à la vitesse de l’éclair ces espaces à la fois réalistes et imaginaires, les comédiens sont éblouissants de justesse et de précision, apportant immédiatement le suc d’un jeu concentré au fil de dialogues aiguisés sur le fil d’un rasoir, flirtant sans arrêt entre la sincérité et l’ironie, la plaisanterie et la douleur. Peut-être est on tous perdus par un trop plein de communication, qui nous enjoint à tout dire, semble dire Lars Norén. Isabelle Carré est toujours lumineuse en jeune femme brillante et en manque d’amour, d’une vérité absolue. Son mari à la scène, Laurent Capelluto, est lui aussi formidable d’engagement et de vérité, tandis qu’Ophelia Kolb et Antonin Meyer-Esquerré incarnent les jeunes amants qui sèment le trouble, avec une vigueur et une fraîcheur tout à fait séduisantes. Amateurs de beau théâtre et de faux-semblants sur fond d’un vingtième siècle finissant, ce spectacle est pour vous.

Hélène Kuttner

Articles liés

Les musiques de Picasso – La nouvelle exposition du Musée de la musique
Agenda
49 vues

Les musiques de Picasso – La nouvelle exposition du Musée de la musique

Des premières scènes de vie gitane aux joueurs de flûte des années 1970, en passant par les saltimbanques musiciens, les guitares cubistes, les collaborations avec les Ballets russes ou les bacchanales, cette exposition explore la dimension musicale de l’œuvre...

Les “Tête-à-Tête” des Filles de la Photo : des entretiens pratiques et stratégiques pour les femmes photographes
Agenda
74 vues

Les “Tête-à-Tête” des Filles de la Photo : des entretiens pratiques et stratégiques pour les femmes photographes

Témoin des disparités entre femmes et hommes photographes dans leurs parcours de reconnaissance, l’Observatoire de la Mixité nous a permis de constater que les femmes photographes candidatent moins dans les domaines où les processus de sélection sont informels, dans des...

Rag’n Boogie : Sébastien Troendlé au cœur d’un spectacle musical Boogie-Woogie aux Trois Baudets
Agenda
73 vues

Rag’n Boogie : Sébastien Troendlé au cœur d’un spectacle musical Boogie-Woogie aux Trois Baudets

Sébastien Troendlé, pianiste virtuose, se joue de partitions diaboliques tout en donnant vie, par la voix et le jeu théâtral, à une foule de personnages attachants : c’est rare et tellement réjouissant ! Il y a de l’intelligence et...