0 Shares 349 Views

Le FAB : 15 jours d’effervescence

Sarah Meneghello 3 octobre 2022
349 Vues
Détachement-International-du-Muerto-Coco-Toy-Party © Aliette-Cosset

© Aliette Cosset

Pendant deux semaines, arts visuels, performances, musique, danse, cirque, théâtre, projets hybrides et participatifs irriguent le territoire de Bordeaux métropole, dans les salles comme hors les murs. Focus sur quelques temps forts du Festival des Arts de Bordeaux, dont la rétrospective inédite consacrée au plasticien Theo Jansen.

Entre le 1er et 16 octobre, les découvertes seront nombreuses, avec des projets d’envergure, des expériences sensibles et des spectacles aux propos puissants. Beaucoup de propositions sont festives, comme les FABOUM, ces soirées populaires qui ouvrent et clôturent le festival. Le dernier week-end, la Toy Party du détachement international du Muerto Coco promet d’ailleurs d’être déjantée.

Au fil de la Garonne

Hybride et foisonnante, la programmation est une ode aux inclassables. Comme fil rouge : un fleuve et ses affluents. « La Garonne et ses rives (urbaines et naturelles), ses affluents, ses sources, les zones humides, les parcs et jardins sont autant de sites que nous faisons résonner avec des œuvres vivantes, engagées et généreuses », explique Sylvie Violan, directrice du FAB et du Carré-Colonnes de Saint-Médard-en-Jalles. « Côté ville, il s’agit de proposer à des artistes de dialoguer avec elle, ses habitants, ses mobilités, son (ses) histoire(s), par des explorations urbaines, notamment autour du pont de pierre, emblème de Bordeaux, qui fête cette année ses 200 ans ».

CirkVOST-Pigments © Pierre-Planchenault

« Pigments », de CirkVOST © Pierre Planchenault

Après les premiers spectacles au bord de l’eau (Pigments du CirkVOST), dans un parc (Racines de L’attraction Compagnie) ou les sous-bois, nous sommes donc partis à la recherche des Pheuillus, ce petit peuple de migrants nés de feuilles mortes. Des âmes végétales qui bousculent notre manière de voir, de ressentir le paysage, de questionner nos modes de vie et d’éprouver notre hospitalité. Au cœur de la ville (place Pey-Berland), Agnès Pelletier, quant à elle, sortira des cadres pour mieux décaler notre regard (Habiter n’est pas dormir). Chez elle, tout est prétexte à rire et à mouvement.

Ensemble

Celle-ci est aussi l’auteure de la déferlante chorégraphique Panique Olympique / Cinquième. Un flashmob qui a déjà rassemblé 2 000 personnes dans différentes villes de la région… L’objectif ? Inaugurer les J.O. à Paris en 2024. Des centaines de danseurs et amateurs, toutes générations confondues, ont investi l’espace public. Une aventure généreuse et riche de surprises.

Panique-olympique-Cinquième-Agnès Pelletier-Volubilis © Pierre-Planchenault

« Panique Olympique / Cinquième », Agnès Pelletier cie Volubilis © Pierre Planchenault

Le plasticien Olivier Grossetête mise aussi sur la force de l’énergie humaine et du collectif pour entrer en dialogue avec la ville, ses habitants et son histoire. Son projet NEV : construire ensemble une œuvre monumentale en carton qui s’inspire des pavillons d’octroi, à l’entrée du pont de Pierre (côté Bastide). Une architecture unique, éphémère et poétique, sans grue, ni machine.

Sur le même pont, Guy Regis JR joue le rôle du passeur dans une longue traversée de vies oubliées. Des milliers ! Une capsule sonore nous projette dans l’univers mental et physique de la traite d’esclaves. Ce travail de mémoire vise à redonner corps et vie à tous ces inconnus ayant subi le commerce triangulaire sur l’île de Saint-Domingue entre 1680 et 1800. Une démarche nécessaire pour Bordeaux, qui a reconnu tardivement son implication, pourtant importante, dans ce crime contre l’humanité.

