0 Shares 817 Views

Kings of war : la compil des rois shakespeariens à Chaillot

27 janvier 2016
817 Vues
KOW 01 Jan Versweyveld

Kings of war

D’après Shakespeare

Mise en scène de
Ivo von Hove

Avec Kitty Courbois, Hélène Devos, Fred Goessens, Janni Goslinga, Aus Greidanus jr., Robert de Hoog, Hans Kesting, Hugo Koolschijn, Ramsey Nasr, Chris Nietvelt, Alwin Pulinckx, Bart Slegers, Eelco Smits, Harm Duco Schut (comédiens), Steve Dugardin(contre-ténor), BL!NDMAN [brass] : Konstantin Koev, Daniel Quiles Cascant, Daniel Ruibal Ortigueira, Alain Pire, Max Van den Brand et Charlotte Van Passen

Jusqu’au 31 janvier 2016

Du mardi au samedi à 19h
Le dimanche à 13h

Tarifs : de 8€ à 39€

Réservation en ligne
ou par tél au 
01 53 65 30 00

Durée : 4h30 avec entracte

Théâtre National de Chaillot
Place du Trocadéro
75016 Paris
M° Trocadéro

www.theatre-chaillot.fr

KOW 01 Jan Versweyveld copieJusqu’au 31 janvier 2016

Avec une maestria scénique qui fait fureur dans le monde entier, le Flamand Ivo Von Hove et sa troupe le Toneelgroep d’Amsterdam dresse trois portraits des rois les plus guerriers de Shakespeare en cinémascope sur la scène immense de Chaillot durant dix jours.

Laboratoire des passions humaines

Ce sont les passions folles, les égarements irrationnels, les dérives furieuses qui passionnent Ivo Von Hove, star du théâtre mondial révélé à Paris avec « Antigone » au Théâtre de la Ville avec Juliette Binoche et « Vu du pont » à l’Odéon avec Charles Berling. Du bout de leurs obsessions et de leurs névroses, il les observe à la loupe de ses caméras vidéos ou dans la chambres de leurs folies, ces rois du monde que sont ici Henri V, Henri VI et Richard III, évoluant dans l’univers contemporain de bureaux de la Guerre Froide ou dans un bunker stalinien (décor et lumières de Jan Versweyld) Grâce à l’adaptation fulgurante et efficace de Bart van den Eynde de la version traduite par Rob Klinkenberg, ces trois garçons nous invitent, avec femmes et enfants, amis, ennemis et traîtres, à pénétrer dans leurs cerveaux et à plonger dans leurs rêves.

KOW 03Jan VersweyveldAntichambres, couloirs aseptisés et trompettes de fanfare

Ce qu’il y a de passionnant dans ce spectacle de plus de quatre heures, durant lequel on ne s’ennuie pas une minute, c’est la manière dont toutes les séquences s’enchaînent, la fluidité de circulation entre les différents espaces au moyen de caméras qui poursuivent les personnages à l’intérieur et à l’extérieur de l’espace du décor visible.

L’objectif numérisé traque l’intime des êtres et des chairs, sans les lâcher, à la manière d’un entomologiste qui observe des insectes géants et dévorants. Henri V d’abord, beau gosse de film américain qui développe une stratégie d’une maturité exceptionnelle en balayant les troupes normandes à Azincourt. Jeune, diplomate, redoutable, ce politique ira jusqu’au bout de ses ambitions pour sauver l’Angleterre et ses territoires. Ramsey Nasr en donne une interprétation fiévreuse.

KOW 02 Jan Versweyveld copieHenri VI et Richard III : dangereuse dérive

Avec Henri VI, c’est la déconfiture d’un enfant condamné à la couronne, noyé dans un bénitier de chrétienté et qui va perdre tout un royaume à force de peur et de couardise. Eelco Smits, lunettes immenses et silhouette d’adolescent maigrichon et boutonneux, en offre une sidérante interprétation, fébrile et terrorisée, happée par des barons et des femmes prédatrices. Le ver est dans le fruit, et Richard III, mauvais garçon boiteux grandi trop vite dans ses pantalons trop courts, va vite prendre le relais et plonger son pays dans le sang et dans le feu.

Avec sa méchante tâche de vin qui lui déforme le visage, Hans Kesting arpente le long plateau de Chaillot avec la suavité perverse des laids en quête de reconnaissance, prêts à tout pour exister enfin aux yeux des autres. La patrie, la politique, la guerre ne l’intéressent aucunement. Trop grand dans une âme condamnée trop tôt, il sape tous les fondements de la morale et de la bienséance, tuant ou égorgeant tranquillement ceux qui le gênent, femmes ou enfants, pour asseoir son autorité de dictateur de pacotille. L’acteur est prodigieux de simplicité et d’évidence monstrueuse, seul face à son miroir, ou tournoyant tel un cheval dans son bunker teinté de rouge en quête d’action. Ce tyran en manque d’amour, inconscient de ses actes, est une figure théâtrale dont on se souviendra longtemps. Mais il faut avouer que les quinze comédiens du spectacle, ainsi que les quatre musiciens, sont tous remarquables dans ce très fort spectacle.

Hélène Kuttner

[Crédit Photos : © Jan Versweyveld]

Articles liés

Les vernissages et expositions à ne pas manquer à Paris – Décembre
Agenda
70 vues

Les vernissages et expositions à ne pas manquer à Paris – Décembre

Venez découvrir les expositions et les vernissages du mois de décembre à Paris ! Jeudi 28 novembre : Indus 3 – Exposition collective Du 28 novembre 2019au 10 janvier 2020 Art : Concept 4, passage Sainte-Avoye 75003 Paris Boulevard...

Premiers pas dans la forêt, à découvrir au cinéma dès 4 ans, le 4 décembre
Agenda
29 vues

Premiers pas dans la forêt, à découvrir au cinéma dès 4 ans, le 4 décembre

Les premiers pas d’un renardeau, d’un poulain, d’un ourson et d’un petit éléphant au cœur de la forêt. De courtes histoires sur ces êtres sensibles et innocents qui explorent le monde naturel qui les entoure. Un programme rempli de couleurs et...

Marathon, la soirée qui mélange les esthétiques musicales à La Gaîté Lyrique
Agenda
31 vues

Marathon, la soirée qui mélange les esthétiques musicales à La Gaîté Lyrique

Marathon, la soirée qui mélange les esthétiques musicales, vous donne rendez-vous pour sa 6e édition le samedi 30 novembre à La Gaîté Lyrique, de 18h à 1h. Une fois de plus, Marathon ! propose une programmation surprenante en réunissant...