0 Shares 2398 Views

“Hamlet” en chair et en image à l’Opéra Comique

Hélène Kuttner 18 décembre 2018
2398 Vues

©Vincent PONTET

Place à la technologie et au cinéma à l’opéra. Dans la Salle Favart qui brille de ses mille dorures, le metteur en scène Cyril Teste et le chef d’orchestre Louis Langrée exhument Hamlet, succès mérité d’Ambroise Thomas, par le biais d’une dimension cinématographique très actuelle. Stéphane Degout, magnifique baryton campe le héros et Sabine Devieilhe prête sa voix céleste à Ophélie, l’un des rôles les plus exigeants des sopranos.

Politique-fiction

©Vincent PONTET

Olivier Mantei, le directeur de l’Opéra Comique, aime prendre des risques, qui sont mesurés à l’aune du talent et de la notoriété des metteurs en scène. Pour faire redécouvrir Hamlet qu’Ambroise Thomas créa à l’Opéra de Paris en 1868 après l’immense succès de son « Mignon », il a fait appel au metteur en scène Cyril Teste qui signa un impressionnant « Festen » à l’Odéon en 2017 en adaptant le film de Thomas Vinterberg. Là-encore, il utilise les caméras en direct et les techniciens filment dans les coulisses la préparation des chanteurs, avant qu’ils n’entrent sur le plateau. Avec son scénographe Ramy Fischler, la cage de scène est entièrement dénudée alors que de simples cadres de bois blanc mobiles se glissent pour figurer les pièces du palais d’Elseneur. Surtout, un écran géant projette en gros plan les visages du Roi Claudius, puis d’Hamlet, pour figurer l’usurpation sanglante du pouvoir.

Pouvoir et errance humaine

©Vincent PONTET

Hamlet, qu’incarne un exceptionnel Stéphane Degout, ténébreux et sauvage à la fois, timbre puissant et riche, allié à une projection parfaite, est un jeune homme tout simple, en baskets et sweat à capuche. Dégaine libre, regard rageur, électrique, le chanteur déambule dans cet espace ouvert sur les travées de la salle d’où le choeur et le spectre de son père, campé par Jérôme Varnier, silhouette altière et voix de basse profonde, surgissent. Laurent Alvaro est un Claudius à la raideur cynique mais juste et la soprano dramatique Sylvie Brunet-Grupposo, annoncée souffrante, parvient à assurer sa partition avec un brio étonnant, puissance et majesté du timbre à l’ancienne. 

Une Ophélie mémorable

©Vincent PONTET

Dans cet environnement aux couleurs froides, glacé comme les images d’une série télévisée qui raconterait les mécanismes terribles du pouvoir, la soprano Sabine Devieilhe apparaît telle une créature de lumière, silhouette gracile et blondeur d’ange. Sa voix, sans jamais forcer, est d’une perfection technique accomplie, et l’intense émotion qu’elle place au coeur de chaque note fait de chacune de sa chanson suédoise de l’Acte IV un pur moment de grâce qui électrise le public, souffle coupé, lui offrant une ovation débridée. Dans la fosse, le généreux chef Louis Langrée dirige l’orchestre des Champs Elysées avec fougue et enthousiasme, cordes et vents fouettés et caressés, cuivres colorés et puissants, avec un saxophone, une première au 19°siècle, qui monte sur la scène aujourd’hui. Une production donc largement saluée, et dont on saluera davantage le brio des interprètes et des musiciens que l’aspect cinéma de la mise en scène qui nous a paru inutile. 

Hélène Kuttner

Articles liés

Matrice – Une résidence de création autour de formes artistiques hybrides, numériques et physiques
Agenda
71 vues

Matrice – Une résidence de création autour de formes artistiques hybrides, numériques et physiques

En 2020, Matrice inaugure une résidence de création, pour soutenir des artistes qui explorent des formes mobilisant les médias numériques et les technologies contemporaines.  L’objectif de cette résidence est d’aider à concevoir et réaliser des créations hybrides, ayant une...

Le Marvellous Island Festival aura lieu en septembre
Agenda
72 vues

Le Marvellous Island Festival aura lieu en septembre

La 8ème édition du festival Marvellous Island initialement prévue les 30 & 31 mai est désormais reportée les 19 & 20 septembre 2020, toujours à la base de Loisirs de Vaires-Torcy, et sous réserve d’une amélioration nette de la crise sanitaire....

Etienne Quesnay : “Je pense, j’espère et je veux que ma peinture me ressemble.”
Art
209 vues

Etienne Quesnay : “Je pense, j’espère et je veux que ma peinture me ressemble.”

Qui est l’artiste derrière ces œuvres colorées à la dimension esthétique bien particulière ? On vous emmène à la découverte de l’auteur de ces visages bien connus d’Instagram. Pourrais-tu d’abord nous présenter ta carrière ? Carrière est un mot bien...