Autre expérience intéressante : Quand ça commence, de la cie De chair et d’os, explore l’amour, les doutes et les convictions de plusieurs générations de femmes. Dans une maison vide, mais pas silencieuse, une mallette bien en vue attise la curiosité du visiteur. Un drôle d’aventure (pour une seule personne à la fois).

De-Chair-et-d-Os-caroline-melon-Quand-ça-commence © I. Mathie

« Quand ça commence », cie De chair et d’os, Caroline Melon © I. Mathie

Grandes formes en extérieur, formats insolites ou plus classiques, la plupart des propositions détonnent. Parmi les onze créations 2022, Pour que le vent se lève, mise en scène de Nuno Cardoso et Catherine Marnas, fait l’événement au TnBA. Gurshad Shaheman s’approprie ici la Trilogie des Atrides pour faire résonner aujourd’hui le mythe des origines du théâtre. Cet appel international à lutter contre la barbarie s’inscrit dans le cadre de la saison culturelle France-Portugal. Un ambitieux projet qui allie combat politique et éclats poétiques.

La-vie-est-une-fete-Chiens-de-Navarre © Philippe-Lebruman

© Philippe Lebruman

Autres propositions à retenir : la Vie est une fête des Chiens de Navarre qui, après s’être emparée de l’amour, du racisme, de la famille, nous embarquent à ses trousses aux urgences psychiatriques et épinglent l’obscénité de l’actualité. À voir, également, l’ode à la mobilisation de Jan Martens inspiré des mouvements de protestation Black Lives Matter, Gilets jaunes, Youth for Climate. La poésie s’invite aussi dans la création du thaïlandais Wichaya Artamat, connu pour son approche non conformiste de l’histoire de son pays. De quoi nous ouvrir, larges, les voies de la liberté, sinon accéder au champ des possibles.

Theo Jansen, invité exceptionnel

Avec ce plasticien néerlandais, on peut s’attendre à tout. On se préparait donc à prendre notre envol ! Et ce fût un bien beau voyage. Cet héritier de l’art cinétique laissé une œuvre originale. Grâce au FAB, Theo Jansen présente, en France, une rétrospective inédite de son travail au MusBA (l’exposition dure trois mois). Au-delà des prouesses techniques, une œuvre poétique à portée humaniste (lire l’article ici).

Theo-Jansen ©_Pierre_Planchenault

© Pierre Planchenault

Comme le fleuve et ses affluents, qui relient les 23 communes de l’agglomération bordelaise, le FAB souhaite rassembler la population autour de propositions de qualité. Par des projets participatifs ou gratuits et bien plus encore ! Et, en effet, cette exceptionnelle programmation nourrit les imaginaires, bouscule les certitudes, crée des opportunités de rencontres, bref reconnecte à l’essentiel.

Sarah Meneghello

Articles liés

Jean-Marie Bigard est l’invité d’“Absolutely Hilarious” le 11 décembre à la Grande Comédie
Agenda
51 vues

Jean-Marie Bigard est l’invité d’“Absolutely Hilarious” le 11 décembre à la Grande Comédie

“Absolutely Hilarious – Le Grand Show de L’Humour” invite Jean-Marie Bigard pour une soirée spéciale le dimanche 11 décembre à la Grande Comédie ! Absolutely Hilarious, créé en 2018 à Paris, est rapidement devenu LE plateau d’artistes incontournable de...

A Mon Piano, le dernier clip de Turquoise M signe la fin d’une trilogie
Agenda
54 vues

A Mon Piano, le dernier clip de Turquoise M signe la fin d’une trilogie

Turquoise M clôt sa trilogie acoustique avec le superbe clip d’A Mon Piano. Danseuse, pianiste, comédienne, Turquoise M écrit et compose une musique entre ombre et lumière, morceaux dénudés à l’extrême, sans fard, ni artifice. Inspirée par des artistes...

Participez au voyage musical de Tangorom aux côtés de Loco Cello
Agenda
54 vues

Participez au voyage musical de Tangorom aux côtés de Loco Cello

L’ensemble Loco Cello composé de François Salque (violoncelle), Samuel Strouk (guitare) et Jérémie Arranger (contrebasse) repart pour de nouvelles aventures avec la sortie de Tangorom le 03 février 2023, chez Well Done Simone ! Records. On retrouve sur ce...