0 Shares 252 Views

En attendant Godot : un spectacle magnifique à l’Aquarium

enattendantgodot

En attendant Godot

De Samuel Beckett

Mise en scène de Jean Lambert-wild, Lorenzo Malaguerra et Marcel Bozonnet

Avec Fargass Assandé, Michel Bohiri, Marcel Bozonnet, Jean Lambert-wild et Lyn Thibault

Jusqu’au 29 mars 2015
Du mardi au samedi à 20h30, dimanche à 16h

Tarifs : de 10 à 22 €

Réservation au
01 43 74 99 61

Durée : 1h50


Théâtre de l’Aquarium
La Cartoucherie
Route du Champ de Manœuvre
75012 Paris

M° Château de Vincennes (ligne 1) puis navette gratuite Cartoucherie

theatredelaquarium.com

godot_1Jusqu’au 29 mars 2015

Trois metteurs en scène ont travaillé sur cette création où triomphent deux comédiens ivoiriens époustouflants épaulés par Marcel Bozonnet et Jean Lambert-wild en clowns tragiques. Un magnifique moment de théâtre.

Quand la poésie se conjugue avec l’humour et le tragique, c’est que l’art dramatique atteint son plus haut niveau d’humanité. En attendant Godot fait partie de ces monuments du théâtre français tellement connus, étudiés et explorés qu’ils en deviennent mythiques. Samuel Beckett y déploie son art consommé de l’absurde pour décrire l’épopée tragique de deux paumés qui attendent un improbable sauveur, Godot. Comme le messie qui retarde de jour en jour son arrivée, comme Dieu (God) qu’on appelle désespérément et qui n’en fait qu’à sa tête, Godot se fait attendre sur cette route de campagne à l’ombre d’un arbre sec.

godot_3Traitement clownesque

Vladimir et Estragon, les deux vagabonds, sont d’une tendresse infinie. Ils ont à peine de quoi se vêtir, quelques carottes pour se nourrir et un esprit d’un naturel à se damner. Ils ne cessent de parler, se disputent, se réconcilient en travaillant du chapeau. L’attente les angoisse et les fait divaguer sur la taille de leurs chaussures ou leur envie de pisser. À l’arrivée de Pozzo et de Lucky, le maître impérieux et l’esclave en laisse, les deux loustics deviennent les spectateurs d’une relation cruelle qui vire au Grand-Guignol tragique. Fargass Assandé (Estragon) et Michel Bohiri (Vladimir) sont époustouflants dans les deux rôles principaux. Le premier, bougon, hirsute, puéril, appelle à son secours le second, sorte de grand frère gracieux et aérien. Ces deux acteurs-là nous font rêver, leurs silhouettes en pardessus clairs dansent sur les mots du poète Beckett, ils les font jongler dans des couleurs différentes, avec des ruptures musicales et des tonalités incroyables.

godot_4Inventivité magistrale

Ces deux comédiens virtuoses sont d’ailleurs épaulés par trois metteurs en scène, dont deux jouent les deux autres personnages. Marcel Bozonnet interprète le méchant Pozzo, avec le souffle et l’inspiration du grand acteur qu’il est, face à Jean Lambert-wild qui est tout simplement prodigieux dans Lucky. Son monologue délirant, pour un personnage qui est censé être une bête de somme muette, constitue une mémorable performance d’acteur.

Jusqu’au jeune garçon, le messager de Godot, joué par Lyn Thibault, l’interprétation est exceptionnelle. Parce que les metteurs en scène ont respecté à la lettre les indications de Beckett, sans aucun ajout musical, dans un espace somptueusement élégant signé Jean Lambert-wild, aux murs bleu moucheté, éclairés avec la même élégance par Renaud Lagier, la fable que déroule le spectacle est un ravissement qui révèle une profonde humanité, doublée d’un vrai questionnement philosophique sur le monde, le temps qui passe et la mort. Mais les protagonistes de cette création n’ont jamais oublié l’humour et les jeux de mots potaches dont s’amuse l’auteur irlandais et que ce dernier projette sur la scène comme s’il s’amusait des drames de la vie. C’est magnifique !

Hélène Kuttner

[Crédit : Tristan Jeanne-Valès]

Articles liés

Paris à l’Infini – Théâtre de la Contrescarpe
Agenda
19 vues
Agenda
19 vues

Paris à l’Infini – Théâtre de la Contrescarpe

Deux âmes parisiennes parcourent leurs vies passées, en quête d’une réponse : pourquoi leurs histoires d’amour ont-elles toujours été vouées à l’échec ? Trouveront-elles la clef du mystère, au fil du temps et des chansons ? [Source : communiqué...

“L’École est finie” : les profs dans le cinéma français
Cinéma
122 vues
Cinéma
122 vues

“L’École est finie” : les profs dans le cinéma français

Sortir un film sur l’école début juillet, stratégie payante ou non ? C’est en tout cas le pari tenté par le deuxième film d’Anne Depetrini, qui voit la prof d’anglais jouée par Bérengère Krief mutée dans une contrée reculée....

Festival de Lacoste 2018
Agenda
48 vues
Agenda
48 vues

Festival de Lacoste 2018

Créé par Pierre Cardin il y a dix-huit ans dans le lieu insolite, surprenant et inoubliable que sont les Carrières du château du Marquis de Sade, ce festival voué au théâtre, à la danse et à l’opéra offre au public la découverte de jeunes chanteurs à l’aube d’une carrière prometteuse.  ...