0 Shares 1603 Views

“Le Canard à l’orange”, comédie à déguster à La Michodière

© Théâtre de La Michodière

Authentique comédie à l’anglaise, Le Canard à l’orange est truffé de répliques qui font mouche. On rit et on succombe, tant au tempo mené tambour battant par les uns qu’à la plastique sculpturale des autres.

Le canevas est un classique du genre, composé du mari, de l’épouse et de l’amant. Autour d’eux se greffent une créature de rêve destinée à bousculer la situation ainsi qu’une domestique qui a suffisamment d’ancienneté dans la maison pour s’autoriser crûment toutes les remontrances. L’intrigue elle-même est jubilatoire, puisque le mari, apprenant qu’il va être quitté par sa femme pour un Londonien fortuné, décide de convier celui-ci à la maison pour une partie de tennis, un déjeuner et une bonne soirée arrosée. Feignant ainsi d’être grand seigneur et de vouloir prendre les torts à sa charge dans la procédure de divorce, le mari met en réalité au point une stratégie. Pour cela, il invite également sa secrétaire – la fameuse créature de rêve –, afin d’être pris en flagrant délit d’adultère. Bref, le mari veut reconquérir sa femme au prix d’une manœuvre qui est le centre de cette comédie.

© Théâtre de La Michodière

Les bons mots se succèdent, les dialogues s’échangent par des piques pleines d’humour, le texte de William Douglas Home, dans l’adaptation de Marc-Gilbert Sauvajon, étant savamment moqueur avec esprit. Souvent montée, la pièce a connu en France de multiples succès et cette mise en scène énergique avec une distribution au taquet se hisse au meilleur de ses interprétations. Nicolas Briançon, qui est à la fois le metteur en scène et Hugh Queston, le mari, déploie un dynamisme à plein régime. Les tableaux s’enchaînent sur le fil constant de la drôlerie, articulée autour d’une malice certaine. Le protagoniste central va à l’encontre des “offuscations” conventionnelles et prend la situation avec un sens réaliste qui évite les drames de longue durée.

Nicolas Briançon, dans sa fébrilité de séducteur quinquagénaire, réussit son tour de force et convainc son entourage ainsi que les spectateurs. Autour de lui, la formidable troupe emportée dans le tourbillon pose une tonalité qui mêle le charme irrésistible, le piquant cocasse, la fraîcheur joyeuse et tous les ingrédients qui aboutissent à une comédie joyeuse qui déclenche le rire et promet une bonne soirée. Les déplacements d’Alice Dufour en ce décor fleuri sont mémorables, Anne Charrier imprime une finesse à faire fondre, François Vincentelli se métamorphose en Belge formidablement décalé et Sophie Artur est une bouffée de franchise comique. Les décors, les tenues fantaisistes et colorées, robes et déshabillés scintillants participent à cette soirée efficace et savoureuse.

Émilie Darlier-Bournat

Articles liés

L’exposition de Ben Thorp Brown au Jeu de Paume – Jusqu’au 22 septembre
Agenda
32 vues
Agenda
32 vues

L’exposition de Ben Thorp Brown au Jeu de Paume – Jusqu’au 22 septembre

Dans le cadre de la programmation Satellite 12 de Laura Herman, coproduite avec le CAPC, le Jeu de Paume présente l’exposition de l’artiste américain Ben Thorp Brown. Les vidéos, les sculptures ou encore les performances de Ben Thorp Brown...

Rolling Paper revient au BAL pour la troisième année
Agenda
39 vues
Agenda
39 vues

Rolling Paper revient au BAL pour la troisième année

ROLLING PAPER, festival expérimental dédié à l’édition photographique indépendante, revient au BAL du 30 août au 1er septembre 2019 pour la troisième année ! Un rendez-vous immanquable pour les passionnés de photo et d’édition. Lancé en 2017 par Emilie...

Festival de Villerville : laboratoire de la création théâtrale
Agenda
29 vues
Agenda
29 vues

Festival de Villerville : laboratoire de la création théâtrale

Depuis cinq ans Villerville, petit village de caractère de la Côte Fleurie, situé à quelques minutes de Deauville et de Honfleur, est l’écrin d’une manifestation exigeante dédiée à l’art du Théâtre. ​À la suite d’une résidence in situ, de jeunes artistes...