0 Shares 412 Views

La Framboise frivole fête son centenaire

La Framboise Frivole © Philippe Escalier

Après des années passées à nous fait rire en musique, La Framboise frivole a démontré qu’elle savait se renouveler, garder la même énergie, une virtuosité intacte et un sens de la dérision inoxydable dont les grands compositeurs et les tubes de la chanson font les frais !

Trois décennies de métier font-elles un centenaire ? Restons circonspect, la Framboise frivole mélangeant tout, les chiffres comme les notes. Car c’est bien à un ouragan musical auquel nous sommes conviés au théâtre Fontaine. Ses changements de registre se font sur le mode des boites de vitesses des grosses cylindrées : c’est instantanée et fulgurant !
D’ailleurs, les associations musicales proposées sont tellement riches que l’on pourrait penser à ces géniaux travaux de variation auxquels nombre de grands musiciens classiques nous ont habitués.

Peter Hens et Bart Van Caenegem dans La Framboise frivole © Philippe Escalier

Partir d’un thème et broder. En musique bien sur, mais en nous racontant une histoire. Forcément délirante. Nos amis Belges démarrent, cette fois, sur le récit du mariage royal de leur souverain actuel, avant de bifurquer, sans prévenir, sur Léonard de Vinci et ses inventions. Les meilleurs musiques, allègrement déformées et transformées, sont convoquées pour servir de support à ce récit, comique plus qu’historique, nourri d’une nuée de calembours toujours surprenants et souvent efficaces. Peter Hens n’a pas son pareil pour mélanger délire, rire et virtuosité. Avec lui, le spectateur retombe presque en enfance, tout prêt à écouter une histoire pleine de fantaisie et son ébouriffante transcription musicale, baignée dans un jeu savant de lumière dont il convient de souligner l’efficacité. En duo avec son complice, l’excellent pianiste Bart Van Caenegem, il nous offre les mix les plus savoureux. L’on commence avec Carl Orff et ses « Carmina Burana », l’on enchaîne avec les mélodies martiales de Gustav Holst en passant par Queen ou Jacques Brel, pour n’en citer que quelques-uns. L’ensemble servant de base à toutes les folies que vous allez entendre et les facéties auxquelles vous allez assister.

La Framboise, avec frivolité et témérité, mais sans jamais démériter, nous démontre que l’on peut aimer les musiques les plus variées, qui toutes, de Haendel à Dalida, se marient avec bonheur et dans une inaltérable bonne humeur. Alors, ne résistez pas à cette invitation musicale : elle aura le grand mérite de vous réjouir et de vous faire changer d’air !

Philippe Escalier

Articles liés

Un tramway à Jérusalem – Le nouveau film d’Amos Gitaï sort en salles le 24 avril
Agenda
14 vues
Agenda
14 vues

Un tramway à Jérusalem – Le nouveau film d’Amos Gitaï sort en salles le 24 avril

À Jérusalem, le tramway relie plusieurs quartiers, d’est en ouest, en enregistrant leur variété et leurs différences… Cette comédie regarde avec humour des moments de la vie quotidienne de quelques passagers, de brèves rencontres qui se produisent au fil...

l’adieu à la nuit – Un film de André Téchiné avec Catherine Deneuve en salle le 24 avril
Agenda
19 vues
Agenda
19 vues

l’adieu à la nuit – Un film de André Téchiné avec Catherine Deneuve en salle le 24 avril

Muriel est folle de joie de voir Alex, son petit-fils, qui vient passer quelques jours chez elle avant de partir vivre au Canada.  Intriguée par son comportement, elle découvre bientôt qu’il lui a menti. Alex se prépare à une...

Mais vous êtes fous – Un film avec Pio Marmaï au cinéma le 24 avril
Agenda
21 vues
Agenda
21 vues

Mais vous êtes fous – Un film avec Pio Marmaï au cinéma le 24 avril

Roman aime Camille, autant qu’il aime ses deux filles. Mais il cache à tous un grave problème d’addiction, qui pourrait mettre en péril ce qu’il a de plus cher. L’amour a-t-il une chance quand la confiance est rompue? [Source...