0 Shares 1169 Views

Le Fils de Florian Zeller : la famille déchirée

Hélène Kuttner 21 février 2018
1169 Vues

Sur un sujet plus que brûlant, celui d’un adolescent saisi par la mal de vivre aujourd’hui, Florian Zeller dessine la lente décomposition d’une famille trop tranquille autour d’un fils trop fragile. Yvan Attal y est plus que vrai dans le rôle du père et Rod Paradot, César du meilleur espoir 2016 pour « La Tête haute », le fils de 17 ans.

L’école buissonnière

©LISA LESOURD

Rien de plus banal qu’un ado à la dérive. Le sujet frôle même le cliché. Florian Zeller, après avoir écrit sur « La mère » et sur « Le Père », à travers les thèmes de la dépression et de la démence sénile, s’attaque à la relation d’un père à son fils alors que ce dernier traverse un épisode de mal être et d’extrême fragilité. Nous sommes dans un appartement au design clair et élégant, celui de Pierre, incarné par Yvan Attal, brillant avocat à l’avenir très politique. Sa nouvelle compagne, Sofia (Elodie Navarre) pouponne leur petit dernier qui n’a que quelques mois. Mais son ex-femme (Anne Consigny) déboule ce soir, fatiguée : leur grand fils de 17 ans, Nicolas (Rod Paradot) sèche le lycée depuis trois mois sans le dire à personne, ils se sont disputés, elle craque.

Une mise en scène apaisante

©LISA LESOURD

Ladislas Chollat met en scène ce quatuor d’acteurs avec beaucoup de délicatesse, alternant les scènes par une ponctuation musicale très réussie. Les portes coulissent suavement, blanc sur blanc, tandis que les personnages se cherchent, s’écorchent en douceur dans une constante difficulté à communiquer. Pierre, le père, veut tout pour son fils, et en premier la réussite scolaire, l’épanouissement par les voyages, les rencontres, les stages. Yvan Attal porte la pièce avec une sincérité et un engagement absolu, celui d’un père incapable d’accepter une faille, une fragilité chez son fils, tout entier pris dans son propre désir paternel. Rod Paradot joue ce fils empêché de vivre, qui se ronge les ongles et tremble, incapable d’avouer sa détresse à son père.

Un réalisme troublant

©LISA LESOURD

Il y a un aspect très cinématographique dans ces dialogues ultra réalistes, ces échanges quotidiens qui sont le miroir de nos vies. Avant que la tension dramatique ne s’emballe, on pourrait reprocher au texte de n’être que cela, un reflet cruel et banal de nos vies avec son lot de familles recomposées, d’adolescents à la dérive et de parents à coté de la plaque. Mais peut-être que l’auteur, justement, place le couteau sur la plaie de nos inconsciences, de nos culpabilités, en tous cas de notre incompréhension. Un sujet lourd d’émotions.

Hélène Kuttner

Articles liés

Festival Les Plages Electroniques 2018 – Cannes
Agenda
21 vues
Agenda
21 vues

Festival Les Plages Electroniques 2018 – Cannes

Cette 13e édition, qui aura lieu du 10 au 12 août prochain, promet encore de belles émotions, de nombreuses surprises et une programmation 2018 inédite dans l’histoire du festival… Le festival fait de Cannes la destination musiques électroniques numéro 1 ! Depuis 2006, l’une des plus grandes “beach party” européennes attire des festivaliers du monde entier, venus se […]

Ciné-concert à La Péniche Cinéma – Jeudi 28 juin
Agenda
33 vues
Agenda
33 vues

Ciné-concert à La Péniche Cinéma – Jeudi 28 juin

Profitez du beau temps pour allier films, rencontres, musique et nature. Mais où trouver tout cela? À la Péniche Cinéma, bien sur, où vous goûterez les petits vins du chef voyageur, la pop folk de l’américaine Laura Llorens et ses petites touches très françaises, des documentaires étonnants, des films expérimentaux, des drames et du fantastique. […]

Le Point Virgule Fait l’Olympia – Soirée anniversaire à l’Olympia
Agenda
42 vues
Agenda
42 vues

Le Point Virgule Fait l’Olympia – Soirée anniversaire à l’Olympia

Le 28 avril 2008, le Point Virgule fêtait ses 30 ans sur la scène de l’Olympia. Fort du succès rencontré, le Point Virgule fait l’Olympia est devenu depuis onze ans, un rendez-vous annuel. Pour cette 11ème édition, 50 ans après mai 68, nous avons choisi de mettre à l’honneur la liberté d’expression. Nous nous devons de […]