0 Shares 1340 Views

“Le Faiseur de théâtre” : André Marcon sublime interprète de Thomas Bernhard

Hélène Kuttner 27 janvier 2019
1340 Vues

©Fabien Cavacas

Toute sa vie, l’écrivain autrichien Thomas Bernhard a vitupéré contre la société qui l’entourait, l’hypocrisie de ses congénères et le nazisme qui gangrenait son pays, sans pourtant jamais vouloir le quitter. La musique, le théâtre, les notes et les mots étaient ses passions, les comédiens ses dadas. Dans ce quasi-monologue torrentiel et violent, il donne la parole à un comédien démiurge dont André Marcon se fait l’interprète magnifique.

La solitude des acteurs

© Fabien Cavacas

Dans aucune autre pièce, à part Minetti, Thomas Bernhard n’a autant évoqué le statut des comédiens que dans Le Faiseur de théâtre. Bruscon, qui écume depuis quelques années les scènes des provinces d’Autriche, est de ceux-là. Quand il débarque dans la salle des fêtes d’une petite ville de campagne avec sa femme et son fils, des malles d’accessoires et de masques, costumes et maquillage, c’est pour présenter son grand œuvre, La Roue de l’Histoire, une épopée shakespearienne qui détonne dans cette petite bourgade qui sent le saucisson de cochon et la bière. Mais qu’importe ! Sa femme ne cesse de tousser et elle le fait sûrement exprès, son fils est maladroit comme un âne et sa fille muette ne sait comment se tenir. Pire, l’aubergiste n’a pas préparé les éclairages de la salle et le noir exigé par l’artiste ne peut se faire dans la salle en raison des consignes de sécurité exigées par les pompiers. Bref, tout va de travers, et le bonhomme grogne, vitupère, incendie le monde entier qui tournicote autour de lui sans broncher.

Un hymne au théâtre et à la vie

© Fabien Cavacas

Derrière ces infinies récriminations, ces ratiocinations ridicules et souvent hilarantes, car grotesques, se dissimule – à peine – un immense amour de la vie et du théâtre, et c’est ce qui fait le sel du spectacle. André Marcon, comédien à la présence lumineuse, donne au personnage toute son ambiguïté, odieux et drôle, misogyne et philosophe, méchant et fourbe. D’une exigence folle, d’une fantaisie enfantine, il est l’artiste dans son égocentrisme le plus absolu, dans sa passion la plus brûlante pour l’art, l’éthique de la représentation et la convention de la scène. Abattons les masques avant que de les mettre, semble-t-il nous avertir. Et la scène, telle que l’acteur la prend face public, est bien le lieu où l’on pourra tout dire. Le metteur en scène Christophe Perton a conçu un décor à l’identique du beau Théâtre Déjazet, avec ses coursives rouge et or et ses chandeliers, comme un prolongement de la salle. Éric Caruso campe avec beaucoup de grâce l’aubergiste malmené par le maître, Agathe L’Huillier est sa fille et Jules Pelissier son fils acrobate et lunaire, tous volant autour du maestro et respectant ses moindres ordres. Un spectacle puissant et intense.

Hélène Kuttner

Articles liés

Le cinéma Mashup de Julien Lahmi : entre cri d’amour et geste punk
Cinéma
123 vues

Le cinéma Mashup de Julien Lahmi : entre cri d’amour et geste punk

Au croisement du 7ème Art et du numérique, à l’origine de mariages insolites entre images et sons issus de la Pop Culture, se trouve le cinéma Mashup. Décryptage de cette pratique de “seconde main” aux côtés de Julien Lahmi,...

Philippe Leloup : “L’aventure musicale, c’est aussi tout seul.”
Musique
140 vues

Philippe Leloup : “L’aventure musicale, c’est aussi tout seul.”

Rencontre avec un musicien qui nous fait vibrer entre musique classique et musique jazz, et qui nous ouvre les rideaux sur les mystères de la composition. Quelle a été ta rencontre avec la musique classique ? La rencontre c’est...

Une goutte d’eau dans un nuage – ParisOFFestival
Agenda
110 vues

Une goutte d’eau dans un nuage – ParisOFFestival

Petit voyage théâtral sonore et délicat à travers une mousson d’été. C’est l’histoire vraie d’une jeune femme qui s’expatrie à Saïgon et l’histoire des imaginaires qui l’entourent. La sensualité des paysages de Marguerite Duras et la violence ; celle de...