0 Shares 2178 Views

La Bible pulvérisée par cinq scouts

Hélène Kuttner 25 novembre 2018
2178 Vues

©Vincent Arbelet

Au Théâtre de la Bastille, la metteuse en scène Céline Champinot s’attaque à la fondation du monde en faisant exploser son texte originel, la Bible. Cinq scouts filles, délurées et délirantes, procèdent face public à un véritable Sabbat de sorcières dans une énergie hallucinante et libératrice. Saisissant.

Au commencement était la Bible

Mais d’où viennent-elles, ces gamines aux genoux cagneux et sanguinolents, qui surgissent devant nous avec des fourches ou autres instruments, les yeux brillants de colère et la lèvre écumante ? Du catéchisme ou d’un camp religieux, car leur tente, ou tipi, est encore dressé, surmonté de drapeaux et rempli de casseroles et de perceuses. Après « Vivipares, brève histoire de l’humanité » présenté en 2016, Céline Champinot et son équipe de comédiennes de choc, à la manière d’un commando, prennent le plateau en l’investissant d’un feu d’artifice de paroles, d’objets et de bruits divers. Du Novarina mâtiné d’agit-prop et des Monty Python. Arnachées comme des guerrières, outillées comme des héroïnes de science-fiction, nos gamines révoltées s’en prennent naturellement à Dieu le Père, coupable d’avoir fait de nous-mêmes, les humains, des colons assoiffés de terre et d’argent.

©Vincent Arbelet

Entre Star Trek et Bob l’Eponge

La parole rapide, mitraillée à la vitesse de l’éclair mais avec un brio et une virtuosité spectaculaire, aborde tous les sujets, de la création du monde en sept jours à la destruction écologique, la catastrophe climatique ou les frontières de barbelés qui fleurissent de l’Europe à l’Asie pour stopper les flux de peuples indésirables. Du coup, cela va tellement vite, cela balaie tellement de sujets qu’on reste abasourdi, étourdi par tant de mots et d’agitation. C’est que les comédiennes nous ravissent, aussi, par la créativité, l’énergie qu’elles déploient chacune et toutes ensemble. De Richard Coeur de Lion à Philippe K.Dick, de Pharaon à Deng Xiaping, elles se transforment en robot vengeur, androïde asexué qui défie le trans-genre, en momie réfrigérée selon les lois du transhumanisme, chantant en anglais et en français, maniant et triturant la langue comme du slam ou des messages électroniques. Certains passages sont très drôles, et même si on décroche parfois, c’est un vrai bonheur qui nous est offert avec ce spectacle à la générosité et à l’énergie communicatives.

Hélène Kuttner

Articles liés

Claire Laffut : « la création, finalement, c’est un élan »
Musique
148 vues
Musique
148 vues

Claire Laffut : « la création, finalement, c’est un élan »

Le chant et la musique, mais aussi la peinture, le dessin, la direction artistique (de ses clips, notamment), etc. On ne compte plus les talents de Claire Laffut. Toutes ces disciplines, l’artiste de 25 ans les maîtrise aussi bien...

Petits crimes entre amis au Théâtre La Boussole
Agenda
65 vues
Agenda
65 vues

Petits crimes entre amis au Théâtre La Boussole

Un véritable ami, c’est celui qui nous aide… même quand on vient de tuer quelqu’un ! Du moins, c’est ce qu’on dit. Mais que se passe-t-il quand on essaie de vérifier ? Trois amis d’enfance vont passer une soirée...

Festival d’Avignon 2019 : le OFF engagé et citoyen !
Agenda
316 vues
Agenda
316 vues

Festival d’Avignon 2019 : le OFF engagé et citoyen !

Créé en 1947 par Jean Vilar, le festival d’Avignon s’est doté d’un festival “OFF” en 1966. Chaque année, la ville intra muros se transforme en un véritable foyer de la création théâtrale. Voici notre sélection des spectacles engagés de...