0 Shares 1339 Views

“La Dégustation”, une comédie de bon millésime

Hélène Kuttner 12 février 2019
1339 Vues

@Charlotte Spillemaecker

Isabelle Carré souhaitait jouer une comédie à l’américaine, légère et sentimentale. Bernard Campan lui donne la réplique dans cette pièce écrite et mise en scène par Ivan Calbérac sur la rencontre improbable de deux solitudes dans une cave à vin. On se laisse embarquer par la fraîcheur de l’histoire, la grâce d’Isabelle Carré et la moue bougonne de Bernard Campan. Un conte romantique.

Vin de messe

© Charlotte Spillemaecker

Hortense est une jeune femme toute simple, sauf qu’elle a un nom à rallonge, une vie désespérante et une bouteille de vin à choisir. Quand elle pénètre dans la boutique de Jacques, en train de humer ses Bourgogne et ses Sancerre, c’est tout juste s’il lève les yeux sur elle malgré son imperméable rouge et sa voix flûtée. Divorcé et cabossé par la vie, Jacques se fait consoler par son meilleur ami (Éric Viellard) tout en dissertant sans fin sur les vertus et couleurs des grands crus. Quand il apprend que la bouteille que souhaite acheter Hortense est destinée au curé pour lequel elle œuvre bénévolement, il se rend compte que le vin de messe a été bien choisi et que la jeune femme est délicieusement naïve.

Coup de foudre dans un verre de rouge

© Charlotte Spillemaecker

Sans faire de dessin, on comprendra qu’à la faveur d’une dégustation en compagnie de Steve (Mounir Amamra), un jeune garçon en liberté conditionnelle mais que Jacques a dû embaucher à mi-temps, Hortense et Jacques laissent tomber leurs défenses et se délivrent de leurs trop lourds secrets. Il y a de la tendresse dans la rudesse ébranlée de Bernard Campan, terrien râleur et sûr de lui, et le charme lumineux d’Isabelle Carré agit comme un philtre magique qui emporte tout sur son passage. Dans l’épatant décor d’Édouard Laug, qui a dessiné une vraie boutique de vins, et les lumières de Laurent Béal, Olivier Claverie est le médecin. La pièce est un conte, mâtiné de problématiques actuelles, mais assez léger et romanesque pour embarquer le spectateur dans une bulle de fantaisie et de plaisir.

Hélène Kuttner  

Articles liés

« The way she dies » : pour l’amour d’Anna Karénine
Spectacle
49 vues
Spectacle
49 vues

« The way she dies » : pour l’amour d’Anna Karénine

Au croisement des langues et des cultures, le collectif TgSTan et le metteur en scène Tiago Rodrigues donnent naissance à un spectacle poétique et irradiant, qui célèbre la passion en même temps que la littérature. Un moment théâtral de...

YES! TRIO : le premier album studio de trois maîtres du jazz
Agenda
35 vues
Agenda
35 vues

YES! TRIO : le premier album studio de trois maîtres du jazz

Soudés par une amitié de vingt-cinq ans, trois maîtres contemporains du jazz, Ali Jackson (batterie), Aaron Goldberg (piano) et Omer Avital (contrebasse), réactivent avec bonheur la tradition du genre, au sein d’un trio moderne qui magnifie l’esprit du swing...

Tempête en Juin au Théâtre La Bruyère
Agenda
37 vues
Agenda
37 vues

Tempête en Juin au Théâtre La Bruyère

En 1942, dans la France occupée, Irène Némirovsky écrit son roman le plus déchirant, « Suite française ». Il restera inachevé. Le premier tome de ce roman, « Tempête en juin », suit une quarantaine de personnages sur les...